La CAF retire l'organisation de la CAN 2025 à la Guinée    PCR, Pass Vaccinal: L'ONDA annonce la levée des restrictions sanitaires    Drame au CHU Ibn Sina ? Ce qu'il en est vraiment    Covid-19: levée des restrictions sanitaires à l'entrée du territoire marocain    La Galerie Banque populaire met le patrimoine culturel à l'honneur    Le campus de l'Ecole 1337 à Tanger Med accueille sa première promotion d'étudiants    فيروس كورونا : تسجيل 10 إصابات جديدة في 24 ساعة الماضية    Le Crédit Agricole du Maroc reçoit le label de certification de l'IFACI    Maroc : L'effectif des personnes âgées passe à 4,5 millions en 2022    Marrakech: le Caïd de l'annexe administrative d'Azli suspendu pour corruption    Une première: de l'eau extraterrestre trouvée dans une météorite    Football : Les Lionnes de l'Atlas participent à un tournoi international en Espagne    Juan Vivas exige le maintien du visa pour les Marocains souhaitant se rendre à Sebta    Marrakech: Abdelouafi Laftit suspend le caïd d'Azli, accusé de corruption    Prix des carburants: le gouvernement réagit aux recommandations du Conseil de la concurrence    Le CESE présente son avis sur l'aménagement durable du littoral    Lions de l'Atlas: la pilule ne passe toujours pas pour Vahid Halilhodzic    Sécurité alimentaire : La BAD approuve un prêt de plus de 2 MMDH pour le Maroc    Tanger Med : le troisième campus de l'école 1337 accueille sa première promotion    Les dirigeants de l'Union européenne «rejettent» l'annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes    Burkina Faso: Incertitude sur un éventuel putsch    Les camps de Tindouf sont totalement abandonnés par l'Algérie « dans des conditions scandaleuses »    La FAO et le PNUE lancent un appel pour combattre le gaspillage alimentaire    Message de félicitations du roi Mohammed VI à l'émir du Koweït    Gasoil/essence: le gouvernement travaille sur les recommandations du Conseil de la concurrence    Symphonyat 2022. « L'art n'a pas de religion »    Sabotage des gazoducs Nord Stream : Cui bono ?    Botola Pro D1 / 4ème journée : FAR-DHJ et SCCM-RCA en ouverture ce vendredi    Football pour amputés : Appel aux supporters marocains à venir encourager l'équipe nationale    Festival de Fès de la culture soufie : Une 15ème édition dédiée à Moulay Abdellah Chérif Ouazzani    Partenariat : Accord entre l'AMPCC et l'Union des villes et communes de Côte d'Ivoire    BCIJ : Interpellation à Casablanca d'un extrémiste partisan de «Daech»    Achat d'armes russes: Des membres du Congrès américain réclament des sanctions contre l'Algérie    Amine Harit : "Mettre du rythme" face à Boufal, Ounahi et Salama    4ème journée de la Botola Pro D1 inwi: Un Wydad-RSB plus tendu que jamais    Prévue le 8 octobre: La Course internationale 10 km de retour à Marrakech    Le Maroc assure à partir du 1er octobre la présidence du Conseil de paix et de sécurité de l'UA    Maroc : Le mandat des membres du Conseil national de la presse prorogé de six mois    Festival du court métrage de Marrakech : «Ultimate Ink» de Yazid El Kadiri primé    Jazz au Chellah : Un concert d'ouverture inédit avec Arifa, Soukaina Fahsi et Aziz Ouzous    L'Institut français de Tanger expose ses priorités    Exposition de l'artiste-peintre Aziz Arbaoui du 1er au 15 octobre à Béni Mellal    Clap de fin pour «Rachid Show» ? Allali brise le silence (PHOTO)    Migrations : L'Espagne souligne l'importance du ''Processus de Rabat''    Croissance économique : net ralentissement à 2% au T2-2022    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce vendredi 30 septembre    Armement/CAATSA : 27 députés américains demandent des sanctions économiques contre l'Algérie    BAM: un nouveau cycle de resserrement monétaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Géopolitique, l'humanité en « stand by », comment réinventer l'ordre mondial ?
Publié dans Maroc Diplomatique le 16 - 08 - 2022


Par Taoufiq Boudchiche, Economiste
L'humanité et la planète sont en souffrance. Il suffit de regarder autour de soi. Les crises s'entremêlent entre effets du réchauffement climatique, pandémies mondiales, guerre et tensions de basse et haute intensité, crise alimentaire et énergétique....Et, pour reprendre une célèbre expression « Notre maison brûle » et nous ne savons plus comment la sauver.
Le Monde est en rapide mutation ainsi que l'histoire qui s'accélère entraînés par des rapports de force sur le terrain devenues incontrôlables. Parallèlement, le sentiment d'un désordre mondial accompagné d'un vide idéologique et culturel s'installe et semble encore plus menaçant pour notre avenir commun. La Pax Americana et ensuite le consensus de Washington qui avaient contribué à structurer l'ordre international de l'après seconde guerre mondiale sont ébranlés, entraînant l'effritement du leadership américain. On assiste plutôt à une «tectonique» dangereuse des visions du monde sans savoir dans quelle direction l'humanité se dirige.
