Agence de développement social : le syndicat met en garde El Moussali contre le retour des protestations    11ème édition des Bâtisseurs de l'Economie Africaine : Hassan Sentissi El Idrissi primé à Abidjan    Enfin, les retrouvailles!    Réunion entre Benchaâboun et le président du Groupe de la BAD    Euro 2020 : 15 pays des 16 qualifiés dans le Top 25 du classement Mondial    L'ex académicien, Abdelwahed Wahib prolonge au Havre AC    Beach-Volley (JO) : Les Lions de l'Atlas dominent les Aigles de Carthage    Pass vaccinal: les précisions de la RAM    Pacte national pour le développement : Les consultations avec les partis politiques vont bon train    Interview avec Emmanuel Dupuy: « La reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara est en stand-by »    Journée mondiale des Réfugiés: Le Maroc, pays référent en matière d'asile    Algérie : La liste des détenus politiques s'allonge    Cryptomonnaie. Abdellatif Jouahri s'exprime sur l'état d'avancement au Maroc [Vidéo]    Benchaâboun reçoit le trophée du "Ministre des Finances de l'année"    La fédération marocaine des professionnels du sport vient de voir le jour    Les aéroports du Maroc accueillent 195.547 passagers à travers 1.857 vols du 15 au 21 juin    Les tartarinades du président Tebboune    Sahel: Qu'essaie de manigancer la junte algérienne?    Sahara Marocain: Biden continue de doucher les espoirs d'Alger    Services publics : comment la nouvelle Charte sera appliquée    La CGEM élue membre du conseil d'administration de l'OIT    Violations des droits de l'Homme de la population sahraouie et des migrants : l'Algérie doublement coupable    Etalé sur une durée de 5 ans : Narsa scelle un partenariat avec l'Université Mohammed VI des sciences de la santé    36% des migrants au Maroc sont en situation irrégulière    Mehdia : L'afflux massif sur la plage inquiète !    LE RETOUR À LA NORMALE    Résistance aux antimicrobiens : le Maroc prépare son Plan d'action national    Maroc: Nouvelle condition pour les voyageurs en provenance d'un pays de la liste B    Philanthropie : Aawatif Hayar accueille le Lions Club Unité ENCG Casablanca    Rabat : Lancement du projet « Nouzhati »    Prix du Maroc du livre 2021 : L'appel à candidatures est lancé    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HOUDA ABADI: "Les enfants des ex-Daechiens constituent un terreau fertile pour la propagation de l'extrémisme violent"
Publié dans MarocHebdo le 05 - 02 - 2021

Vivant entre le Maroc et les Etats Unis d'Amérique, Dr. Houda Abadi est une experte internationale dans l'approche genre, la réduction des conflits et la prévention de l'extrémisme violent. De 2014-2019, elle a été directrice associée au Centre Carter, fondé par l'ancien président américain Jimmy Carter. Elle a travaillé sur les conflits syriens et israélopalestinien, et a acquis une certaine maîtrise de la question des ex-Daéchiens.
Sur un plan international, la question du rapatriement des anciens combattants et de leurs femmes et enfants n'est pas encore résolue. Pourquoi, selon vous?
Les défis liés à la problématique du retour des anciens combattants de Daech et des membres de leurs familles requièrent non seulement une coopération internationale coordonnée et compréhensive, mais exigent beaucoup plus une approche nuancée reconnaissant la complexité de la réhabilitation et réintégration des retournés et de leurs familles. Le manque d'une approche internationale légale mais aussi compréhensive du phénomène des combattants étrangers de Daech a donné lieu à une variété de mesures, certaines plus répressives que d'autres.
Les réponses varient de la confiscation du passeport, incriminant le voyage en Syrie, la déchéance de nationalité à l'investissement dans de bonnes relations avec les communautés locales et le renforcement des contrôles frontaliers. Les enfants nés sur le territoire contrôlé par Daech ont un statut juridique précaire, et certains sont considérés comme apatrides. Plus de 70.000 femmes et enfants sont basés au camp du Hawl, situé au nord-est de la Syrie. La situation dans ce camp est catastrophique..
Les grandes victimes demeurent donc les enfants de ces anciens combattants?
Les enfants ont été exploités, traumatisés, malmenés physiquement et émotionnellement par la brutalité de la guerre. Selon un rapport indépendant sur la situation des droits de l'Homme en Syrie, produit pour le compte du Conseil des droits de l'Homme des Nations-Unies, les enfants ont été détenus, brutalisés, torturés, abusés et forcés à quitter l'école. Daech exploitait des jeunes filles à peine âgées de 9 ans dans l'esclavage sexuel et obligeait des petits garçons à participer à des actes violents. Lors des exécutions publiques, les enfants étaient à la fois victimes et acteurs d'exécutions car parfois ils étaient forcés à être exécuteurs.
