Edito : Faux débat    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Conseil des ministres: Les Orientations générales du projet de loi de finances pour l'année 2022    Conseil des ministres: Examen des Orientations générales du Projet de Loi de Finances 2022 ainsi que des nominations aux fonctions supérieures    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Mohamed Benchaâboun nommé ambassadeur du Maroc en France    Ligue des champions : Le Raja au vert, le Wydad au rouge    Pétrole et gaz : Une compagnie israélienne s'apprête à explorer au large de Dakhla    Egalité de genre : La participation des femmes à la vie politique progresse, les inégalités persistent    Hydrocarbures : Une OPEP du gaz siérait bien à Moscou    Massacre des Algériens : la France commémore les 60 ans    L'Opinion : Le défi malien    Compteur coronavirus : 269 nouveaux cas positifs, 7 décès enregistrés en 24H    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 octobre 2021 à 16H00    Alphabétisation dans les mosquées : Vers plus de bénéficiaires    Kénitra : un individu interpellé pour trafic de comprimés psychotropes    Meknès : Un patrimoine architectural et urbanistique à préserver    Le concours « Ana Maghribi.a » revient pour sa 8ème édition    Le CNDH discute des recommandations à présenter au gouvernement    Un responsable UE salue «l'engagement fort» de la société civile marocaine    Les Emirats Arabes Unis ouvrent la possibilité d'un visa de 5 ans pour les Marocains    La BM et le FMI célébrent le «Success story» de Tanger Med    L'ADFM appelle à une réforme du code de la famille    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    OVH réussit son entrée à la Bourse de Paris    Quatre migrants morts et 13 autres interceptés au large de l'Algérie    Fathallah Sijilmassi en devient le premier Directeur Général    Des experts africains appellent à l'expulsion de la «rasd» de l'UA    Journalistes et youtubeurs analysent les extériorisations anti-marocaines de l'Algérie    Championnat d'Afrique de natation : Le Maroc récolte 10 médailles et finit 3ème    La RS Berkane bat l'US Ben Guerdane et met un pied en phase de poules    Le Comité international olympique inquiet    Une ode à la grâce et à l'élégance    Clôture du FICAM 2021: une édition professionnelle qui a tenu toutes ses promesses!    Immobilier: une assurance pour les loyers impayés, pourquoi pas ?    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Créer au pont de Saint-Ange    Contraception masculine : La pilule existe, mais elle a du mal à passer    Interview avec Sébastien Vaumoron : Télétravail, un mode alternatif à double face    Michel Barnier : élu, je ne «donnerais pas dans la repentance» sur les questions mémorielles avec l'Algérie    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    DHJ-JSS (3-2) : Les Jdidis caracolent en tête de tableau !    Migrants: au moins 8 victimes et 17 disparus au large de l'Espagne    Covid-19: le Maroc vaccine à toute allure, et appelle les réticents à se manifester    Bruits de bottes    FRMB : Abdeljaouad Belhaj réélu président pour un nouveau mandat    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un virus avec qui il faut vivre
Publié dans MarocHebdo le 20 - 09 - 2021

Avec 36 millions de doses administrées et pas moins de 48% de la population marocaine ayant reçu deux doses, la vaccination contre le Covid-19 est avant tout un formidable succès. Mais, bien que le nombre de cas positifs de Covid-19 poursuit sa baisse pour la cinquième semaine consécutive pour atteindre plus de 20.562 cas, contre 42.424 cas, il ressort du bilan mensuel du ministère de la Santé un taux élevé des cas critiques et des décès.
Avec ces résultats, on ne peut que s'inquiéter des effets de la vague des nouveaux variants aussi bien sur la population vaccinée que non vaccinée. Ce n'est pas étonnant que les pouvoirs publics hésitent beaucoup avant de se lancer ne vont se lancer sur des mesures moins contraignantes.
Certes, le Maroc est incomparablement mieux placé que la plupart des pays africains- qui n'ont vacciné qu'une très faible partie de leur population-pour affronter l'épidémie grâce au vaccin. Mais tant que le virus circulera, des variants émergeront, dont certains pourraient être résistants aux actuels vaccins et continueront à menacer à nouveau l'ensemble de la population. D'où l'urgence d'accélérer la vaccination.
Dans ce contexte, faut-il suivre les recommandations de l'OMS qui demande, plus particulièrement, aux pays riches, de ne pas mettre administrer une 3ème dose, notamment à certaines personnes déjà doublement vaccinées. Car ces doses seraient plus utiles pour celles et ceux qui n'en ont reçu aucune. Car face à une épidémie de telle ampleur, personne n'est protégé tant que tout le monde n'est pas protégé.
D'où l'intérêt de mettre tous les efforts dans la mise en place d'un système de soins à la hauteur des enjeux de santé publique. Or, certains pays démunis et pauvres, ne disposent pas de ce système de soins et encore moins de la possibilité de produire et de distribuer les vaccins nécessaires à leurs populations. Ils sont amenés à dépendre du bon vouloir des pays riches, lesquels ne sont pas prêts, jusqu'ici, à leur fournir les doses en quantité suffisante pour vacciner une large partie de leur population.
Le problème de la protection de tous du Covid-19 reste entièrement posé à l'échelle mondiale tant que la pénurie de doses persiste dans une bonne partie du globe, et tant que moins de 2% des populations des pays à faible revenu, notamment en Afrique, n'ont reçu jusqu'à aujourd'hui qu'une une première dose de vaccin. Faut-il rappeler que l'Afrique vient d'atteindre le cap des 200.000 décès liés au Covid-19.
Les blocages constatés au sein des organisations internationales, où les réunions s'enlisent, comme dernièrement à l'OMC, ne font qu'aggraver cette situation. Aussi, la seule issue, qui n'est autre que la possibilité de protéger tout le monde, doit attendre les calendes grecques. Or, faut-il le rappeler, face à l'ampleur d'une pandémie comme celle du Covid-19, riches et pauvres sont plus que jamais dans le même bain


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.