Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Benabdelkader: "La lutte contre le blanchiment d'argent est une priorité"
Publié dans MarocHebdo le 28 - 04 - 2021

Mardi 20 avril 2021, la chambre des représentants a voté le projet de loi 12.18 complétant l'ancien texte sur la lutte contre le blanchiment d'argent. Les explications de Mohamed Benabdelkader, ministre de la Justice.
Quel est le nouveau dans ce texte consacré au blanchiment d'argent, sachant que cette pratique a toujours été considérée comme illicite?
Forcément, le blanchiment de capitaux est considéré comme illégal, car il est criminalisé, depuis 2007, dans la législation marocaine en vertu de la loi n°43.05, qui pourra être modifiée et complétée par le projet-loi n°12.18. Ce projet vise à suivre l'évolution des normes internationales reconnues par le Groupe d'Action Financière (le GAFI), à l'instar des précédents amendements apportés à la loi relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux depuis son adoption en 2007.
La Commission de la Justice, de la Législation et les droits de l'Homme de la Chambre des représentants a apporté plusieurs amendements, dont celui de mettre l'accent sur le choix du système de régulation au lieu d'une approche unilatérale, en adoptant les infractions découlant de l'infraction de blanchiment de capitaux, en ajoutant les infractions des marchés financiers, l'infraction de vente et de prestation de services de manière hiérarchique à la liste des infractions mentionnés dans le Code Pénal; l'ajout de sanctions disciplinaires aux sanctions prononcées par les autorités de contrôle et de surveillance contre les personnes assujetties, telles que l'arrêt temporaire, l'interdiction ou la limitation de l'exercice de certaines activités ou de la prestation de certains services; ou encore la mise en place d'un mécanisme juridique national pour mettre en oeuvre les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le terrorisme, son financement et la prolifération des armes, à l'instar de la plupart des pays, chargé d'assurer l'application de sanctions financières en gelant les biens des personnes physiques ou morales énumérées dans les règlements annexés aux résolutions rendues par le Conseil de sécurité conformément aux procédures applicables dans ce domaine…
Pourquoi ce projet de loi maintenant? Est-ce que les opérations et les montants de blanchiment ont augmenté?
Pourquoi maintenant? Comme chacun le sait, notre pays fait actuellement l'objet, à l'instar de nombreux pays, d'un suivi renforcé par le GAFI du Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, ainsi que par le Groupe d'Action Financière Internationale, qui exige la soumission de rapports périodiques pour clarifier les progrès réalisés et les mesures prises par le Royaume pour pallier les lacunes identifiées par le rapport d'évaluation mutuelle approuvée par le GAFI du Moyen-Orient et Afrique du Nord en avril 2019. Compte tenu des répercussions négatives qui peuvent résulter de la classification négative du Maroc au sein de la réglementation GAFI, notamment celles liées à l'attraction des investissements étrangers et à la difficulté d'obtenir des financements de l'étranger à des conditions appropriées, il a été suggéré un plan d'action de la part du gouvernement pour sortir du suivi renforcé, qui comprend les aspects législatifs, réglementaires et préventifs.
En particulier, il comprenait la prise d'une série de mesures nécessaires pour améliorer l'efficacité du système juridique national conformément aux normes internationales adoptées par le GAFI, à la lumière desquelles il a été décidé de prendre un ensemble de décisions, dont la plus importante a été l'adoption rapide des modifications apportées à la loi n°43.05 sur la lutte contre le blanchiment de capitaux, qui vise à aider le Royaume à se conformer davantage aux recommandations du GAFI du Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. Cela permettra également aux autorités gouvernementales de suivre et de saisir les fonds illégaux, en vue de leur éventuelle confiscation, et de mettre le système législatif national en conformité avec les normes internationales adoptées dans cette section par le GAFI.
Sur un plan pratique, comment les pouvoirs publics vont-ils agir pour combattre ce phénomène?
Le gouvernement a fait de la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme l'une de ses priorités. Il accorde une attention particulière aux conséquences du blanchiment d'argent, du financement du terrorisme et des infractions connexes qui pourraient menacer l'intégrité et la stabilité du système économique, social et politique marocain en général.
Conscient des risques graves de ces infractions et de leurs répercussions sur les efforts de développement et l'ampleur des investissements, le gouvernement a proposé un plan d'action pour sortir du suivi renforcé du GAFI, y compris les aspects législatifs, réglementaires et préventifs. Cela se fait par l'utilisation des outils de politique publique, qu'elle soit législative, en préparant un projet de loi qui tente de répondre aux normes internationales adoptées en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux, à travers un ensemble de textes réglementaires prêts à l'emploi qui n'attendent que l'approbation de cette loi, tels que le décret sur l'application des résolutions du Conseil de Sécurité et le décret sur le Registre des Bénéficiaires Effectifs, ou par le biais de ses outils institutionnels, grâce à la coordination avec divers organismes gouvernementaux, organes et institutions impliqués dans la lutte contre cette infraction.
La coopération internationale joue un rôle important dans la lutte contre le blanchiment d'argent. Comment le Maroc agit-il dans ce cas de figure?
La lutte contre les deux infractions de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme revêt une dimension stratégique dans les relations internationales bilatérales et multilatérales, elle est devenue un sujet de préoccupation même pour le Conseil de Sécurité des Nations Unies. Les organisations régionales et internationales compétentes ont toujours souligné la nécessité d'un engagement total des autorités gouvernementales et des autorités de contrôle et de surveillance dans le système de de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme afin d'immuniser le système financier national et international de toutes les formes d'exploitation à des fins illégales, et garantir son intégrité, sa crédibilité et son immunité.
Notre pays est considéré comme un acteur actif des organisations et organes internationaux et régionaux spécialisés. Nous mentionnons en particulier le Groupe d'action financière (GAFI) du Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, dont le Maroc est membre fondateur depuis 2004 et qui est spécialisé dans la publication des normes internationales pertinentes, l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) et le Groupe «Egmont». En outre, le Royaume a signé plusieurs conventions dans le cadre de la recherche d'une intensification de la coopération judiciaire dans le domaine de la lutte contre la criminalité de toutes sortes, y compris les deux infractions de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.