Hautes fonctions : La procédure de nomination remise à plat    Avis Locafinance ouvre une nouvelle agence à Casablanca    Wafa Assurance lance une gamme de produits à partir de 60 DH/an    Le Souss aura son Forum international en novembre prochain    Rekrute lance un simulateur de salaire gratuit    Education aux valeurs. Oui, mais quoi ?    Tunisie    Immigration clandestine : Six personnes arrêtées à Tan Tan et Laâyoune    Renversement d'un autocar à Errachidia : Le bilan grimpe à 17 morts    Le ministère de l'éducation nationale rassure    Météo: le temps qu'il fera ce mardi    Le CNDH va présenter ses recommandations d'amendement du Code pénal    L'ONU appelle à enquêter sur l'usage "excessif de la force" par la police russe    Le Hezbollah abat un drone israélien à la frontière libanaise    La Tunisie au rythme de soirées politiques télévisées inédites    Brexit: Jamais deux sans trois?    Insolite : L'hymne d'Andorre joué par erreur au coup d'envoi de France-Albanie    Les U23 ont-ils encore une chance de se qualifier ?    Une large revue d'effectif prévue par le sélectionneur national face au Niger    Il fait l'actu : Miloudi Moukharik, président de l'UMT    La Bourse de Casablanca boucle la semaine en baisse    Un haut responsable parlementaire chinois appelle à resserrer la coopération parlementaire avec le Maroc    Forte chute des prix des céréales de base et du sucre à l'échelle mondiale    Les régimes végétariens et végétaliens augmenteraient le risque d'AVC    La cigarette électronique au cœur de la polémique    Accident d'Errachidia: le chauffeur ayant pris la fuite se rend aux autorités    "Les fleurs du passé ont fleuri" Premier souffle poétique d'Alain Psaume Bouithy    "Tiwizi", une nouvelle collection pour diffuser des ouvrages académiques auprès d'un large public    "Ça" démarre fort au box-office    L'Boulevard revient dans tous ses états    Pour un nouveau contrat social (au Maroc et ailleurs)    Elections en Russie : Lourdes pertes pour le pouvoir à Moscou    Les Lionceaux et les Lions de l'Atlas logiquement accrochés    Nucléaire iranien: l'AIEA confirme l'installation de centrifugeuses avancées    Ouverture du 8ème congrès national de la Jeunesse socialiste    Mostra de Venise. Le "Joker" triomphe    La qualité l'emportera    Liban: Le Hezbollah dit avoir abattu un « drone israélien » à la frontière    La rentrée sociale !    Météo: Le temps qu'il fera ce lundi    Match amical : La sélection nationale des locaux bat le Burkina faso 1-0    La sélection nationale des locaux bat le Burkina faso    Soutien des pays d'Amérique latine à la cause nationale    Les sélections du Maroc (A, olympiques et locaux) ont des rendez-vous décisifs    Les Lions de l'Atlas accrochés à Marrakech par le Burkina Faso    La Toile selon l'art de la «halka» dans une peau comique et moderne    bdellatif El Mesnaoui : «Plusieurs scénarios souffrent d'une faiblesse structurelle»    «Eidreadathon»: Des lectures au goût de la fête    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Europe doit s'impliquer
Publié dans MarocHebdo le 08 - 05 - 2014

En 2005, le Maroc a dépensé 80 millions d'euros pour contrer la migration clandestine, et l'aide de Bruxelles n'arrive pas. En été 2006, il accueille la conférence Afrique-UE sur la question.
L'Europe doit s'impliquer
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Catherine Colonna et Alberto Navarro.
Ce n'est pas vraiment une image courante que de voir, sur la rive sud de la Méditerranée, trois responsables officiels présenter les résultats de leurs travaux sur la question migratoire. Pourtant, c'est à cet exercice qu'ont volontiers sacrifié la ministre française des Affaires européennes, Catherine Colonna, le ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération, Tayeb Fassi Fihri, et Alberto Navarro, secrétaire d'Etat espagnol aux Affaires étrangères. Lundi 5 décembre 2005, au siège du ministère marocain des Affaires étrangères, ils ont ainsi tenu une conférence de presse pour faire le point sur leurs discussions. Quel avait été l'ordre du jour de cette rencontre ? Trois dossiers surtout : le bilan du Sommet de Barcelone, qui a vu le Xème anniversaire de la conférence euro-méditerranéenne; l'évaluation des relations futures entre le Maroc et l'Union européenne; enfin, la préparation de la conférence Afrique-Union européenne sur l'immigration. À propos de tous ces points, des précisions et des éclaircissements ont été donnés. Les trois ministres ont insisté sur le fait que «les conclusions de Barcelone seront soutenues et mises en œuvre dans le sens des stratégies adoptées tant au niveau politique, économique que sécuritaire». Le dialogue politique avec le Royaume sera également poursuivi et approfondi. A cet égard, le secrétaire d'Etat espagnol ira même jusqu'à dire que «le Maroc est le pays le plus européen de la rive sud de la Méditerranée.» Enfin, Catherine Colonna et Alberto Navarro réitéreront l'appui de leur gouvernement respectif quant au projet présenté par Rabat d'une conférence Afrique-UE sur la question des migrations.
Tayeb Fassi-Fihri n'a pas manqué de relever au passage que le Maroc était le pays africain et méditerranéen le plus exposé du fait de sa proximité avec l'Europe et qu'il était ainsi un pays de transit pour l'immigration clandestine en direction du Nord.
C'est d'ailleurs cette question particulière qui a fait l'objet de la réunion à Marrakech, vendredi 2 décembre 2005, du groupe de travail hispano-marocain sur l'immigration. Il devait en particulier analyser la coopération bilatérale en matière de lutte contre l'immigration clandestine, les actions projetées concernant les mineurs non accompagnés et la canalisation légale des flux migratoires.
Comment mener une lutte conjointe et coordonnée contre l'immigration clandestine ? Depuis le début de cette année, pas moins de 80 millions d'euros (900 millions de dirhams environ) ont été engagés par Rabat pour faire face aux charges de ce type de migration, alors que l'aide promise par Bruxelles depuis des années n'avait pas encore été débloquée. Les événements intervenus, voici trois mois, à Mellilia, au Nord du Maroc, avaient pris une dimension dramatique et ils ne pouvaient que conduire à une approche opératoire. C'est dans cet esprit que le Maroc a proposé le projet d'une conférence Afrique-UE, visant à mettre à plat de manière conséquente tous les problèmes liés à ces flux de migrants irréguliers.
La conférence de Barcelone a adhéré à cette politique. Et la déclaration hispano-britannique de ce sommet euro-méditerranéen avait ainsi appelé à l'intensification de la coopération dans un esprit de responsabilité et de solidarité partagées sur tous les aspects liés à l'immigration irrégulière.
Retour