LDC: ce qu'a dit l'entraîneur du WAC sur le but refusé d'El Karti    Compteur coronavirus :112 nouveaux cas, 6.171.437 personnes vaccinées    Le beau message de Saad Lamjarred à Khadija Assad (VIDEO)    Frappe aérienne à Gaza: 10 membres d'une famille tués    Le sport est un vecteur de rapprochement des peuples, affirme l'ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud    Israël détruit l'immeuble des médias à Gaza    Deux tornades frappent la Chine : le bilan passe à 12 morts    Une sûreté sur tous les fronts: La DGSN fête son 65 anniversaire    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Décès de Hammadi Ammor: les confessions touchantes de son fils (VIDEO)    Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Exploration de l'espace : la Chine réussit à poser un robot sur la planète Mars    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Le Gunner déchu, Matteo Guendouzi, annoncé de retour en France    Mesures restrictives: Les Marocains sont à bout    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Inde: Les exportations agricoles en hausse de 17,5% en 2020-2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    Le Roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à la Palestine    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deux grands socialistes nous ont quittés
Publié dans MarocHebdo le 14 - 05 - 2014

Décès de mohamed benyahia et de mohamed lahbib forkani
Deux grands socialistes nous ont quittés
En l'espace de deux jours, 19 et 21 août 2008, la mort a emporté deux figures de la mouvance progressiste marocaine: Mohamed Benyahia et Lahbib Forkani.
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Mohamed Benyahia
Deux grandes figures de la mouvance politique progressiste nous ont quittés: Mohamed Benyahia et Mohamed Lahbib Forkani. Le cadet et l'aîné.
Décédé le mardi 19 août 2008, à 69 ans, Mohamed Benyahia a eu une vie à la fois mouvementée, et bien remplie, dans le sens qu'il voulait. Très jeune, au début des années soixante, au moment où le torchon brûle entre l'opposition et Hassan II, il quitte le Maroc pour la Syrie, en conformité avec ses convictions panarabistes et pro-palestiniennes. Il apprend surtout toute la complexité de ce Moyen-Orient arabe avec ses subtilités de langage et ses renversements de situation. Mohamed Benyahia remet sa bandoulière révolutionnaire à l'épaule et part pour l'Algérie. En 1970, au procès de Marrakech contre des dirigeants et militants de l'UNFP, il est condamné par contumace. Il sera gracié par Hassan II en mai 1973, deux mois à peine après les escarmouches sanglantes de Moulay Bouazza dans lesquelles un certain Fkih Basri a tout fait pour l'impliquer, avouera-t-il.
Lahbib Forkani.
Malgré la grâce royale, M. Benyahia choisit tout de même de s'exiler en France. Il y rencontre Abderrahmane Youssoufi, avec qui il rentrera au Maroc en 1979. À son retour, il dirige l'organe de l'USFP, Al Mouharir, jusqu'en 1980. Le quotidien socialiste est interdit au lendemain des émeutes de Casablanca, le 20 juin 1981. M. Benyahia crée alors son propre journal, Al Balagh, un hebdomadaire qui sortira de 1981 à 1985, où il défendra courageusement les positions de son parti. À le voir déambuler dans les couloirs de la primature, sous Abderrahmane Youssoufi, de 1998 à 2002, ou entre les rangées de la Chambre des Représentants dont il fait partie entre 2002 et 2007, on a du mal à imaginer le riche parcours qui a été le sien. La dernière bataille qu'il a menée fut celle du 8ème congrès de l'USFP, à la tête de la commission préparatoire. Il devait tout simplement éviter à ce parti un sabordage annoncé. Rattrapé par la mort, il n'a pu contribuer à l'accomplissement de cette mission qu'à moitié. Mohamed Benyahia a été inhumé à Meknès, sa ville adoptive.
Mémoire
Deux jours après le décès de Mohamed Benyahia, Mohamed Lahbib Forkani disparaît le 21 août 2008, à l'âge de 86 ans. Avec lui, c'est un pan entier du Mouvement national et de l'opposition radicale à la terreur entretenue par les généraux Oufkir et Dlimi, qui revient en mémoire. Lahbib Forkani fait partie de cette première génération de militants nationalistes et progressistes. Il aura connu les geôles du colonialisme et les prisons secrètes du Maroc indépendant où il a subi les pires tortures. Elu député en 1984, il a été membre du bureau politique de l'USFP de 1978 à 2002, l'année où il avait quitté le parti.
Lauréat de l'Institut Ben Youssef de Marrakech, qui a vu défiler sur ses bancs des noms comme Abdellah Ibrahim, Fkih Basri, Abdeslam Yassine et Mohamed Bensaïd Aït Idder, entre autres, Lahbib Forkani était aussi un homme de lettres et un poète. Deux recueils de poème renseignent sur sa faculté à manier le verbe et la métaphore: Noujoum fi yadi (des étoiles dans ma main) et Doukhan min al-azmina al mouhtarika (fumée des temps incandescents). Ce natif de Tahanaout a été inhumé au cimetière des Martyrs à Casablanca.