Exposition "L'Art à travers trois générations", du 2 au 18 octobre à Rabat    Laâyoune : Mouloud Alouat réélu à la tête du Conseil provincial    Bourita: Le scrutin du 8 septembre confirme l'attachement de la population du Sahara marocain à l'unité territoriale du Royaume    Quel avenir politique pour le parti de la rose ?    L'Istiqlal dispose de la communauté partisane la plus dynamique sur internet    Câbles sous-marins : on en sait un peu plus sur le gigantesque projet maroco-britannique    Auto Hall : le futur est électrique !    Fret aérien : des turbulences à prévoir sur le marché    Voitures électriques. Ford va créer quatre nouvelles usines    URGENT : Report du Conseil de BAM au 13 octobre    Coronavirus : La pandémie des liens sociaux brisés    Ouverture: La Bourse de Casablanca frôle l'équilibre    En partenariat avec Enabel : Le CRI de Souss-Massa dotera la région d'un Réseau d'ambassadeurs économiques    Le Maroc réalise des progrès notables, selon l'ONU Femmes    Affaire des sous-marins : dépité, Emmanuel Macron dit que «les Européens doivent sortir de la naïveté» vis-à-vis des Etats-Unis    Décès de S.A.R. la Princesse Lalla Malika, tante de S.M. le Roi Mohammed VI    Nigéria : Au moins une vingtaine de pêcheurs morts dans un raid aérien    Botola Pro D1 / 4ème journée : Ce mardi, des coachs pourraient être largués !    Botola Pro / 3ème journée : Les FAR, l'OCS et le HUSA protestent contre l'arbitrage    La FRMF dévoile la liste des entraîneurs des différentes sélections nationales    L'OCK gagne mais attention au trou d'air    Covid-19 : Pourquoi il faut alléger les mesures restrictives    NMD : L'autonomisation de la femme marocaine vue par le PCNS    Accidents du travail durant la pandémie : Face au vide juridique, les enjeux sont de taille    UM5 : Ouverture de trois filières pour les futurs managers    Coronavirus. Baisse record de l'espérance de vie dans le monde en 2020 [Etude]    La princesse Lalla Malika est décédée, paix à son âme    Le ministre des Affaires étrangères de la Mauritanie en visite au Maroc    Amina Bencheikh: "L'amazigh victime d'exclusion et de manque de courage politique"    Rabat : L'Exposition « Delacroix, souvenirs d'un voyage au Maroc », se tient du 4 au 10 octobre    La 33ème édition en pleine préparation    Omar Essalki du RNI élu président du Conseil d'arrondissement de Guelliz    En France, la mauvaise santé des frégates de la marine algérienne    Maroc, Algérie et Tunisie : la France sera plus rigide dans l'octroi des visas    Prévisions météorologiques pour ce mardi    Lancement de la 19ème édition du Grand prix national de la presse    Le nouveau film « Jbal Moussa » ou le registre spirituel de Driss MRINI    La France durcit l'octroi des visas à l'égard du Maroc, de l'Algérie et la Tunisie    Algérie : La harga fait un drame en haute mer    Une compétition alliant protection de l'environnement et action sociale et solidaire    Le Maroc à l'honneur !    Rentrée universitaire : à quand une révision du décret de la création de l'ISADAC?    Sahel : La mission Barkhane serait « de plus en plus difficile politiquement »    Lutte contre les menaces NRBC : David Greene relève l'efficacité des FAR    Armement : Ankara lorgne vers un nouveau lot de S-400 russes    Ministère de la jeunesse, ministère de la culture... la force et l'âme !    Allemagne : Le parti social-démocrate remporte les élections législatives    Mondial de futsal: le Maroc vaincu par le Brésil    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Décès du militant Algérien des droits de l'homme, Ali Yahia Abdennour, 100 ans
Publié dans MarocHebdo le 03 - 05 - 2021

Combattant, député et ministre, Yahia Abdennour a été, après l'indépendance, pendant cinquante ans, de tous les combats pour la démocratie en Algérie.
C'est un parcours original. Hors du commun que celui de Ali Yahia Abdennour. Ce militant des droits humains en Algérie et dans le monde arabe, décédé dimanche 25 avril 2021, chez lui à Alger, trois mois après avoir fêté, le 18 janvier, ses cent ans, aura marqué de son empreinte le paysage politique et associatif maghrébin.
Né en Kabylie en 1921, il a d'abord été instituteur à Tizi Ouzzou. Mobilisé en pleine Deuxième Guerre mondiale, il est envoyé au Maroc pour une instruction dans les blindés. Il rentre en Algérie peu de temps après le massacre de Sétif, le 8 mai 1945, où l'armée coloniale française avait tué des milliers d'Algériens. Cela été le point de départ du long parcours militant de M. Abdennour.
Il s'engage aussitôt dans le Parti du peuple algérien (PPA), qui deviendra le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD), fondé par Messali Haj. L'un des premiers à avoir appelé à l'indépendance de l'Algérie mais dans un cadre pacifique. Quelques années plus tard, M. Abdennour quitte le parti. Mais pas l'action politique. Il rejoint en 1955, moins d'un an après le déclenchement de la guerre de libération, le FLN (Front de libération nationale).
Arrêté en janvier 1957, il est d'abord interné dans des camps, avant d'être expulsé d'Algérie en novembre 1960 vers la France. Il parvient à quitter l'Hexagone pour rejoindre la Tunisie, où il deviendra le secrétaire général de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA).
Opposant N°1
A l'indépendance de l'Algérie, en 1962, il est député de Tizi Ouzou à l'Assemblée constituante de 1962. Il claque la porte et rejoint pour quelque temps le Front des forces socialistes (FFS) et son fondateur contestataire Hocine Aït Ahmed. Après le coup d'Etat du colonel Houari Boumédiène, le 19 juin 1965, M. Abdennour est nommé ministre des travaux publics et des transports, puis ministre de l'agriculture et de la réforme agraire en 1966.
Il quitte en 1967 le champ politique. Cette année, M. Abdennour commence une formation de juriste et devient avocat au terme de ses études. Il crée la Ligue algérienne des droits de l'Homme. Au fil des temps, il est devenu, pratiquement, l'opposant numéro 1 du régime.
Il était opposé à l'arrêt du processus électoral qui a vu les Islamistes rafler la mise en 1991, il défend les Islamistes du FIS dans les années 90 et 2000, et était l'artisan du "contrat national" signé par une partie de l'opposition algérienne à Rome, chez la communauté catholique de Sant'Egidio, en 1995. Un contrat qui n'a servi à rien sauf à lever le voile sur l'impopularité et l'illégitimité du pouvoir algérien. Il sera de tous les combats pour la démocratie en Algérie et il est la première personnalité algérienne à avoir soutenu le Hirak, en février 2019.
Reconnu sur la scène arabe et internationale, il avait de solides amitiés avec les dirigeants la gauche marocaine, notamment de l'USFP, Abderrahmane Youssoufi ou Abdelaziz Bennani, ancien président de l'OMDH, entre autres. Yahia Abdennour est mort la tête haute, gardant toute sa verve, son engagement et son attachement aux justes causes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.