Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu
Publié dans L'observateur du Maroc le 24 - 05 - 2019


Par Ahmed Charaï
Le monde entier est suspendu aux développements de la situation dans le golfe. La présence de la flotte militaire américaine, l'extrême tension, les déclarations belliqueuses des uns et des autres, surtout celles des alliés de Trump dans la région, font craindre le pire. Mais ni Washington ni Téhéran ne veulent d'une confrontation militaire ouverte.
Au sein de l'Administration Trump, seul Bolton est en faveur d'une guerre pour changer le régime des mollahs. Mais il n'a pas l'accord de Donald Trump, qui lui a déjà reproché de s'être trompé sur le Venezuela, dont il pronostiquait la chute du régime en une semaine.
Mais Trump est surtout lié par sa campagne électorale. Il avait martelé son désaveu de la guerre de Bush contre l'Irak, trop coûteuse à ses yeux, dont l'économie a souffert et qui n'a pas changé la situation dans la région. Il ne peut se dédire et déclarer la guerre que si l'Amérique est attaquée, ce que l'Iran ne fera jamais, parce que cela est suicidaire et les dirigeants islamistes le confirment chaque jour.
Donald Trump est adepte de la pression maximale pour pousser son vis-à-vis à un deal sur les bases que propose Washington. C'est ce qu'il a fait avec la Corée du Nord, alors que l'on était à deux doigts d'une guerre nucléaire. C'est d'ailleurs le retrait de l'accord du nucléaire qui a entamé ce cycle de tension. Les sanctions de plus en plus sévères, visent à étouffer l'économie iranienne et à priver les pasdarans des ressources qui leur permettent de se projeter sur les théâtres conflictuels régionaux. La stratégie du président américain est cependant plus affinée qu'il n'y paraît. Elle compte s'appuyer sur les aspirations du peuple et surtout de la jeunesse iranienne à une vie meilleure. L'idéologisation extrême du régime iranien est déjà ébréchée par des contestations sporadiques. Parce que le chômage est persistant, l'inflation galope. C'est plus sur ce terrain là que sur celui des libertés que la société iranienne peut se mobiliser. C'est un enjeu essentiel de la stratégie de Trump pour obliger l'Iran à négocier non pas le nucléaire, mais son interventionnisme dans la région.
Téhéran compte sur l'Union européenne et la Russie pour faire contrepoids. Les Européens n'ont pas pu résister à la pression américaine. Les grandes entreprises ont annulé leurs investissements par crainte des sanctions américaines, ce qui rend le bénéfice de l'accord sur le nucléaire quasi-caduc. Le poids diplomatique paraît très faible, puisque Trump a quitté l'accord sur le climat, d'autres traités internationaux sans trop se soucier des positions européennes peu homogènes par ailleurs. Mais le pétrole et son prix imposent à ces pays de rechercher la désescalade. Ce contexte mouvant où le risque d'une guerre est minime, mais où l'intensité de la tension est extrême risque de perdurer, jusqu'à l'ouverture de négociations entre les deux parties.
Sur quelles bases ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.