Affaire Pegasus: le Maroc porte plainte en Allemagne    Nouvelle vague du Covid-19 : Après le durcissement, la menace d'un reconfinement ressurgit    Accidents de la circulation : 20 morts et 1.786 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Ouvert jusqu'au 12 août : L'appel à projet de Madaëf éco 6 Al Hoceima sur les rails    Mobilité électrique : Signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    ADII: Sensibilisation sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme    Edito : XXIème    Covid-19 : Le pic épidémique attendu dans les prochains jours    Covid-19 : Israël renforce les restrictions sanitaires    VIDEO// Maroc-Algérie : Que doit-on retenir du discours du Trône ? le décryptage de Zakaria Abou Dahab    Marché automobile : Les ventes en hausse de 14,5% par rapport aux 7 premiers mois de 2019    Maroc/Météo: Temps assez chaud sur le Sud-Est et les plaines intérieures et stable ailleurs, ce mercredi 4 août    Finale de l'Euro 2020 : la fédération anglaise visée par une procédure disciplinaire de l'UEFA    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Covid : Vaccination obligatoire à New York pour aller au restaurant, dans les salles de spectacle et de gym    Entretien exclusif. Les confidences de Saad Eddine El Otmani    Israël membre observateur au sein de l'UA : revers majeur pour Ramtane Lamamra    Chakib Benmoussa redonne espoir!    Affaire Pegasus : Le Maroc dépose une demande d'injonction à l'encontre de la société "Süddeutsche Zeitung GmbH"    L'ONU lance la course contre la crise climatique    Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    Tunisie : l'Egypte exprime son «plein soutien» au président Saïed    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Mobilité électrique : signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Covid-19 : Le pic attendu « dans les tout prochains jours »    Evolution du coronavirus au Maroc. 8 760 nouveaux cas, 642 683 au total, mardi 3 août 2021 à 16 heures    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Covid-19: le Maroc reçoit 1 million de doses du vaccin Sinopharm    Maroc-Algérie : Cette presse algérienne qui dédaigne la voie de l'apaisement !    « Forte hausse » du chômage au Maroc, même pour les diplômés    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    JO-2020: Le programme du mercredi 4 août (en heures GMT):    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Mobilité électrique : un accord de transfert de technologie conclu entre le Maroc et le Brésil    Tokyo 2020 : Grave affaire politique, l'athlète Krystina Tsimanouskaya menacée de prison en Biélorussie    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Merci Soufiane    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sommet de l'Otan: Quand Sanchez s'humilie et humilie son pays
Publié dans MarocHebdo le 15 - 06 - 2021

Le président du gouvernement espagnol voulait marquer un coup en abordant avec le président américain ses inimitiés avec le Maroc. Mal lui en a pris.
Pour n'importe quel quidam connaissant un peu ses définitions, cela s'appelle se taper une petite marche. Mais pour le gouvernement espagnol, ce serait plutôt une rencontre au sommet. Ce qui est vrai, pour que les médias marocains ne soient pas non plus taxés de nihilisme, c'est que le président de l'Exécutif de la voisine du nord, Pedro Sanchez, a bel et bien rencontré ce 14 juin 2021 à Bruxelles le président américain Joe Biden, et que c'était bel et bien à l'occasion d'un sommet, en l'occurrence celui de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN).
Mais pour dire la vérité, toujours, ce n'est pas exactement ce à quoi on s'attendait, en partant du moins des annonces triomphalistes que l'on retrouvait au cours des jours précédents dans les médias proches de M. Sanchez et de son cabinet. Car ces médias, qui faisaient étonnamment profil bas après coup, avaient notamment parlé d'une condamnation par Washington du Maroc pour l'afflux à la mi-mai de quelque 10.000 migrants irréguliers sur le préside occupé de Sebta, couplé même à l'officialisation d'un revirement eu égard à la reconnaissance de la marocanité de la région du Sahara, actée pour rappel le 10 décembre 2020 par le prédécesseur de M. Biden, Donald Trump. Chose qui aurait carrément été discutée par la ministre des Affaires étrangères de M. Sanchez, Arancha Gonzalez, au cours de son coup de téléphone du 11 juin 2021 avec son homologue US, Tony Blinken.
Langage corporel
Que l'administration Biden n'ait, à ce jour, pas aussi explicitement soutenu l'intégrité territoriale du Royaume, certes c'est un fait, mais pourquoi le président américain aurait-il profité du sommet de l'OTAN exactement pour faire une annonce que la partie marocaine aurait considérée comme hostile à son égard, sachant qu'en plus se trouvent depuis le 7 juin 2021 dans les provinces sahariennes les troupes des Forces armées des Etats-Unis pour participer en compagnie des Forces armées royales (FAR) à l'exercice annuel Africa Lion?
M. Biden avait, à l'évidence, d'autres chats à fouetter -notamment la Russie, dont il doit rencontrer ce 16 juin 2021, et ce pour la première fois depuis son investiture le 20 janvier 2021, le président, Vladimir Poutine. Et cela s'est vu jusqu'à son langage corporel, puisqu'au moment où M. Sanchez l'a abordé pour lui parler et décrocher son entrevue, il regardait ailleurs et semblait occupé par des sujets autrement plus importants que les plaintes du président du gouvernement espagnol, qui à la fin et au bout d'une vingtaine de mètres seulement a donné l'impression d'avoir enfin compris le message et s'est en tout cas volontairement mis en retrait.
Les connaisseurs de l'histoire se seront peut-être particulièrement rappelé à cet instant de l'épisode de trois mois de la guerre hispano-américaine de 1898, à la suite de laquelle les Etats-Unis avaient remis le déclinant Empire colonial espagnol à sa place -le pays de l'oncle Sam avait notamment aidé Cuba à obtenir son indépendance de Madrid. Plus brève aura ceci dit été l'humiliation de M. Sanchez. Ou la "rencontre", si on veut.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.