La Zambie réaffirme son soutien indéfectible à l'intégrité territoriale du Maroc    La Bourse de Casablanca termine proche de l'équilibre    Le prince Moulay Rachid reçoit le ministre koweïtien des Affaires étrangères    LDC: après l'élimination du PSG, Neymar sort de son silence    Promotion du sport scolaire : Signature d'une convention cadre entre l'Education nationale et la fédération de l'athlétisme    Covid-19: l'OMS accorde son homologation au vaccin Sinopharm choisi par le Maroc    Aïd Al-Fitr: la direction des prisons a fait une annonce    Football - Violence : La Ligue du Grand Casablanca suspend un Junior à vie pour agression d'arbitre    Ligue des Champions-CAF : Mouloudia-Wydad se joue vendredi et non pas samedi    Africa Motors : la marque DFSK chouchoute ses clients    Fitch prévoit une croissance de 4,8% pour le Maroc en 2021    Collectivités territoriales: La légalisation des signatures toujours en vigueur, mais pour le privé    Maroc-Allemagne: L'inévitable rupture    Hakimi avait rejeté une offre alléchante du Bayern pour rejoindre l'Inter    Bourita dénonce le soutien de l'Iran au Polisario    L'insécurité alimentaire aiguë touche 155 millions de personnes en 2020, selon l'ONU    Aéroport Mohammed V: les vols internationaux transférés au Terminal 1    Algérie : le gouvernement avertit contre des actes « subversifs »    Des garde-côtes marocains formés par Frontex pour le sauvetage des migrants en haute mer    Nos vœux    La politique nationale de l'environnement des affaires 2021-2025 adoptée    Culture de pastèque: l'ONSSA rassure les Marocains    Divertissement: Mounia LEMKIMEL fait le show chez Rachid ALLALI, ce soir à 22h50    Le ministère de l'Intérieur rappelle la nécessité de se limiter à 10 personnes lors des enterrements    Ramadan 1442: voici le montant de Zakat Al-Fitr au Maroc    Chambres professionnelles: l'inscription sur les listes électorales du 10 au 30 mai    Coupe du Trône : Les équipes qualifiées pour les demi-finales    Japon : état d'urgence prolongé à l'approche des Jeux de Tokyo    Elections 2021: le choix des candidats, entre renouvellement et reproduction des élites    L'ASADEH demande à nouveau «l'arrestation immédiate» du chef du «Polisario» (médias espagnols)    L'épouse de Rachid Ghribi Laroussi à Mohamed Hajib : «Ne parlez pas en notre nom!»    Affaire du dénommé Brahim Ghali : Une ONG espagnole dénonce « le silence et l'ambiguïté » de l'exécutif ibérique    Meknès: Deux individus interpellés pour vol à l'intérieur d'agences de transfert de fonds et de change    Les dernières secousses telluriques à Driouch, des répliques à l'activité séismique de 2016    Secousses telluriques à Driouch: les explications d'un expert    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    Le prince Moulay El Hassan fête son 18ème anniversaire    Arganier : Célébration en grande pompe de la première journée internationale    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    Nigeria : fin de calvaire pour des étudiants enlevés    CIMR/Maroc: Hausse du nombre des affiliés de 4,89% en 2020    Maroc/Météo: Ciel voilé et mercure en légère hausse ce vendredi 7 mai    Ligue des Champions : La date du match WAC-MCA désormais connue    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Le calligraphe Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Création d' un réseau d' acteurs pour la promotion des droits de l'Homme    Le Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes dédié à la mémoire de feu Salaheddine Ghomari (Interview)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc
Publié dans MarocHebdo le 15 - 04 - 2021

La fermeture des salles de cinéma depuis plus d'un an plonge le secteur dans l'agonie. Les acteurs exigent leur réouverture pour sauver cette industrie culturelle.
Englué depuis des années dans une crise, le cinéma marocain semble à l'agonie. Contraints de baisser les rideaux depuis le 18 mars 2020 pour éviter une propagation du Covid-19, les propriétaires de ces lieux naguère prisés souffrent le martyre. «Nous vivons une véritable catastrophe.
