CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    FIFM : Plusieurs projets récompensés dans le cadre des ateliers de l'Atlas    Un américain arrêté pour l'utilisation de Playstation pour son trafic de drogue    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    France : Des opérations escargots sur des routes à forte circulation    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    L'Otan adopte une déclaration finale    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Comment protéger vos données personnelles    L'Afrique n'est pas la principale source des flux migratoires    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Eléphants roses
Publié dans L'opinion le 23 - 05 - 2019

Amies lectrices, amis lecteurs, on l'a échappé belle. Les fameux bus roses auxquels nous avons failli avoir droit, ne seront pas mis en circulation comme annoncé par la presse en cours de semaine. Lahcen Elomrani, l'adjoint au maire PJDiste de la capitale et néanmoins ancien cador du «très barbu» Mouvement Unicité et Réforme (MUR), Mohamed Sadiki, vient de démentir la mauvaise nouvelle. Rétropédalage ou simple démenti d'une fausse information ? On n'en saura sans doute rien, mais grand ouf de soulagement quand même.
Le Maroc a frôlé la risée internationale. Est-on pour autant sortis de l'auberge ? Rien n'est moins sûr. Aussi ridicule et saugrenue qu'elle puisse paraître, l'idée de bus roses dédiés à la seule gent féminine est bel et bien véridique. Elle a germé depuis plusieurs années dans l'esprit résolument créatif de M. Sadiki qui en avait même fait un argument de campagne. Donc, Monsieur Sadiki a bien songé un jour à mettre en circulation parmi les murailles de la capitale ces «bus de la honte». Oui, je dis bien de la honte et le mot est bien pesé, bien choisi.
Est-ce avec ce genre de mesures que nous allons vaincre ce terrible phénomène du harcèlement dans nos rues ? Est-ce en parquant les femmes dans des bus grillagés, comme dans un safari, que nous les mettrons à l'abri des fauves et des prédateurs qui sévissent dans nos rues, nos administrations et nos entreprises ? La réponse est évidemment non. Mais comme souvent chez nous, on s'attaque aux syndromes et on laisse à plus tard ou à jamais les causes.
Avec ce genre de décisions et d'actions qui visent à scinder la société en deux, le Maroc aurait dépassé les frontières de la discrimination positive pour basculer dans la pure et simple ségrégation de genre. Faut-il s'étonner que certains parmi nos décideurs y réfléchissent et en parlent? Là aussi, la réponse est non. Car ce genre de sorties hasardeuses s'inscrivent dans une certaine logique de continuité. Celle de l'entourloupe pré-électoraliste et du discours populiste adressé au cerveau reptilien des masses, auxquels nos actuels dirigeants nous ont habitués durant les 8 dernières années.
Des bus roses, franchement ! Tant qu'à faire, équipez-les de têtes de licornes vos bus, Monsieur Sadiki, et dans votre élan créatif, lâchez des éléphants roses de préférence volants dans les rues de Rabat, mais ne réfrénez surtout pas votre délire psychédélique. A quand, donc, les hopitaux roses, les souks roses, les hôtels roses, les avions roses, les plages roses, les supermarchés roses, les restaurants roses, les usines roses... ?
Majd El Atouabi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.