Dans ce monde multipolaire, plusieurs visions du monde se disputent la scène internationale. Il y a d'un côté, le libéralisme occidental autrefois triomphant semble de plus en plus vaincu auquel se greffe un libéralisme social plus revendicatif que structurant (wokisme, LGBT, ...). Mais d'autres visions culturelles ont émergé. L'islamisme par exemple qui se veut un rempart antioccidental en cultivant une singularité ambiguë entre libéralisme occidental et autoritarisme oriental dont « l'erdoghanisme » en offre une version aboutie. Mais l'islamisme tant qu'il est miné de l'intérieur par les mouvements radicaux et violents restera à l'état de mouvement identitaire sans grand avenir.
Les cultures slaves et extrêmes orientales tentent également de se frayer un chemin parallèlement aux succès économiques des sociétés auxquelles elles appartiennent mais sans convaincre véritablement. Elles peinent à déborder au delà de leurs aires géographiques d'influence : Asie, Chine, Russie, Inde. .. Ce qui est déjà considérable vu l'importance démographique des sociétés qu'elles représentent. Mais elles-mêmes sont sujettes à une compétition dans leurs aires respectives qui neutralisent leur volonté de puissance. D'autres cultures telles que l'arabisme qui a eu son apogée à l'époque « nassérienne » jusqu'au années 80 s'est effondré dans les ruines des guerres israélo-arabes. Et, les espoirs portés par la négritude au sens « Senghorien » aura vécu son temps. Leurs réminiscences ont été cannibalisées par les cultures dominantes. La créolisation n'est pas pour demain. Le shiisme iranien quant à lui s'arcboute dans un clanisme dangereux et belliqueux. Son espoir de s'imposer en devenant une puissance régionale nucléaire préoccupe plus qu'il n'inspire l'exemplarité à l'extérieur du monde shiite.
→ Lire aussi : Santé et enjeu géopolitique: Peut-on rêver d'une santé équitable dans le monde ?
Il y a donc lieu de s'interroger dans ce monde multipolaire dans lequel les guerres d'influence affinent leurs arguments, quelles seraient les forces idéologiques et culturelles qui s'imposeront à l'avenir ? A cette fin, il faut bien garder à l'esprit la dialectique marxienne qui a bien conceptualisé à quelques nuances prés les interactions entre infrastructures et superstructures. Les cultures et les idéologies qui vont dominer le monde futur seront nécessairement celles qui réussiront à s'imposer par leurs valeurs spirituelles, sociales et économiques plus que par la conquête militaire. Marx aura négligé dans sa dialectique le rôle moteur des valeurs culturelles et spirituelles leur conférant un rôle secondaire, voire néfastes. Ce qui, à mon avis, a entaché négativement sa réflexion et conduit entre autre à l'échec du « communisme idéologique ».
L'humanité dans sa globalité par le biais des institutions internationales et des mécanismes de régulation à l'échelle mondiale a gagné, fort heureusement, en pacifisme et ne tolère plus les conquêtes par la violence. C'est pourquoi l'entreprise guerrière russe en Ukraine est vouée à l'échec comme celle des Etats-Unis l'a été auparavant en Irak et en Afghanistan. C'est le résultat inverse qui est obtenu à savoir le rejet de l'Amérique dans cette Région. En Ukraine, c'est le rejet de la Russie qui fait tâche d'huile dans toute l'Europe et une partie du reste du monde mais qui n'ose l'exprimer par crainte de fâcher « l'ogre russe ».
Les organisations mondiales telles que l'ONU subissent les effets négatifs de cette situation. Celles-ci marginalisées et/ou instrumentalisées à l'excès par les grandes puissances, au gré de leurs intérêts, sont de plus en plus impuissantes à régenter ou du moins contrôler le cours des choses. Les organisations régionales quant à elles, comme l'Union Européenne, l'Asean, l'Union Africaine... ne semblent pas être très efficaces dès lors qu'elles doivent s'imposer mondialement. Aussi, notre monde est-il appelé à réinventer les fondements socioculturels du monde de demain. Probablement, imaginer d'autres formes d'organisations institutionnelles au sein de ces mêmes organisations.
L'humanité est dans une sorte de « stand by », causé par un sentiment de sidération et d'impuissance, face aux forces de destruction de la planète et partant de l'ordre international. L'incertitude et l'égoïsme des nations priment sur l'intérêt général. Le monde est sans leadership idéologique et culturel susceptible de produire une adhésion forte de la communauté internationale. La « Pax Americana » a sombré culturellement dans les conflits en Irak et en Afghanistan prises en flagrant délit de mensonges (à l'instar de la manipulation sur l'existence d'armes chimiques en Irak pour motiver une guerre sauvage et meurtrière). Et, mise à part la parenthèse heureuse de l'Accord de Paris en 2015 sur le climat qui avait soulevé par ses dispositions l'espoir d'une justice sociale et d'une justice climatique pour s'attaquer aux causes profondes des déséquilibres affectant l'humanité et la planète, les populismes ont depuis réoccupé le terrain.
Par conséquent, dans un contexte de vide idéologique et culturel sur la scène mondiale, il conviendrait rapidement d'engager de nouvelles réflexions en dehors des sentiers battus pour réinventer des valeurs communes fortes garantissant le progrès humain et social. La diversité culturelle facteur de paix et de civilisation mérite d'être institutionnalisée en donnant plus de place à des organisations comme l'UNESCO. Pour l'instant ce sont les bruits de botte qui se font le plus entendre. Jusqu'à quand ? Nul ne le sait. L'humanité en est d'autant plus déboussolée et notre planète encore plus meurtrie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.