Sourcing local: le ministère de l'Industrie signe un partenariat avec Kitea    Nouveau Citroën C5 Aircross : la belle découverte (VIDEO)    Impériales 2022 : et voici la marque marocaine la plus aimée    Maroc : Zapatero salue la position espagnole sur le Sahara    La HACA aux commandes du Réseau des Instances Africaines de Régulation de la Communication pour un mandat de 2 ans    Politique monétaire : Vers une hausse du taux directeur selon les prévisions de l'AGR    Covid-19 au Maroc : 22 nouvelles infections et aucun décès ce samedi    Le Maroc souligne à New York la place importante de la cause palestinienne dans l'action entreprise sous le leadership de SM le Roi    Crise de l'énergie: le chancelier allemand en Arabie saoudite    Aux Nations unies, le Mali s'en prend violemment à la France «néocoloniale, condescendante, paternaliste et revancharde»    Après avoir échappé à la peine capitale, Brahim Saadoun arrive ce samedi soir au Maroc    Le sélectionneur du Chili fait l'éloge des Lions de l'Atlas    Météo: Averses et pluies ce week-end dans plusieurs provinces du Royaume    Covid-19 : 22 nouveaux cas et zéro décès ce 24 septembre    Grands concerts de Rabat: la scène OLM Souissi retrouve son éclat après deux ans de Covid-19    Marrakech : Des shows et rythmes variés au menu du 5è Festival Gnaoua Show pour le Monde    OLM Souissi : 170.000 personnes ont assisté à Toto, Dadju et Ayra Starr    William Ruto : "la position du Kenya sur le Sahara est celle des Nations unies"    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce samedi 24 septembre 2022    Dr Tayeb Hamdi: « L'ensemble des citoyens ont intérêt à se faire vacciner contre la grippe saisonnière »    Casablanca accueille la première édition du Festival des Marocains du monde    Prix du pétrole et concurrence internationale    Burkina : Au moins 14 personnes tuées par des hommes armés    Division Amateurs : Tihad Benahmed (CUSBA) demande justice    Marrakech: un «ould lfchouch» commet un terrible accident (VIDEO)    Football / Le public rajaoui réclame le changement structurel : Pas de bricolage, non aux «charrettes» et au dénigrement    Las Palmas. Un Manifeste pour la réunification de tous les sahraouis    Maroc – Chili : Conférence d'après match de Walid Regragui    Division Nationale Amateurs / 1ère Journée : Réussir l'entame pour mieux se projeter !    Washington annonce des mesures pour faciliter l'accès des Iraniens à Internet    Nador: peine de prison alourdie pour des migrants impliqués dans les événements de Melilla    Le Partenariat Vert UE-Maroc sera signé prochainement    La région Marrakech-Safi et l'OCP scellent un partenariat pour booster le développement    La revue de presse des hebdos du samedi 24 septembre    Abdelilah Benkirane défraie encore la chronique    La Somalie va ouvrir un consulat général à Dakhla    Enlèvement d'une fillette à Kénitra: le suspect arrêté sur un bateau de pêche    CAN cécifoot: le Maroc sacré champion d'Afrique    Tennis: Sourires et larmes pour les adieux du "roi" Federer    Le beau message d'Arturo Vidal à Achraf Hakimi après Maroc-Chili (PHOTO)    Sahara marocain: Le Soudan du Sud déjuge la propagande algéro-polisarienne et rétablit la vérité sur sa position    France : Une centaine d'associations signe la pétition « La politique des visas : discriminations et injustice »    Les températures attendues ce samedi 24 septembre    Pétrole: le WTI clôture sous 80 dollars, une première depuis plus de 7 mois    Samira Saïd: « Rabat ne cesse d'embellir de jour en jour » (VIDEO)    Rabat: Cheb Khaled, Manal... La soirée de l'OLM Souissi comme si vous y étiez (VIDEO)    5ème Salon régional du livre du 28 septembre au 4 octobre à Tinghir    Quand Amina Benmansour Kanouni interroge la relation humaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Casques bleus en Afrique, entre consentement et crise de légitimité
Publié dans Maroc Diplomatique le 09 - 08 - 2022

La semaine dernière, au moins 15 personnes dont deux marocains sont mortes dans des manifestations exigeant que les Casques bleus de l'ONU quittent la République démocratique du Congo (RDC). La semaine précédente, la junte militaire au pouvoir au Mali avait interrompu les rotations de troupes pour la mission de l'ONU sur place et éjecté le porte-parole adjoint de la mission. Aujourd'hui, la chasse aux Casques bleus en Afrique sonne comme une réponse à de terribles manquements de l'ONU.
