Du nouveau dans la longue histoire de Othman Benjelloun et de son groupe avec la Chine    ONU : la hausse des migrations internationales a ralenti de 27% en raison de la COVID-19    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    CHAN 2021 : Ce soir, Cameroun/Zimbabwe en ouverture à 18 heures    CHAN : Cameroun 2020 ou Cameroun 2021 ?    Mondial Handball : Ce soir à 18h00, le Maroc face au Portugal sans se faire des illusions !    Omar Hilale : la coexistence entre musulmans et juifs est ancrée dans l'ADN des marocains    "Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Trump décoré du Wissam El Mohammadi    Le Cameroun est prêt    Vaccination anti-covid : Biden dévoile le successeur de Moncef Slaoui    Mohamed Benabdelkader. Forte présence féminine aux postes de responsabilité dans l' administration judiciaire    Laporta, Font et Freixa déclarés candidats officiels à la présidence du Barça    La France sous cloche à 18h Contrôles aux frontières renforcés    L'équipe du Maroc rate son entrée face à l'Algérie    Saad Dine El Otmani : Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces du Sud    Le Groupe d'amitié parlementaire HondurasMaroc réitère son soutien au plan d' autonomie    L'immunité collective contre la Covid-19 pourrait être atteinte début mai    L'OMS s'oppose aux certificats de vaccination pour les voyages internationaux    Retard des vaccins, l'Europe en colère    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Evolution du coronavirus au Maroc : 1291 nouveaux cas, 457.625 au total, vendredi 15 janvier 2021 à 18 heures    Compteur coronavirus : 1.291 nouveaux cas confirmés 1.409 guérisons en 24 heures    Maroc-Espagne: contrat pour sécuriser le transport routier des marchandises dangereuses    Industrie pharmaceutique : La FMIIP, désormais fédération sectorielle statutaire externe de la CGEM    Initiative marocaine d'Autonomie: Un fort soutien formulé lors de la conférence ministérielle    Transport de marchandises dangereuses : le Maroc et l'Espagne signent un contrat de jumelage    Larabi Jaïdi : « Des signes de l'amorce d'un début de convalescence se manifestent »    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Première promotion de Madaëf Eco6: And the winners are…    Groupe Al Omrane : Près de 7 MMDH investis dans les provinces du Sud    La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Les équipes à suivre de très près    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enfants sans état civil, un fléau du continent à combattre
Publié dans L'opinion le 23 - 11 - 2020

Ils sont près de 95 millions d'enfants africains sans extrait de naissance. L'extrême pauvreté, le déficit d'informations, le poids des traditions, les conflits armés ou encore la pandémie actuelle en sont autant de causes. Abdoulaye Harissou, Co-fondateur et Président du Comité de gestion du fonds Urgence Identité Afrique (UIAfrica), placé sous les auspices de la Fondation Roi Baudouin (Bruxelles), aborde ce sujet dans toutes ses dimensions.
- Actualité oblige, l'Afrique, à l'instar des autres continents, a fêté le 20 novembre la « Journée internationale des Droits de l'Enfant ». Quels sont les enjeux de cette célébration ?
Le 20 novembre a été décrété par les Nations Unies comme étant la Journée internationale des Droits de l'Enfant. Pour nous, Urgence Identité Afrique, c'est une célébration de grande portée car nous voulons tout simplement mettre en lumière ce drame qui se joue en silence : le faible taux d'enregistrement de naissance à l'état civil. Ce problème a des conséquences sur plusieurs aspects: économique, culturel, sécuritaire et social. En effet, il y a beaucoup d'enfants qui naissent sur notre continent mais qui n'existent pas civilement. Ils sont à la merci de tous les abus. A l'instar des autres organisations qui œuvrent pour la protection de l'enfant, le fonds UIAfrica est concerné au plus haut degré.
Qu'en est-il de ces droits en Afrique aujourd'hui ?
Malheureusement, les droits des enfants sont brimés dans beaucoup de pays africains. Certains enfants ne vont pas à l'école, ils sont employés dans des mines, assignés à des travaux champêtres, et certains d'entre eux sont victimes d'abus sexuels. D'où l'importance d'une journée comme le 20 novembre pour sensibiliser, informer, et interpeller les parents, le grand public et les gouvernements sur la nécessité de préserver les droits des enfants pour qu'ils puissent assurer la relève de demain.
En plus de leurs droits bafoués, des millions d'enfants africains sont sans existence légale. Comment expliquez-vous cette situation ?
