Agence de développement social : le syndicat met en garde El Moussali contre le retour des protestations    11ème édition des Bâtisseurs de l'Economie Africaine : Hassan Sentissi El Idrissi primé à Abidjan    Enfin, les retrouvailles!    Réunion entre Benchaâboun et le président du Groupe de la BAD    Euro 2020 : 15 pays des 16 qualifiés dans le Top 25 du classement Mondial    L'ex académicien, Abdelwahed Wahib prolonge au Havre AC    Beach-Volley (JO) : Les Lions de l'Atlas dominent les Aigles de Carthage    Pass vaccinal: les précisions de la RAM    Pacte national pour le développement : Les consultations avec les partis politiques vont bon train    Interview avec Emmanuel Dupuy: « La reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara est en stand-by »    Journée mondiale des Réfugiés: Le Maroc, pays référent en matière d'asile    Algérie : La liste des détenus politiques s'allonge    Cryptomonnaie. Abdellatif Jouahri s'exprime sur l'état d'avancement au Maroc [Vidéo]    Benchaâboun reçoit le trophée du "Ministre des Finances de l'année"    La fédération marocaine des professionnels du sport vient de voir le jour    Les aéroports du Maroc accueillent 195.547 passagers à travers 1.857 vols du 15 au 21 juin    Les tartarinades du président Tebboune    Sahel: Qu'essaie de manigancer la junte algérienne?    Sahara Marocain: Biden continue de doucher les espoirs d'Alger    Services publics : comment la nouvelle Charte sera appliquée    La CGEM élue membre du conseil d'administration de l'OIT    Violations des droits de l'Homme de la population sahraouie et des migrants : l'Algérie doublement coupable    Etalé sur une durée de 5 ans : Narsa scelle un partenariat avec l'Université Mohammed VI des sciences de la santé    36% des migrants au Maroc sont en situation irrégulière    Mehdia : L'afflux massif sur la plage inquiète !    LE RETOUR À LA NORMALE    Résistance aux antimicrobiens : le Maroc prépare son Plan d'action national    Maroc: Nouvelle condition pour les voyageurs en provenance d'un pays de la liste B    Philanthropie : Aawatif Hayar accueille le Lions Club Unité ENCG Casablanca    Rabat : Lancement du projet « Nouzhati »    Prix du Maroc du livre 2021 : L'appel à candidatures est lancé    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





26 millions de marocains non-bancarisés
Publié dans MarocHebdo le 05 - 05 - 2021

Malheureusement, tous les efforts de la banque centrale consentis depuis des années n'ont pas beaucoup aidé à réduire le phénomène de non-bancarisation et à limiter la circulation du cash sur le marché.
Des Marocains demeurent réticents à intégrer le secteur financier formel. L'insuffisance de revenus, les coûts élevés des services, les taux d'intérêt élevés, les conditions contraignantes d'accès au crédit, sont autant de raisons invoquées par ces populations non-bancarisées.
Et leur nombre ne cesse d'augmenter. Selon les données de la plateforme de recherche britannique Merchant Machine, le Maroc arrive en tête de liste des pays les plus non-bancarisés avec 71%, soit 26,19 millions de personnes. Le Royaume est suivi du Vietnam, avec une population non bancarisée de 69%, puis l'Egypte avec 67%, relève l'étude. Ces statistiques vont à l'encontre de l'ambition affichée depuis 2007 par Bank Al-Maghrib qui promeut l'inclusion financière à travers la promotion à l'accès aux services financiers formels.
D'ailleurs, la publication du rapport de Merchant Machine a coïncidé avec la publication le 28 avril 2021 d'une étude réalisée par Bank Al-Maghrib (BAM) et la Banque Mondiale (BM), qui recommande des programmes d'éducation financière au Maroc afin de fournir des informations sur les produits disponibles pour les transferts de fonds ainsi que leur tarification et fonctionnement.
Transfert de fonds
Selon l'étude, les besoins en information des populations ciblées relèvent de trois grands axes, à savoir: les produits bancaires de base, les transactions électroniques et leurs conditions d'utilisation, et les alternatives disponibles pour effectuer le transfert de fonds. Ainsi, le premier axe concerne l'information sur les produits bancaires de base disponibles, tels que le compte courant, le compte d'épargne, les cartes prépayées et les portefeuilles électroniques.
L'étude démontre que des programmes d'éducation financière qui donnent des informations claires et pratiques sur les différents types de comptes financiers et cartes disponibles, leurs coûts ainsi que les conditions d'utilisation pourraient avoir un impact positif sur le taux de bancarisation au Maroc.
Au sujet des transactions électroniques (opérations en ligne, paiements par carte bancaire, portefeuilles mobiles, ou en agence), la communication doit viser d'abord le fonctionnement des outils, estime le document. En plus, l'information doit porter sur la sécurité et la réglementation associées, ainsi que sur les frais totaux pour utiliser les services. Enfin, les besoins en information s'inscrivent dans le cadre des alternatives disponibles pour effectuer le transfert de fonds, en particulier via un compte bancaire, la carte prépayée, le paiement mobile ou chez les points de services de proximité «Tashilate».
Malheureusement, tous les efforts de la banque centrale consentis depuis des années n'ont pas beaucoup aidé à réduire ce phénomène de non-bancarisation et à limiter la circulation du cash sur le marché. Et contrairement à ce que l'on pense, ce ne sont pas que les populations à revenus modestes qui sont réticents, une frange de riches aussi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.