John Bolton : «Joe Biden restera attaché à la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté marocaine sur le Sahara»    La généralisation de la protection sociale, «une révolution en douceur» (expert indonésien)    Football : douze grands clubs européens lancent la «Super League», un projet qui déchaîne les passions    Météo Maroc: le temps prévu lundi 19 avril 2021    Afghanistan: Joe Biden siffle la fin de la partie    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Errachidia : Mise en échec d'une tentative de trafic international de drogue    Youssef En-Nesyri vers un transfert record pour le club du FC Séville    Covid-19: Vaccinations, infections, décès...les chiffres officiels de ce dimanche    Déraillement d'un train en Egypte : Au moins 11 morts et près de 100 blessés (nouveau bilan)    Covid-19 : la moitié des adultes américains a reçu au moins une dose d'un vaccin    Création d'un institut de formation professionnelle    Chelsea et Tuchel en finale grâce à Ziyech!    Le Raja s'offre le MAT, le HUSA s'incline face à la RSB    Le FMI félicite le Maroc    La conjoncture et l'enjeu    El Otmani: une «illustration des contours de la politique sociale de SM le Roi»    Reportage// Ramadan : Je ne sais pas lire l'arabe, comment avoir un contact avec le Saint Coran ?    Le journal égyptien «Al Ahram» met en lumière sur les traditions du Ramadan au Maroc    Kafala: Le procureur général appelle à une intervention positive    Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers    Le livre. Demain l'âge d'or de Jacque Heitz (suite)    Le livreur algérien de Deliveroo qui refusait de servir des clients juifs a été expulsé vers son pays    Les dates des premières élections fixées    Ancienne médina de Rabat: Une offre abondante et diversifiée pour le Ramadan    Phosphates : un think tank américain appelle à l'annulation des droits d'importations imposés au Maroc    Rachid El Ouali s'exprime sur sa première expérience en tant que réalisateur de sitcom dans Info Soir (Vidéo)    Le match fou du PSG contre Saint-Etienne (VIDEO)    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Nucléaire iranien : Des avancées malgré la difficulté des négociations    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Revalorisation : La grogne monte chez les agents de la protection civile en Algérie    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Maroc/Trésor : Déficit budgétaire de 7,3 MMDH à fin mars 2021    Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner    Ramadan: Une véritable aubaine pour l'activité commerciale à Souk « Tlat » d'Al Hoceima    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Le profond malaise qui demeure entre la France et l'Algérie s'exaspère    The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains    URGENT ..Foot: la direction du Bayern « désapprouve » l'annonce par Flick de son départ    AMIC : Les levées de fonds pourraient atteindre 2,9 MMDH en 2021    Finale de la Coupe du Roi : Le Real félicite le Barça après son 31ème sacre    OCS-RCOZ (2-1) : Les Messfiouis maîtres chez eux !    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Médecine : Quand la France censure le débat médical
Publié dans L'opinion le 05 - 01 - 2021

Un décret gouvernemental réformant le Code de déontologie des médecins, impose aux professionnels de santé de ne communiquer que des données scientifiques «confirmées».
L'annonce du texte qui fait craindre que le Conseil national de l'Ordre des médecins ne finisse par censurer certaines informations ou hypothèses est passée inaperçue. Le 31 décembre, maître Thomas Benages déposait un recours devant le Conseil d'Etat. En cause, le décret du 22 décembre 2020 pris par le gouvernement qui modifie le Code de déontologie des médecins à propos de leurs règles de communication professionnelle. Une «atteinte à la liberté d'expression» selon l'avocat. Tout particulièrement en cette période d'épidémie, où les médecins sont régulièrement sollicités. Les modifications introduites dans le texte risqueraient de nuire aux «actions d'information du public à caractère scientifique».
L'article 13 du Code de déontologie oblige désormais le médecin qui participe à une action d'information du public «à caractère éducatif, scientifique ou sanitaire», à ne faire «état que de données confirmées». La nouvelle formulation stipule aussi que le médecin est libre de communiquer «des informations scientifiquement étayées» sur «des questions relatives à sa discipline ou à des enjeux de santé publique». Le médecin est invité à se garder de «présenter comme des données acquises des hypothèses non encore confirmées». C'est «l'ambiguïté» de telles mentions que craint Thomas Benages, qui a déposé ce recours pour le compte de plusieurs médecins, dont les professeurs Christian Perronne et Paul Trouillas.
Un «pouvoir arbitraire» entre les mains du Conseil de l'Ordre
L'avocat voit dans ce nouveau décret une arme mise à disposition du Conseil national de l'Ordre des médecins. Cette instance disposerait à l'avenir du pouvoir de sanctionner les médecins proposant des études en marge ou en opposition des données reconnues et officielles. L'obligation nouvelle de fournir des «données confirmées ou étayées» dans le domaine «scientifique» reste selon lui problématique. D'autant plus dans cette période de crise sanitaire, où «il existe un débat» sur les données scientifiques livrées au public.
«Qu'est-ce qu'une donnée scientifique qui répondrait à ces deux qualificatifs, "confirmé" et "étayé"?» s'interroge Thomas Benages au micro de Sputnik. «Le texte ne nous le dit pas! L'ambiguïté sémantique maintenue par le décret laisse le soin au Conseil de l'Ordre d'établir luimême ce qu'est une telle donnée.»
Or plusieurs membres y sont «élus sur une base politique et syndicale», donc sans «qualification scientifique» pour juger de la scientificité des données dites «étayées ou confirmées». Un «pouvoir arbitraire», selon maître Benages, qui avance que plusieurs précédents durant la crise du Covid ont montré les limites des données scientifiques considérées comme «confirmées».
Et de citer le «scandale du Lancet», la très sérieuse revue scientifique britannique accusée d'avoir publié une étude fallacieuse sur l'inefficacité de l'hydroxychloroquine. Le recours déposé devant le Conseil d'Etat est donc motivé par une «atteinte à la liberté d'expression». Mais il l'est aussi par l'irrespect des «principes constitutionnels de clarté et d'intelligibilité de la loi», puisque le décret ne précise pas ce que sont ces «données scientifiques non confirmées ou non étayées.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.