Météo/Maroc : Temps stable avec ciel dégagé ce mardi 20 avril    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Hilale: « L'Algérie et le polisario continuent de bloquer le processus politique onusien »    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    SM le Roi félicite M. Patrice Talon à l'occasion de sa réélection Président de la République du Bénin    Météo: le temps prévu ce mardi 20 avril au Maroc    Cette semaine en Liga...    La BAD soutient la modernisation du secteur ferroviaire au Maroc    Parc éolien de Melloussa : un gouffre financier ou un rêve qui tarde à voir le jour pour le groupe Taqa ?    Enseignants contractuels: Le ministère de l'Education "n'a imposé le mode d'embauche régional à personne" (Amzazi)    La généralisation de la protection sociale est une consécration de l'article 31 de la constitution (Pr. AFIF)    "Jazirat Al Kanz": La saison 6 démarre ce mardi à 22h45 sur 2M    Open d'Espagne de Taekwondo:Achraf Mahboubi médaillé d'or    Création de la Super League: La colère d'Alexandre Ceferin, président de l'UEFA    Le message du roi Mohammed VI au roi d'Eswatini    L'Atlético enfonce Eibar, le Real cale à Getafe, En-Nesyri donne la victoire à Séville    La Botola envahie par des coachs de la Tunisie    Arrivée à Beyrouth du 2è lot des aides alimentaires    Washington lance un ferme avertissement à Moscou    Une offre abondante et diversifiée pour le Ramadan    Le Maroc et le Danemark veulent élaborer un agenda post-pandémie    Le MASI reprend le chemin vert    Jubantouja est inspiré du Roi de la Mauritanie Juba II    Le 1er dictionnaire espagnol-arabe de football, présenté en ligne mardi prochain    Un riche programme de sensibilisation et de vulgarisation autour des valeurs historiques de Rabat    FRMF: Ammouta nouveau coach des U23, Fathi Jamal intègre la DTN    Voici les dates des examens de l'année scolaire 2020-2021    Covid-19 Maroc : 138 nouvelles contaminations et quelque 19 000 doses de vaccins administrées en 24 heures    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    Maroc : La Marine Royale porte secours à 165 candidats à la migration irrégulière    ONDA: Chute de plus de 70% du trafic aérien en ce début 2021    CMR : la réorganisation continue    Déficit budgétaire de 6,7 milliards de dirhams à fin mars 2021    Emmanuel Macron reconnaît que l'Algérie coloniale empoisonne les relations entre Alger et Paris    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    Mobilité électrifiée : le Maserati Levante se convertit à l'hybride    Afrique de l'Ouest et centrale : Le Programme alimentaire mondial appelle à éviter une catastrophe alimentaire    Tanger : neuf personnes interpellées pour trafic international de drogue    Pakistan : onze policiers libérés après avoir été capturés par des manifestants anti-France    Ftour Pluriel 9ème édition : «Retrouvailles»    «Le polisario et l'Algérie ne réalisent pas que le monde a changé et que personne ne soutiendra leurs efforts de guerre», écrit Eurasiareview    José Mourinho viré de Tottenham    Edito : Cour promotionnelle    Série ramadanesque – «Café ness, ness» : Les avocats sollicitent la HACA    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un système d'alerte contre les tsunamis
Publié dans MarocHebdo le 04 - 10 - 2014

Des données historiques et des études scientifiques ont montré que le Maroc n'est pas à l'abri des tsunamis, les pays riverains de la Méditerranée non plus. Le risque a été longtemps négligé jusqu'en 2003, lorsqu'un séisme de magnitude 7,8 a frappé le large des côtes algériennes et espagnoles, et engendré un tsunami qui a causé d'importants dommages dans les îles Baléares. «On en peut ni minimiser ni dramatiser le risque. Le risque existe car on peut prévoir un tsunami pour empêcher une catastrophe et aviser la population mais on ne peut pas le prédire, c'est-à-dire déterminer l'heure ou le jour de la frappe», confie Abdelouahed Birouk, responsable de la cellule d'alerte et de gestion des crises à l'Institut national de géophysique (ING), relevant du Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST). Ce phénomène naturel n'est pas étranger au Maroc. «En 2000 ans, le Maroc a connu 12 tsunamis. Le dernier a été enregistré en 1955, et a touché des villes comme Rabat, Casablanca et Tanger, avec des vagues de 10 mètres de hauteur», souligne le responsable.
phase finale
A quoi sert ce système? La mise en place d'un système efficace d'alerte précoce détecte les tsunamis potentiels dans la mer Méditerranée, alertant la population à risque et déclenchant des comportements de protection appropriés.
La forte densité de population et le niveau élevé d'exposition le long des côtes peuvent accentuer l'impact dévastateur des tsunamis.
Le système d'alerte est à sa phase finale, assure M. Birouk. Le Maroc collabore avec des pays pionniers dans ce domaine, notamment les 3 centres nationaux d'alerte aux tsunamis installés au Portugal, en Grèce et en Turquie, pour le partage en temps réel des données sismiques et des données sur le niveau de mer et l'envoi d'alertes précoces. Ces centres forment le dispositif d'alerte dans l'Atlantique du Nord-Est et la Méditerranée, l'un des quatre systèmes d'alerte aux tsunamis coordonnés par la commission intergouvernementale océanographique de l'Unesco. Depuis 2005, la COI-UNESCO coordonne le développement de ce système, devenu opérationnel en 2012.
L'Institut national de géophysique est actuellement en train d'élargir son réseau national de surveillance sismique en créant deux nouveaux marégraphes dotés d'équipements numériques de dernière génération, un à Agadir, sur la côte atlantique; et l'autre à Saïdia, sur la côte méditerranéenne. En plus, l'ING et le centre JRC (Joint Research Center) de la Commission européenne dans le domaine des systèmes d'alerte précoce contre les tsunamis, viennent de signer un accord de coopération sur la recherche dans le domaine du risque tsunami. La Méditerranée et l'Atlantique sont aussi exposées à ce risque, même si à un degré moindre que l'océan Indien, qui a vécu un grand tsunami dévastateur en 2004 et qui a touché particulièrement les côtes indonésiennes et malaisiennes et a fait plusieurs centaines de milliers de victimes.