PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    Transformation digitale au Maroc: une nouvelle stratégie sera prochainement lancée    Allocations familiales: ce que prévoit le gouvernement en 2023    PLF 2023: priorité donnée à l'emploi, les détails    Un sardinier marocain avec 23 marins à bord en difficulté au large de Casablanca    Champions League (tours préliminaires): voici les adversaires du Wydad et du Raja    Mercato : Yassine Labhiri choque le WAC et le Raja en signant à ... Berkane (PHOTO)    Maroc/Covid-19: 191 nouveaux cas et 1 décès ces dernières 24h    Réforme de la Santé: ce que prévoit le gouvernement Akhannouch en 2023    Tanger: un camionneur marocain de 37 ans pris la main dans le sac    Le Marocain Bilal Sahli remporte la médaille d'argent    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule "dans de bonnes conditions", un pic attendu fin août    Taïwan organise des exercices militaires, accuse Pékin de préparer une invasion    Le Groupe arabe à l'ONU salue les efforts soutenus de SM le Roi, Président du Comité Al-Qods    Algérie-arnaque d'étudiants : prison ferme pour deux personnes    Le CCME célèbre les Marocains du Monde et leurs régions    #Dégage_Akhannouch : «le patron d'Afriquia est accusé d'augmenter les prix à la pompe pour s'enrichir»    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc (politologue)    Finances publiques: regain de forme des économies    Jeux de la solidarité islamique : Noura Ennadi offre l'or pour le Maroc au 400m haies    Jeux de la solidarité islamique/400 m haies: Noura Ennadi remporte la médaille d'or    Jeux de la solidarité islamique : Laaraj offre l'or au Maroc, El Bouchti en argent au taekwondo    Football : Le championnat marocain, destination préférée des joueurs algériens    Bourse de Casablanca: Clôture en bonne mine    L'endettement financier des ENF à près de 821 MMDH en 2021    Juillet 2022, l'un des plus chauds mois jamais enregistrés dans le monde    Compteur coronavirus: 191 nouveaux cas, plus de 6,7 millions de personnes ont reçu trois doses du vaccin    La Marine royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    Les Casques bleus en Afrique, entre consentement et crise de légitimité    Une nouvelle étude révèle que 58% des maladies infectieuses seraient liées aux menaces climatiques    Frontière turco-syrienne : Erdogan déterminé à mettre en place un corridor de sécurité    L'UE annonce une aide de 261 millions d'euros à l'UNRWA    Les Etats-Unis et les pays africains, des « partenaires égaux » face aux nouveaux défis    Accord de paix au Tchad: l'ONU salue une « étape importante » dans l'histoire du pays    La culture autre levier de la diplomatie marocaine    Le «Pavillon Bleu» hissé pour la 11è fois consécutive sur la plage d'Aglou à Tiznit    Clôture à Ain Leuh du 21ème Festival national d'Ahidous    Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans    Interview avec Ahmed Taoufik Moulnakhla : « Nous voulons contribuer au développement du partenariat Sud-Sud »    Najat Aâtabou danse et chante à l'occasion d'Achoura (VIDEO)    Météo. Voici le temps qu'il fera ce mardi 09 août au Maroc    Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la situation à Gaza    Le «Parlement itinérant» fait escale à Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Magazine : Arno, un mec qui meurt
Publié dans L'opinion le 01 - 05 - 2022

Iconoclaste, il était très attaché à sa belgitude. Européen jusqu'à la moelle, sa légendaire dégaine malaxait un sens de la pudeur et une filiation à l'absurde. Du blues au rock, de la new wave au funk, il aura survolé tout un pan musical allant jusqu'à enregistrer un duo avec... Mireille Mattieu qui paraitra à titre posthume. Il avait 72 ans.
« Putain, putain », chante-t-il en 1983 avec son groupe TC Matic sur l'album « Choco ». Un hymne à l'Europe, son land pour l'éternité. A ce stade, Arno marche déjà sur les cendres de deux formations, Tjens Couter et TC Band (1977-1980) -« T » renvoyant à son patronyme et « C » tiré du nom de son complice et guitariste Paul DeCoutere.