La fermeture des salles de cinéma depuis plus d'un an a gravement plombé notre activité et gelé toutes nos recettes financières. Une salle fermée demande beaucoup de frais, parce que nous devons gérer plusieurs dépenses liées au loyer, à l'eau et à l'électricité, etc.», constate Al Hosain Boudih, président de la Chambre marocaine des salles de cinéma (CMSC) sur un ton amer.
Disette financière
D'après cet exploitant qui exerce depuis plusieurs années dans l'industrie cinématographique, les salles de cinéma moyennes ont perdu entre 400.000 et 500.000 dirhams de recettes annuelles depuis le début de la pandémie de Covid-19. Cette disette financière a plus impacté les grands complexes comme Megarama et CinéAtlas qui ont enregistré des pertes de plus d'un million de dirhams.
Pour soulager leurs souffrances, le gouvernement avait décidé de leur octroyer des indemnités dans le cadre du Fonds de solidarité Covid-19. Des aides qui, apparemment, sont loin d'être suffisantes, selon M. Boudih. «Les employés ont pu bénéficier des indemnités de 1.000 dirhams par mois du Fonds Covid-19, jusqu'au mois de juin-juillet 2020. Nous attendons les prochains versements qui couvriront les mois de juillet jusqu'à décembre 2020. Par contre, tous les autres frais resteront à la charge des salles».
Quid des obligations fiscales? «J'ai envoyé récemment une lettre au ministre de l'Economie et des Finances pour une annulation de nos impôts pour l'année 2021 vu la paralysie observée actuellement dans notre secteur», précise-t-il. Interrogé sur la non-réouverture des cinémas, contrairement à d'autres lieux de rassemblement comme les cafés, restaurants, salles de sports, hammams, etc., le président de la Chambre marocaine des salles de cinéma se dit étonné de cette posture adoptée par les autorités.
Une situation, qui pourrait, à long terme signifier le clap de fin de ce secteur artistique. «L'avenir du cinéma marocain est fortement compromis. Le secteur était déjà plongé dans une crise bien avant la pandémie. Le Covid-19 l'a accentuée. A ce rythme, le public va délaisser le cinéma au profit des plateformes existantes comme Netflix», alerte-t-il.
Mesures préventives
Avant de renchérir. «L'internet avait relégué au second plan l'activité, bien avant la crise. Le manque de visibilité rend la situation encore plus difficile. Le Maroc comptait 286 salles de cinéma, alors qu'on n'en compte actuellement que 26 qui disposent de 65 écrans».
Les propriétaires de salles de cinéma ne sont pas les seuls impactés par cette fermeture. Les techniciens du septième art (opérateurs, régisseurs, éclairagistes, machinistes, maquilleurs, coiffeurs, costumiers, décorateurs, accessoiristes, etc.), ainsi que les réalisateurs, les acteurs, les scénaristes, vivent aussi le calvaire.
Le malheur n'arrivant jamais seul, l'arrêt des tournages des films étrangers a assombri davantage ce scénario déjà entaché par la pandémie de Covid-19. La détection du variant britannique au Maroc a changé la donne et perturbé la reprise de ces activités, qui s'était amorcée en septembre 2020, après 6 mois d'arrêt. Ces nouvelles souches ont également faussé les plans du Centre cinématographique marocain (CCM), qui a signé, le 3 décembre 2019, une autorisation de tournage d'un long-métrage américain pour 200 millions de dirhams.
Le deuxième plus gros investissement étranger dans le Royaume pour un film après la série «Homeland», qui a coûté 280 millions de dirhams en 2019, selon Sarim Fassi- Fihri, directeur général du CCM. Un joli pactole qui devait permettre de renflouer les caisses de l'industrie cinématographique, après une baisse de 50% du montant total des investissements cinématographiques au Maroc en 2020, à cause de la crise sanitaire. Le secteur n'ayant perçu que 400 millions de dirhams de recettes durant l'année écoulée, loin des 800 millions de dirhams engrangés en 2019.
Pour sortir de cette situation dramatique, l'association Save Cinemas in Morocco invite les autorités marocaines à rouvrir les salles de cinéma. Des espaces où les mesures préventives pourront être respectées, d'après son fondateur, Tarik Mounim. Selon lui, il urge de sauver le cinéma marocain qui souffrait déjà avant le Covid-19.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.