Le Parti de l'Istiqlal en tête des élections du Conseil provincial de Khouribga    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"L'interdiction des minarets viole la Constitution suisse"
Publié dans MarocHebdo le 14 - 05 - 2014

• Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du Culte musulman
“L'interdiction des minarets viole la Constitution suisse”
Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du Culte musulman (CFCM) et vice-président du Rassemblement des Musulmans de France (RMF), réagit au vote des citoyens helvétiques interdisant la construction des minarets en Suisse.
Recueillis par Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , Paris
Maroc Hebdo International: Quelle lecture faites-vous de ce vote? Y Voyez-vous un signe de “haine et d'intolérance” vis-à-vis de l'islam?
Mohamed Moussaoui: L'initiative populaire “contre l'interdiction de minarets” avait recueilli pour son lancement quelque 115.000 signatures, déposées à la chancellerie fédérale suisse en juillet 2008. Elle a été rejetée par le Conseil national par 132 voix contre 51 et 11 abstentions et par le Conseil des Etats par 39 voix contre 3 et 2 abstentions. Elle a été rejetée également par l'église catholique romaine et les églises protestantes. Mais soumise au vote populaire, elle a été entérinée par 57,5% des voix (1.534.045 voix) avec un taux de participation de 53,4% des électeurs inscrits. Cette initiative était principalement soutenue par deux partis politiques de droite: l'UDC, le plus important de la Suisse en nombre de députés, et l'UDF, petit parti mais actif, de sensibilité évangélique conservateur.
Et quelles ont été les raisons qui, selon vous, ont pu motiver les personnes qui ont voté “oui”?
Mohamed Moussaoui: Elles sont certainement multiples et diverses: Certains citoyens suisses sont convaincus que la présence musulmane en Europe est le début d'une invasion certes non militaire mais qui sera suivie par une domination d'un système légal basé sur des valeurs islamiques. D'autres associent l'islam à l'immigration et réagissent comme presque partout dans le monde face à la croissance forte d'une population d'origine étrangère, pratiquant de surcroît une religion dont les relations avec l'Occident ont souvent été marquées par des conflits.
La “visibilisation” de l'islam, parfois faite d'une façon ostentatoire par des groupes minoritaires, est ressentie par certains comme une agression qui menace le paysage idéal suisse.
Par conséquent, selon eux, les musulmans doivent renoncer à toute forme de visibilité et accepter de vivre leur religion dans “la discrétion”. Certains ont soutenu l'initiative tout simplement en raison de leur sensibilité à l'image de l'islam que renvoie l'actualité via les attentats, les violences, les manifestations hostiles à l'Occident, le contexte de l'après 11-Septembre. L'usage abusif du terme “islamistes” dans les descriptions de mouvements ou individus radicaux accentuent les effets de cette image. D'autres s'appuient sur des événements particuliers tels que l'affaire “Hannibal Kadhafi”, et vue comme “une humiliation” de la Suisse par un pays musulman. Cette liste de motifs relevés par plusieurs analystes n'est sans doute pas exhaustive mais donne déjà une idée sur la complexité des raisons du vote Suisse.
Certains évoquent aussi une violation pure et simple de la liberté religieuse, incompatible avec les conventions signées par la Suisse"
Mohamed Moussaoui: Cette initiative, de l'avis même du Conseil fédéral suisse, viole les droits fondamentaux garantis par les conventions internationales et inscrits dans la Constitution suisse.
D'une part, elle porte atteinte à la liberté de religion puisqu'elle interdit d'une manière générale et absolue la construction de minarets. Cette interdiction est une violation de l'article 15 de la Constitution suisse, qui ne protège pas uniquement le droit de se forger, en son for intérieur, des convictions religieuses, mais aussi le droit de manifester sa foi. Ce droit comprend la possibilité de porter des vêtements et des symboles religieux, mais aussi la possibilité de construire des édifices religieux qui donnent une visibilité à cette foi. D'autre part, cette interdiction viole également le principe de non-discrimination, car elle vise uniquement les musulmans. Les autres communautés religieuses peuvent, quant à elles, continuer à construire des édifices religieux dans le cadre en vigueur.
Craignez-vous une éventuelle transposition de cette interdiction des minarets en France et dans d'autres pays européens?
Mohamed Moussaoui: Je n'ose pas imaginer qu'une telle initiative puisse être envisagée dans d'autres pays européens. Rappelons que le Conseil fédéral et le Parlement suisses avaient rejeté cette initiative. Sans la votation populaire, cette initiative n'aurait pas pu passer.
Quel jugement portez-vous sur la position du Front national, seul parti à se réjouir ouvertement du vote suisse?
Mohamed Moussaoui: Le contraire nous aurait surpris.
Que fait le CFCM pour contrecarrer les sentiments de rejet à l'encontre des musulmans ?
Mohamed Moussaoui: Le CFCM, à travers ses imams et cadres religieux, oeuvre pour la promotion d'un islam de modération et de juste milieu loin de toute expression extrémiste qui pourrait contribuer à la stigmatisation de la pratique religieuse musulmane et des musulmans dans leur ensemble.
Le CFCM oeuvre également pour la construction du “Vivre ensemble” en appelant au respect de l'Autre et à l'ouverture d'esprit qui permet de comprendre les convictions de l'Autre. Pour cela, le CFCM encourage ses antennes régionales -les CRCM- à participer activement dans le dialogue inter-religieux et inter-culturel. Le CFCM s'apprête à instituer des journées “portes ouvertes” des mosquées et centres culturels musulmans pour s'ouvrir à la société et rassurer nos concitoyens.
Des critiques reprochent au CFCM de négliger le volet communication en direction des composantes musulmanes de France…
Mohamed Moussaoui: Ils sont tout à fait en droit de le penser et de le dire. D'autant plus qu'il existe un vrai déficit dans ce domaine. Nous allons, pour cela, mettre en place une équipe chargée de communiquer sur les travaux du CFCM et inscrire la politique de communication et ses moyens dans la transmission des valeurs de l'islam du juste milieu, pour garantir la sécurité spirituelle. Il est prévu aussi la création d'un site internet pour le CFCM et un modèle de site mis à la disposition des CRCM qui le souhaitent.