Résolution du PE: un eurodéputé prend la défense du Maroc    Benmoussa devant les diplomates: mais où sont passés les ambassadeurs d'Espagne et d'Allemagne?    Charte des services publics: le projet de loi adopté à l'unanimité par la 2ème Chambre    Marhaba 2021: les premiers MRE débarquent à Ouarzazate !    La Bourse de Casablanca finit en repli    Les coulisses de la visite d'Ismaël Haniyeh au Maroc    Israël lance une page Facebook dédiée au Maroc (PHOTO)    Euro 2020: les chances de qualification de la Turquie compromises (VIDEO)    Sergio Ramos quitte le Real Madrid    Yassine Bounou dans le viseur de trois clubs anglais    Maroc/Covid-19: le nombre de personnes complètement vaccinées à ce jour    CAN 2021 : Les Ecureuils du Bénin éliminés par les Leone Stars    Nordin Amrabat : "Il y a un certain intérêt de clubs de laLiga"    Botola Pro D1 :Le programme de la 22e journée    France. M'jid El Guerrab interpelle le ministre de la Santé sur la non-reconnaissance du vaccin de Sinopharm [Vidéo]    OCP et l'américain BCG proposent une offre unique dans le domaine de la maintenance et de la numérisation industrielle    Le monde de Julie Guégan    Avec un système audio de pointe sur sa nouvelle gamme : Ford séduit les mélomanes    Ismail Sqarou : «La Dekka est l'enfant légitime de Taroudant en termes de patrimoine»    Trois astronautes chinois dans la station spatiale    L'Algérie face à ses démons    Euro 2020 : La Hongrie craque en fin du match face au Portugal    Energies renouvelables : le Maroc se relance dans l'hydrogène vert    Adoption finale du projet de loi sur l'usage légal du cannabis    Lancement d'une campagne contre la privatisation de la plage d'Aïn Diab    Le nouveau modèle de développement ne fait pas l'unanimité    Le roi Mohammed VI félicite le premier ministre israélien    Profonds désaccords et faibles attentes    Quand on aime la vie, on va au musée    Edition: Lever l'hypothèque sur l'université    Le Nigeria s'apprête à construire le gazoduc avec le Maroc    L'agent de Hakimi confirme son départ !    Agrégation agricole: un nouveau dispositif réglementaire pour des projets d'agrégation de nouvelle génération    Législatives algériennes: 23% de participation, abstention historique et massive    Les hôtels Accor se mobilisent pour favoriser l'accueil des Marocains résidant à l'étranger    Marocains de l'étranger : dix-sept villes annoncées pour la quarantaine obligatoire    Covid-19 en France : plus de masque en extérieur, levée du couvre-feu dans quelques heures    Services juridiques à distance: lancement d'une nouvelle plateforme au profit des MRE    Averses orageuses localement fortes durant 48 heures dans plusieurs provinces marocaines    Privé : Akdital poursuit sa marche pour s'accaparer 20% de la capacité litière nationale    Sahara : Large soutien au Maroc à l'ONU    Le Maroc et la Serbie dans une approche tridimensionnelle pour l'Afrique, dit El Malki    Le roi Mohammed VI félicite le nouveau Premier ministre isralien Naftali Bennett    "African Lion 2021": une délégation militaire maroco-américaine visite l'hôpital de campagne près de Tafraout    MRE: l'ONCF lance un plan spécial    «Méditations et médisances»    «Soufi, mon amour» en tournée au Maroc    Action citoyenne : des livres pour les écoles primaires, les collèges et les lycées les plus défavorisés au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Femmes et médias
Publié dans L'opinion le 09 - 03 - 2013

La femme inonde le monde du cinéma et de la télévision. Le milieu artistique compte plus de femmes que d'hommes aussi bien en Asie, en Amérique qu'en Europe. Cette situation découle du système patriarcal que nous vivons, hérité depuis des siècles, qui fait dominer l'homme en l'entourant de pouvoirs extra naturels. C'est un constat qu'on n'est pas encore près à contester. Pour preuve, le nombre de spectateurs qui regardent les films sont essentiellement des hommes. Dans une salle de cinéma en Inde par exemple, le nombre de spectateurs masculins dépasse les 90 pour cent.
Ce déséquilibre humain a tout de suite ses conséquences notamment en matière de conceptions de films et partout dans le monde. On confectionne des films et on imagine des histoires et des scénarios en tenant compte de cette disproportion. Il faut assurer la meilleure adhésion entre le film et le spectateur en faisant appel à la psychologie sociale. Généralement frustré de moyens matériels et sentimentaux, le public doit retrouver sur écran les conditions fictives qui compensent ces manques. Les histoires doivent l'emporter le plus loin possible dans les rêves. Et le spectateur le plus démuni, doit assouvir ses instincts par l'imagination. Le cinéma finit par avoir une fonction de délivrance indispensable.
Cette situation à caractère social et psychologique a des répercussions directes sur la production cinématographique et télévisuelle. Rares sont les films imaginés sans femmes. Et lorsqu'elles existent, il y a une manière de les présenter de telle sorte à plaire au public masculin en premier lieu. Des femmes à moitié dénudées dans les positions les plus intimes sont des spectacles de tous les jours et l'on ne s'interroge plus sur les motivations, devenues tellement banales. L'instinct de l'homme est omniprésent pour un but purement mercantile. Des scènes de lit, les baisers tendres, les tenues légères, les corsets provocateurs, sont des scènes exigées et imposées par les producteurs érigés en maniaques véreux guidés par la seule rentabilité.
La télévision ne pouvait pas rester en laisse devant l'invasion des écrans par les corps. Déjà la publicité est essentiellement féminine pour les mêmes raisons évoquées plus haut. Il n' y a qu'à voir les chaînes de télévision italiennes , surtout celles de Silvio Berlusconi pour se mettre à l'évidence. Même pour les présentations les plus banales, le tirage d'un loto par exemple, la manipulatrice s'exécute délibérément à moitié nue. Il devient presque difficile de rencontrer une animatrice correctement vêtue dans ce type de chaînes demeurant d'ailleurs les plus regardées en Italie et ailleurs. Heureusement subsistent des chaînes qui maintiennent encore une pudeur et un certain respect pour la femme qui est en même temps du respect envers l'homme. Les chaînes des pays du sud entourent encore la femme davantage de considérations. C'est peut être leur seul avantage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.