La lune et le doigt    Casablanca/transport par bus: Faut-il revenir à la gestion directe?    Managem renforce son engagement RSE    Terres collectives: Le dispositif bientôt en plénière    Ecole publique: Sortir de l'idéologie de l'échec    Enfin un lycée français international à Oujda    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Qui va remporter la CAN ?    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    Maroc-UE. L'Espagne "satisfaite" de l'adoption de l'Accord de pêche    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Adam Naas : Vieille âme du futur    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Le Crédit Agricole du Maroc : un passage réussi au Parlement    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Communiqué du Bureau politique du PPS    La MAP inaugure son nouveau siège à Casablanca    Boucetta met en avant à Washington l'engagement continu du Maroc en faveur des libertés religieuses    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Préscolaire, le ministère dresse son bilan    Rabat. Un quinquagénaire arrêté pour meurtre    Primes : La CAF augmente le «prize money»    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…    10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    La syphilis regagne du terrain    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le "caractère spirituel" des oeuvres artistiques leur donne la valeur spéculée sur le marché (M.Benaissa)
Publié dans MAP le 18 - 07 - 2010

Le "caractère spirituel des oeuvres artistiques leur donne la valeur spéculée sur le marché", a indiqué, samedi soir à Asilah, le secrétaire général de la Fondation du Forum d'Asilah, Mohamed Benaissa.
S'exprimant à l'ouverture d'un colloque sur "l'art contemporain à la lumière de la crise économique internationale", organisé dans le cadre de la 25ème session de l'Université d'été Al Motamid Ibn Abbad, Benaissa a souligné que l'art est un "thème qui allie goût, esthétique et règles du marché".
Il a affirmé, à cet égard, que la ville d'Asilah a été toujours une place des arts et des artistes et n'a cessé de susciter des questions substantielles relatives aux arts.
Les autres intervenants ont soulevé la difficulté d'évaluer l'impact de la crise sur les arts, précisant que leur valeur est conditionnée par les règles liées à la qualité artistique de l'oeuvre, la rareté et l'époque.
C'est cette flexibilité qui a probablement permis aux arts plastiques et visuels de minimiser les effets de la crise financière internationale sur ce secteur.
L'impact réel de la crise sur les arts contemporains et sur l'investissement dans les oeuvres artistiques et le comportement des grands marchés de l'art face à cette crise sont autant de questions débattues par les artistes, critiques et représentants des maisons de vente et des galeries venus de plusieurs pays pour participer à ce colloque de deux jours.
L'université Al Motamid Ibn Abbad sera marquée par l'organisation de plusieurs colloques portant notamment sur "la diplomatie et la culture", "l'immigration : obligations et droits dans l'espace européen" et "le mouvement littéraire contemporain aux Emirats Arabes Unis".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.