Une carrière de rocker biberonnée au blues, nourrie variablement au funk et à la new wave. Cela donne du Arno : « Je suis arnoïste. Je suis le seul, c'est mieux comme ça », dit-il en précisant qu'il n'est ni de droite ni de gauche, ce qui nous éloigne de la musique. Arno trempe dans le punk en s'en éloignant. Délicate posture à un moment où la new wave « reggaenne » éclot parallèlement à un ska festif.
Arno préfère balayer devant la porte des autres. Avec sa voix caverneuse, il est le chanteur belge le plus proche des incantations sépulcrales de Tom Waits, cynique auteur américain dont l'ambiance tombale qui enveloppe ses sets regorge de beautés maléfiques. Si la comparaison l'agace, elle amuse la critique qui l'a à la bonne.
Des reprises qui font mouche
Après « Choco », TC Matic réalise « Yé-Yé » en 1985. Il est porté par « Elle adore le noir (pour sortir le soir) ». Au lendemain d'une piteuse prestation en première partie du combo écossais Simple Minds, TC Matic explose. Arno s'installe alors en solo, avec un succès d'estime et un rayonnement confidentiel dus essentiellement à des textes attendrissants teintés de candeur : « Putain putain », « Bathroom Singer », « Elle adore le noir », « Les Yeux de ma mère », « Je veux nager », « Chic et pas cher ». Mais le prince prodigue des Belges a de l'astuce dans sa besace.
Il emprunte avec vigueur le chemin des reprises qui font mouche, usant du français, de l'anglais et du flamand : « Les Filles du bord de mer » d'Adamo, « Le Bon Dieu » de Jacques Brel, « Comme à Ostende » de Jean-Roger Caussimon et Léo Ferré, « Elisa » de Serge Gainsbourg, « Sarah » de Georges Moustaki, « Mother's Little Helper » des Rolling Stones, « Get Up, Stand Up » de Bob Marley et Peter Tosh , « Roadhouse Blues » de The Doors...
En 1991, avec le bluesman belge Roland Van Campenhout, il forme le groupe éphémère Charles et les Lulus qui enfante un unique album. Mais c'est sur scène qu'il exalte le plus comme le soulignent ses albums en concert « À la française » sorti en 1997 et « Live in Brussels » en 2005 où trônent des interprétations des « Yeux de ma mère ».
En 2006, il tient le rôle principal de Komma, un long métrage de Martine Doyen. Il alterne avec l'enregistrement de l'album « Jus de box » qui paraît en janvier 2007. L'année qui suit, il est à l'affiche du film « J'ai toujours rêvé d'être un gangster » de Samuel Benchetrit, où il donne la réplique à Alain Bashung. Il sort également « Covers Cocktail », une compilation de ses reprises, agrémentée d'un inédit, « I Want to Break Free » de Queen. Son dernier album avec de nouvelles compositions, « Santeboutique », sort le 13 septembre 2019.
« La musique est le métier qui m'a permis de ne pas travailler »
Malgré un cancer du pancréas diagnostiqué en novembre 2019, Arno, forcé d'annuler plusieurs concerts, ne lâche pourtant pas prise entre séances studio et prestations scéniques : «Je ne sais faire que ça, c'est le métier qui, depuis cinquante ans, m'a permis de ne pas travailler.»
En 2021, il enregistre l'opus « Vivre », reprenant son propre répertoire où sa voix est couchée sur les notes de piano du vaguement marocain Sofiane Pamart. Le 11 mars 2022, il donne son ultime spectacle à Ostende, sa ville. Avec cela, un posthume est déjà en chantier : le jour de la disparition du chanteur, Mireille Mattieu termine l'enregistrement d'une nouvelle version de sa chanson « Paloma Adieu » qu'elle partage en duo avec Arno.
Parti à 72 ans, l'artiste se confie il y a quelques mois à un journal flamand : « Hier est mort et demain n'existe pas, je vis comme ça depuis longtemps. C'est ce qui fait que je suis le dernier pépé du rock. Je suis trop âgé pour prendre ma retraite. Et puis, je ne peux pas mourir maintenant parce que les fleurs sont trop chères en ce moment. Je ne mourrai que quand les prix auront baissé. » Il faut croire qu'ils ont fini par baisser, ce 23 avril.
Anis HAJJAM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.