Alors que, d'un point de vue juridique, l'utilisation des enfants dans les conflits armés est une infraction au Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, aux Principes de Paris et au Statut de Rome. Les gouvernements doivent fournir des services juridiques aux enfants soldats de retour de Daech et les protéger. Ils doivent veiller à ce que ceux qui ont abusé, manipulé et recruté des enfants soldats soient poursuivis et jugés par un tribunal.
Comment se présente la situation au Maroc?
Selon la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), 1.659 Marocains ont rejoint les groupes terroristes en Syrie et en Irak. Ce nombre inclut 280 femmes et 391 enfants. Même s'il y avait une forte médiatisation de l'engagement des femmes dans des cellules terroristes, le gouvernement marocain considère les femmes ayant rejoint Daech en tant que victimes. Selon le Bureau Central d'Investigation Judiciaire (BCIJ), les femmes marocaines se trouvant sur le territoire contrôlé par Daech ne seront pas poursuivies en justice car elles n'ont jamais été combattantes.
Est-ce prouvé que les femmes des Daechiens n'étaient pas complices des opérations menées par leurs époux?
Les femmes ne sont pas une entité monolithique. Alors que certaines peuvent être des victimes, certaines ont choisi de partir aux camps de Daesh. La compréhension du rôle du genre dans le recrutement et la radicalisation est cruciale pour construire un programme effectif de réhabilitation et de réintégration, y compris une adaptation des procédures judiciaires. Le fait que des femmes rejoignent les organisations terroristes n'est pas un phénomène nouveau et, de ce fait, ne doit pas être traité séparément de la question de la radicalisation des hommes.
En vérité, les femmes ont besoin d'être considérées comme des individus distincts et complexes avec une différenciation des niveaux d'action. Elles sont aussi consommatrices de la propagande de Daech et, au même titre que les hommes, sont aussi sensibles au discours rationnel et émotionnel de Daech. L'inclusion des femmes dans la société en général et l'élimination de l'injustice sont essentielles à la paix et à la sécurité à long terme. Toute approche qui ignore les facteurs multi-causaux derrière la participation des femmes à des organisations terroristes et rejette le rôle vital des femmes en tant que partenaires clés dans la prévention est nécessairement contre-productive.
Voulez-vous dire qu'il existe peu de femmes embrigadées par Daech?
Selon un rapport de l'ICRS sur les femmes et les minorités au sein de Daech, considéré comme la première base de données sur les femmes et les mineurs issus de 80 pays ayant rejoint Daech ou nés sous l'autorité de Daech, 13% des 41.490 personnes ayant rallié Daech étaient des femmes, totalisant ainsi 4.761 femmes de nationalité française. Il est estimé que 30% des combattants de Daech sont des femmes et filles dont 25% nouvellement converties à l'Islam. Il n'en demeure pas moins que le nombre des femmes affiliées à Daech a été significativement sous-estimé, surtout pour la région du Moyen Orient- Afrique du Nord (MENA).
Qu'est-ce qui séduit le plus ces femmes?
Dans le manifeste de la propagande de Daech, destiné aux femmes, écrit et diffusé par la brigade Al Khansaa, le discours montre une profonde compréhension de l'impact de la pauvreté et de l'injustice sociale sur les femmes. Toujours dans un registre similaire, en se référant à un autre outil de propagande daechien, dans le magazine Dabiq, la femme est appelée «la jumelle du moujahid». Les études sur les femmes et Daech, réalisées par le Centre Carter, révèlent que ce genre de discours peut être efficace ou convaincant dans les pays où les femmes souffrent de discrimination, d'islamophobie ou de politiques sociales déficientes ou en-dessous des standards.
Est-ce le cas au Maroc, d'après ces études?
Le Maroc a franchi une étape importante en créant un comité pour étudier les possibilités de rapatriement des femmes et des enfants actuellement en Syrie et en Irak. Toutefois, il est tout aussi important d'approfondir notre compréhension des femmes ayant rejoint Daech et de prendre conscience de la diversité des cas qui se présentent à nous. De même, il est critique et nécessaire que toute stratégie sécuritaire ou préventive inclue une approche de rapatriement, de réintégration et de réhabilitation par genre.
La problématique des revenants a besoin d'une vision à long terme qui assure une approche compréhensive et holistique où la santé mentale, la réforme de l'éducation, les opportunités d'emploi, la collaboration avec le secteur privé et le partenariat avec les communautés et les organisations civiles sont tous inclus dans un programme global de réintégration et de réhabilitation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.