Coupe de la CAF: on connaît l'adversaire de Berkane en finale    Enseignant décapité en France: les derniers éléments de l'affaire    Vents poussiéreux et aveuglants s'abattent sur Settat (VIDEO)    Subvention des projets artistiques : El Ferdaous fait le point    Le roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de feu maître Ahmed Dghrni    Coronavirus : Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech…la situation dans chaque ville    Maroc. L'école, un enjeu vital    Quatre tonnes de résine de cannabis saisies près d'Al-Hoceima    Investissements publics. Ce que prévoit le gouvernement pour2021    Tennis : Lajovic, Rublev et Zverev, le tiercé gagnant    Présidentielle US : Insultes, attaques, tous les coups seraient-ils permis en campagne ?    Les Etats-Unis saluent le leadership de S.M le Roi dans les questions d'intérêt commun    L'ONMT donne un coup d' accélérateur à son plan de relance touristique national    La FIFA inaugure un programme exécutif de lutte contre le dopage    Diego Costa absent face au Bayern    Larbi Naji, fidèle combattant de Berkane    L'Alliance du Pacifique réitère son appui au Plan d'autonomie au Sahara    Installation de la Commission des droits de l'Homme de Fès-Meknès    Moscou prêt à un gel russo-américain du nombre de têtes nucléaires    Athènes demande à l'UE d'examiner la suspension de l' union douanière avec Ankara    Asha, la nouvelle révélation marocaine de la chanson espagnole    El Jadida : Une mineure dénonce son père incestueux    Sahara marocain : Le «Polisario» poursuit ses provocations sous le regard de la MINURSO    Scandale de l'arbitrage : le Raja se plaint auprès de la CAF    Covid-19, pas de vaccin avant 2021    Il existerait six types différents de coronavirus [Etude]    Projet de loi de finances : ce qui est prévu pour la Santé    Convention entre Rabat et Madrid pour lutter contre la criminalité    Atlantic Free Zone. MEDZ et DMA signent pour une extension    Marrakech: le musée Yves Saint Laurent rouvre ses portes    Institut français du Maroc : le post-Covid-19 sera digital !    Les mesures restrictives prolongées à Jerada    Le match Zamalek-Raja sera-t-il reporté ? Les explications d'un ancien membre de la CAF    JESA en mission pour la réalisation d'une Cité Olympique à Abidjan    Benabdallah: «le quotient électoral n'est pas du tout une obsession des Marocains»    Relance économique: des mesures fiscales pour contrecarrer les répercussions du covid    Tourisme: l'ONMT passe à la vitesse supérieure    Un colloque dédié au secteur de la presse à l'initiative de l'ANME    Débat du siècle. Combattre l'économie turque mène en enfer    Le PLF-2021, un projet réaliste qui tient compte des «capacités objectives»    IDE : le Maroc s'accapare la 9ème place dans la région MENA en 2019 [Rapport]    Hakimi, l'ailier qui déborde d'ambition à l'Inter    Boujemaâ Lakhdar, le maître    Le Maroc récupère 25.500 pièces archéologiques rares    Cinemed. Les films marocains cartonnent au festival de Montpellier    "La lecture, acte de résistance": «Un élan de solidarité citoyenne pour sauver le livre»    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maître Gims membre d'une secte islamiste ?
Publié dans L'observateur du Maroc le 18 - 09 - 2020

Dans un documentaire diffusé ce jeudi 17 septembre sur Netflix, le rappeur français avoue avoir rejoint, puis quitté une « secte islamiste ».

Grande stupéfaction pour les fans de Gims. Le rappeur français vient de faire des confidences fracassantes au sujet de son passé sombre, notamment au sujet de son embrigadement dans une secte islamiste il y a quinze ans.
Le documentaire diffusé sur Netflix retrace l'ascension du chanteur chouchou des ados, nominé quasiment chaque année aux Victoires de la musique. Gims qui parait plus serein que jamais, y évoque également des aspects plus personnels de sa vie, comme sa conversion à l'Islam en 2004. À l'époque, l'artiste était un « fumeur de shit » qui cherchait un sens à sa vie. « Quand je me suis converti, je n'avais plus envie de boire, de fumer. C'était un cadre », explique le chanteur dans ce documentaire exutoire.
La descente aux enfers
En 2005, alors que le groupe Sexion d'Assaut existe déjà, Gims rejoint les "Frères du Tabligh", une secte islamiste, précise le documentaire Netflix. « Quand je suis rentré dans cette religion, j'étais à la portée de n'importe quel gourou, j'étais un cœur pur. Quelqu'un de mal intentionné peut te prendre sous son aile et faire de toi une arme », confie-t-il.
Dans ce groupe, le rappeur a rencontré des gens qui sont partis se battre en Irak. « Des gens qui étaient là à côté de moi, ils se sont suicidés en Irak. Ça, ça m'a fait flipper. »
Gims a par la suite réussi à quitter la secte et a repris sa carrière dans la musique, qu'il avait délaissée pour le mouvement islamiste. 15 plus tard, l'interprète de « Bella » semble réconcilié avec ses démons et toute cette histoire n'est plus qu'un mauvais souvenir pour lui.
LIRE AUSSI :
Raphaël Devico ou la passion de transmettre « Le dialogue seul nous élève »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.