Le gouvernement mauritanien condamne les propos de Raissouni    Nador : 13 migrants condamnés à deux ans et demi de prison ferme    Jerusalem-Ankara. Une normalisation très avancée    M'diq: l'incendie de forêt presque entièrement maîtrisé    Le Maroc persévère dans sa lutte contre la traite des humains    Vague de chaleur de vendredi à dimanche dans plusieurs régions    Le Mali demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur les «actes d'agression» français    Le président tunisien Kais Saied entérine la nouvelle Constitution    Plan d'aide de Séoul pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne    Jeux de la solidarité islamique, karaté : deux médailles d'or pour le Maroc    Brésil-Argentine annulé    Espagne : Sanchez veut un gazoduc connecté à l'Europe centrale    Fête nationale gabonaise: activités sportives et culturelles à Laâyoune    La forteresse « Casa del Mar »    Un Tremplin rythmé et électrique au stade du R.U.C. à Casablanca    Ciné Plage de Harhoura n'aura pas lieu    L'acteur marocain Mohamed Zyat est hospitalisé (VIDEO)    Agadir: Présentation des opportunités d'investissement aux Marocains du monde    Google : Les robots appelés à prendre des décisions    France : Les étudiants universitaires marocains connaîtront une nouvelle augmentation de frais de rentrée    Marrakech : Célébration du 69ème anniversaire de la Manifestation du Mechouar    فيروس كورونا : 109 إصابات جديدة دون وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Beach-soccer: le Maroc qualifié pour la CAN 2022    Dogmatisme aveuglant !    Casablanca : «Al Majdoubia » de Saâdallah brille lors du Festival Al Fida    Tragédie de Khouribga: les dernières précisions d'un responsable (VIDEO)    Mercato : le Marocain Benjamin Bouchouari rejoint l'AS Saint-Étienne (PHOTO)    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 Aout 2022    Dakhla : Une touriste française succombe à ses blessures causées par des chiens errants    Maroc : 1 819 agents d'autorité concernés par un mouvement de mutation    Ronaldo promet la "vérité" en réponse aux "mensonges" des médias    Serie A: ouverture d'une enquête après les cris racistes contre Osimhen    Compétitions africaines interclubs : La participation des Raja, Wydad (LDC) ,AS FAR et RSB officiellement validée par la CAF    Le Radisson Hotel Group s'implante à Saïdia    L'ambassadeur chinois à Washington met en garde les Etats-Unis contre les conséquences de son soutien à Taïwan    Myanmar : Les Rohingyas exigent un environnement favorable à leur rapatriement    Le roi Mohammed VI félicite les présidents indonésien et gabonais    Le Nord plébiscité par les touristes    L'Ukraine annonce le départ du 1er navire de céréales pour l'Afrique    «Vaste manifestation marocaine vers Tindouf»: séisme en Algérie après les propos d'Ahmed Raïssouni    Penser l'amour : Dans le jardin amoureux de Fatéma Mernissi    Culture et conflits : Une crise de mutation pour sauver le monde    Essaouira : La tribu Oulad Tidrarine Alansar fête son 46è moussem culturel et religieux    Trafic de drogues et de psychotropes : Arrestation de 26 individus à Fès    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 17 août 2022    Biden signe la loi sur la réduction de l'inflation    Cours des devises du mercredi 17 août 2022    Accidents de la circulation: 20 personnes décédées et 2.244 autres blessées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Education et égalité des genres : Meilleures en lecture, les filles au Maroc égalent les garçons en maths
Publié dans L'opinion le 29 - 04 - 2022

Dans le monde en général et au Maroc en particulier, les performances des filles en mathématiques sont désormais égales à celles des garçons, selon l'UNESCO.
En mathématiques, l'écart entre les genres en faveur des garçons dans les petites classes disparaît progressivement, selon un nouveau rapport de l'UNESCO sur l'état de l'éducation dans le monde, réalisé sur les écoles primaires et secondaires de 120 pays, dont le Maroc.
Intitulé « Approfondissant le débat sur ceux qui sont encore laissés pour compte », le rapport montre, en premier lieu, que pendant de nombreuses années, le niveau des garçons était supérieur à celui des filles en mathématiques, mais ces inégalités de genre ont disparu par la suite. « Même si les filles rattrapent leur retard en mathématiques dans le deuxième cycle de l'enseignement primaire et secondaire, les garçons sont beaucoup plus susceptibles d'être surreprésentés parmi les élèves les plus performants en mathématiques dans tous les pays », écrit l'UNESCO.
L'agence onusienne spécialisée souligne, en outre, que l'écart entre les genres en matière d'apprentissage s'est réduit même dans les pays les plus pauvres. Et dans certains pays, l'écart s'est maintenant inversé. A titre d'exemple, en 8e année, l'écart est en faveur des filles en mathématiques de 7 points de pourcentage en Malaisie, de 3 points au Cambodge, de 1,7 point au Congo et de 1,4 point aux Philippines.

Et au Maroc ?

Dans les pays à revenu intermédiaire et élevé, dont le Maroc, les filles du secondaire obtiennent des résultats significativement plus élevés en sciences. « Malgré cet avantage, les filles sont encore moins susceptibles d'opter pour des carrières scientifiques, ce qui indique que les préjugés sexistes pourraient encore constituer des obstacles à la poursuite d'études supérieures dans les domaines des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques», constate l'UNESCO.
Le rapport de l'UNESCO, de 82 pages, révèle, par ailleurs, que les filles, même si elles réussissent bien en mathématiques et en sciences, elles réussissent encore mieux en lecture. L'écart le plus important dans l'enseignement primaire se situe en Arabie saoudite avec 77 % de filles , mais seulement 51 % de garçons en 4e année qui atteignent une compétence minimale en lecture.
Au Maroc, souligne l'UNESCO, les filles dépassent les garçons en lecture de 10 points de pourcentage.
« La plupart de ces données ont été publiées au cours des 18 derniers mois, mais se réfèrent à la situation juste avant que la pandémie ne frappe. Nous savons que les résultats d'apprentissage ont été durement touchés dans les pays qui ont fermé des écoles pendant de longues périodes et n'ont pas été en mesure d'offrir des possibilités d'apprentissage à distance à la majorité de leurs élèves...Il faudra un certain temps avant que nous ne puissions avoir une image vraiment globale sur l'impact à long terme de la pandémie, y compris son impact sur le genre », estime l'UNESCO.
A. CHANNAJE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.