Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'école mise en examen
Publié dans MarocHebdo le 05 - 09 - 2019

Entre un monolinguisme fermé et un multilinguisme ouvert, le choix est tout fait. Nous avons toujours un système éducatif à la carte et au porte-monnaie.
Jusqu'ici, les rentrées scolaires se suivaient et se ressemblaient. Les mêmes sujets revenaient pour faire inlassablement l'actualité d'un mois de septembre déjà encombré par d'autres rentrées qui n'ont pas eu lieu; comme pour dire que la gestion des affaires publiques attendra. La fin des vacances a sonné plusieurs fois. En vain. Et pourtant le parlement est en place, avec un taux d'absentéisme dû à la chaleur caniculaire. Une fois n'est pas coutume, la voix des écoles et des universités se fait entendre plus que les autres.
Certaines questions ont été tranchées a minima par quelques députés présents. En parallèle, ce sont près de 8 millions d'enfants qui prennent ou reprennent le chemin de l'école. Les 248 mille enseignants sont loin d'être majoritairement convaincus par le plan d'action de leur département de tutelle. À cela s'ajoutent les 937 mille étudiants de l'enseignement supérieur, dont 49% inscrits dans 23 universités. Sans trop dramatiser, ces chiffres sont objectivement impressionnants.
Tout au long de la précédente saison scolaire, on n'a cessé de parler de cette rentrée à haut risque, par la lucarne de la langue d'enseignement. On y reviendra pour tenter de dénouer un véritable noeud gordien. On parle un peu moins de cette rentrée au café de commerce du quartier où l'on ne croit plus à l'école publique. Les plus audacieux mettent dans le même sac toutes les écoles privées qui coûtent les yeux de la tête, parmi les plus cotées d'entre elles et les quelques surdoués de leur génération. Un indicateur très parlant. La loi cadre qui régit tout le système éducatif n'a été adoptée qu'à la dernière heure de la précédente session parlementaire. In extremis. Sinon on aurait eu une scolarité hors la loi. Quel était le motif de cette bataille rangée lors de l'ultime réunion de la commission chargée de l'enseignement et de la formation? Il ne s'agit pas moins que de la réforme d'un secteur d'activité vital où se joue l'avenir du pays, à travers ceux qui en auront la charge parmi les jeunes d'aujourd'hui.
L'objet du débat aux allures de forcenés concernait la langue d'enseignement: Le retour au français et autant que faire se peut l'usage de l'anglais en tant que véhicule de transmission pour les matières scientifiques, tels les mathématiques, la physique -chimie ou encore les sciences de la vie et de la terre. Cette ouverture vers les langues étrangères était censée être bénéfique.
La mondialisation et l'évolution des nouvelles technologies en matière de connaissance et de progrès scientifique, se déroulent sous nos yeux, pratiquement en temps réel et le plus souvent en anglais adopté comme langue universelle; en plus du français accessoirement. Niet, disent les adeptes d'une arabisation totale.
La langue d'Al Moutanabbi, entraînant dans son sillage la culture et la civilisation arabes, est, paraît-il, en danger. Un dialogue de sourds s'engage sur fond d'une guerre de tranchées quasi permanente. D'aucuns en font leur cheval de bataille. On y trouve de vieux briscards de la chose publique dont certains étaient eux-mêmes à la décision. Beaucoup d'entre eux, sinon la totalité, avaient pris soin de mettre leurs enfants dans un circuit éducatif bi- ou tri-linguistique. Cet analphabétisme monolinguiste, quelle que soit la langue unique de transmission, n'est pas passé. Il y a eu effectivement victoire du multilinguisme. Dans un discours royal d'ouverture d'une session parlementaire, le Souverain avait conseillé l'ouverture sur des langues et des cultures étrangères.
Tout est bien qui finit bien. Encore faut-il que le corps d'enseignement s'adapte à la nouvelle réalité linguistique. Combien de temps faudra-t-il pour un enseignant qui n'a jusqu'ici utilisé que l'arabe dans ses cours de sciences exactes?. Plus on a de quoi payer une maternelle multilingue, plus on gagne en qualité d'enseignement. Nous avons donc un système éducatif où le choix se fait à la carte et au porte monnaie.
Pour conclure, sur un point positif, il faut rappeler les ENS (Ecoles normales supérieures) dispensatrices d'une formation bac plus quatre ou plus cinq, selon le parcours du candidat au métier d'enseignant, ce qui a permis d'obtenir un niveau de formation acceptable et perfectible, sans jamais rompre avec le multilinguisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.