Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu
Publié dans L'observateur du Maroc le 24 - 05 - 2019


Par Ahmed Charaï
Le monde entier est suspendu aux développements de la situation dans le golfe. La présence de la flotte militaire américaine, l'extrême tension, les déclarations belliqueuses des uns et des autres, surtout celles des alliés de Trump dans la région, font craindre le pire. Mais ni Washington ni Téhéran ne veulent d'une confrontation militaire ouverte.
Au sein de l'Administration Trump, seul Bolton est en faveur d'une guerre pour changer le régime des mollahs. Mais il n'a pas l'accord de Donald Trump, qui lui a déjà reproché de s'être trompé sur le Venezuela, dont il pronostiquait la chute du régime en une semaine.
Mais Trump est surtout lié par sa campagne électorale. Il avait martelé son désaveu de la guerre de Bush contre l'Irak, trop coûteuse à ses yeux, dont l'économie a souffert et qui n'a pas changé la situation dans la région. Il ne peut se dédire et déclarer la guerre que si l'Amérique est attaquée, ce que l'Iran ne fera jamais, parce que cela est suicidaire et les dirigeants islamistes le confirment chaque jour.
Donald Trump est adepte de la pression maximale pour pousser son vis-à-vis à un deal sur les bases que propose Washington. C'est ce qu'il a fait avec la Corée du Nord, alors que l'on était à deux doigts d'une guerre nucléaire. C'est d'ailleurs le retrait de l'accord du nucléaire qui a entamé ce cycle de tension. Les sanctions de plus en plus sévères, visent à étouffer l'économie iranienne et à priver les pasdarans des ressources qui leur permettent de se projeter sur les théâtres conflictuels régionaux. La stratégie du président américain est cependant plus affinée qu'il n'y paraît. Elle compte s'appuyer sur les aspirations du peuple et surtout de la jeunesse iranienne à une vie meilleure. L'idéologisation extrême du régime iranien est déjà ébréchée par des contestations sporadiques. Parce que le chômage est persistant, l'inflation galope. C'est plus sur ce terrain là que sur celui des libertés que la société iranienne peut se mobiliser. C'est un enjeu essentiel de la stratégie de Trump pour obliger l'Iran à négocier non pas le nucléaire, mais son interventionnisme dans la région.
Téhéran compte sur l'Union européenne et la Russie pour faire contrepoids. Les Européens n'ont pas pu résister à la pression américaine. Les grandes entreprises ont annulé leurs investissements par crainte des sanctions américaines, ce qui rend le bénéfice de l'accord sur le nucléaire quasi-caduc. Le poids diplomatique paraît très faible, puisque Trump a quitté l'accord sur le climat, d'autres traités internationaux sans trop se soucier des positions européennes peu homogènes par ailleurs. Mais le pétrole et son prix imposent à ces pays de rechercher la désescalade. Ce contexte mouvant où le risque d'une guerre est minime, mais où l'intensité de la tension est extrême risque de perdurer, jusqu'à l'ouverture de négociations entre les deux parties.
Sur quelles bases ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.