La chasse aux Casques bleus met en lumière les crises profondes de consentement et de légitimité qui se déroulent dans ces missions. La mission de l'ONU en RDC – Monusco (Mission de l'Organisation pour la stabilisation en République démocratique du Congo) – a le faible consentement du gouvernement pour opérer et exercer la force, mais elle n'a pas réussi à construire la légitimité et le consentement parmi les gens ordinaires qui sont les plus touchés par le conflit, a rapporté « The global observatory ».
Le gouvernement tente de faire partir la mission depuis 2010, et l'ONU est en train de retirer la mission depuis 2020. Les manifestants, quant à eux, disent qu'ils veulent que l'ONU parte parce qu'elle n'a pas réussi à protéger les civils.
La semaine dernière, des Casques bleus de l'ONU de retour de leur pays d'origine ont ouvert le feu sur une foule, tuant deux personnes et en blessant d'autres – un incident grave qui a suscité l'indignation du Secrétariat de l'ONU et semble susceptible d'accélérer les demandes de départ de la mission.
→ Lire aussi : Mort d'un Casque bleu marocain en RDC : L'UA condamne avec vigueur les attaques contre la MONUSCO
Au Mali, le consentement du gouvernement à la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation au Mali (Minusma) qui a débuté en 2013 s'est détérioré à la suite d'un coup d'Etat militaire en 2020. Un récent renouvellement du mandat a d'abord bloqué sur la liberté de circulation de la mission dans le pays et sur la manière de gérer l'augmentation signalée des violations présumées des droits humains par les forces armées maliennes.
Les manifestations en RDC soulignent à quel point le consentement des peuples, et pas seulement de l'Etat, est au cœur du travail efficace des opérations de paix de l'ONU, tandis que les troubles liés aux conditions du déploiement de la Minusma soulignent comment les questions politiques, et non l'exercice de la force, restent au cœur des opérations de paix.
Si les Etats membres de l'ONU veulent que les opérations de maintien de la paix multidimensionnelles survivent aux prochaines décennies, alors ils devraient autoriser des opérations de paix qui renforcent le consentement et le soutien à la paix et à leur présence et à leurs objectifs à plusieurs niveaux – y compris l'Etat et son peuple – et rédiger des mandats ancrés dans des processus politiques significatifs, sensibles au contexte et centrés sur les objectifs diplomatiques et humanitaires.
La Monusco et la Minusma, ainsi que la Minusca, la mission des Nations Unies en République centrafricaine (RCA), sont de solides opérations de paix avec des mandats de stabilisation. Contrairement aux missions plus anciennes qui se concentrent sur le respect des accords de paix entre les parties, Monusco, Minusma et Minusca sont toutes chargées d'aider le gouvernement de l'Etat à gérer les contestataires violents et à affirmer sa primauté.
Dans ces missions, l'ONU intervient explicitement du côté de l'Etat, et les soldats de la paix sont chargés d'utiliser la force pour défendre l'autorité de l'Etat.
Sur le plan ambitieux, les interventions de l'ONU sont entreprises au service des personnes, pas seulement des Etats. Selon une interprétation, tout un ensemble d'obligations internationales découle de la déclaration de la Charte des Nations Unies selon laquelle les peuples de l'ONU, et non les Etats, concluent un pacte pour sauver les générations futures du fléau de la guerre.
Les missions ne peuvent pas faire leur travail lorsque les populations locales ne veulent pas d'elles là-bas, et les opérations de l'ONU sans le consentement du peuple sont des exercices simples pour défendre la souveraineté de l'Etat, pas des efforts pour construire une paix durable. Et opérer dans des circonstances dangereuses sans le consentement de l'Etat hôte ou la capacité de protéger les gens de la violence de l'Etat ou d'une paix claire à maintenir, comme le fait l'ONU au Mali, risque de nuire encore plus à la position de l'ONU en tant qu'organisation de rétablissement de la paix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.