Nous sommes dans une situation de déni et une absence de conscience chez certains parents, ainsi que chez les chefs de famille qui ne savent pas que l'état civil est très important, je dirais même indispensable pour qu'un enfant jouisse des droits fondamentaux. Ils ne se rendent pas compte que le monde a changé et qu'il est nécessaire de donner une identité à l'enfant en l'inscrivant à l'état civil. Il y a aussi le manque de volonté politique des Etats qui ne considèrent pas ce sujet comme une priorité. Résultat : dans beaucoup de pays africains, les enfants ne sont pas déclarés et ce nombre est encore plus élevé dans les zones rurales, et les zones enclavées. Pour nous, le sujet est fondamental à bien des égards. Non seulement parce que cette situation est moralement inacceptable pour des dizaines, voire des centaines de millions d'enfants à naître, mais aussi parce qu'elle constitue un facteur de risque majeur sur les plans politique, économique, social et sécuritaire.
La fondation Urgence Identité Afrique travaille pour qu'aucune personne ne reste « invisible » ou sans extrait de naissance. Quel est l'état des lieux sur le continent ?
La situation est vraiment déplorable. Le problème existe principalement en Afrique subsaharienne contrairement à l'Afrique du Nord où l'établissement de l'Etat Civil a été un réel progrès.
On compte actuellement, sur le continent, plus de 95 millions d'enfants qui ne sont pas enregistrés, donc qui n'ont pas d'acte de naissance. D'ailleurs, j'ai co-écrit, avec Laurent Dejoie, un livre dans ce sens sous le titre « Enfants fantômes », paru en 2014. Ce sont des enfants invisibles car ils n'existent pas légalement. Ce sont eux que l'on voit peupler les rues à Dakar, Yaoundé, Lagos, etc. Ce sont eux aussi qui sortent des écoles coraniques pour mendier. Ils sont fragiles et donc à la merci de toutes sortes de vicissitudes. En Somalie, par exemple, 8 % seulement d'enfants ont un état civil. Le phénomène est exacerbé dans les pays qui ont connu la guerre ou qui connaissent des conflits. A l'échelle mondiale, ils sont plus de 230 millions d'enfants sans identité. D'où l'importance pour les Etats et les organisations internationales de prendre conscience de la nécessité de faire du combat pour l'identité juridique une priorité absolue.
La Covid-19 a-t-il aggravé la situation ?
Dans une certaine mesure, on peut répondre par l'affirmative. Déjà que les structures n'existent pas partout, si l'on ajoute à ce manque les confinements, on peut comprendre aisément la montée en flèche du nombre d'enfants n'ayant pas de jugements supplétifs. D'où la nécessité et l'importance d'instaurer la culture de l'état civil dans nos pays afin que pareille pandémie ne puisse interrompre ni affecter l'enregistrement des enfants à leur naissance. Le Covid-19 a empêché les ONG de travailler sur le terrain pour aider les associations locales à faire face à ce problème, sans oublier que de nombreuses administrations travaillaient au ralenti tandis que d'autres ont complètement cessé de fonctionner. Enfin, et pour être concret sur le terrain, nous avons pris le Sénégal et le Togo comme des pays pilotes.

Propos recueillis par
Wolondouka SIDIBE
Encadré
Indice Mo Ibrahim
Les progrès de la bonne gouvernance en Afrique ralentissent
Les progrès de gouvernance en Afrique ralentissent, selon l'indice de la fondation Mo Ibrahim publié récemment à Londres, sur fond de craintes liées à la pandémie du nouveau Coronavirus.
Dans son édition 2020, l'index, qui a été revu en améliorant et en complétant ses indicateurs, montre que la bonne gouvernance en Afrique s'est améliorée sur la décennie 2010-2019, plus de 60% (61,2 %) de la population africaine vivant dans un pays où des progrès ont été recensés.
Mais le rapport souligne un ralentissement des progrès ces cinq dernières années, et « de manière préoccupante », le score moyen en 2019 pour l'Afrique a enregistré un recul pour la première fois depuis 2010, tandis qu'il avait progressé ou stagné jusqu'alors. La période couverte s'arrête à la fin 2019, juste avant que l'Afrique ne soit frappée par la pandémie du nouveau Coronavirus. Mais le rapport souligne qu'en « termes de droits, d'espace pour la société civile et de participation, le continent était bien avant engagé sur un chemin qui se dégrade et la pandémie a aggravé la trajectoire négative ».
« A l'inverse, les opportunités économiques étaient sur une trajectoire positive de progrès constant, et l'impact du Covid-19 menace à présent ce qui a été accompli de haute lutte dans ce domaine », déplore le rapport.
Il note que des pays bien placés, comme la Mauritanie, le Botswana ou l'Afrique du Sud, classés respectivement en 1ère, 5ème et 6ème place, suivent « un chemin qui se détériore depuis 2015 ».
A l'inverse, d'autres comme la Gambie (16ème), la Côte d'Ivoire (18ème) et le Zimbabwe (33ème), figurent parmi les meilleures progressions de la décennie. En 54ème et dernière place, la Somalie est sur le chemin de l'amélioration.
Riche homme d'affaires, Mo Ibrahim avait revendu en 2005 son entreprise de téléphonie mobile, Celtel, avant de créer en 2006 sa fondation, dont le siège est à Londres et qui se donne pour mission de promouvoir la bonne gouvernance en Afrique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.