Edito : Faux débat    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Conseil des ministres: Les Orientations générales du projet de loi de finances pour l'année 2022    Conseil des ministres: Examen des Orientations générales du Projet de Loi de Finances 2022 ainsi que des nominations aux fonctions supérieures    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Mohamed Benchaâboun nommé ambassadeur du Maroc en France    Ligue des champions : Le Raja au vert, le Wydad au rouge    Pétrole et gaz : Une compagnie israélienne s'apprête à explorer au large de Dakhla    Egalité de genre : La participation des femmes à la vie politique progresse, les inégalités persistent    Hydrocarbures : Une OPEP du gaz siérait bien à Moscou    Massacre des Algériens : la France commémore les 60 ans    L'Opinion : Le défi malien    Compteur coronavirus : 269 nouveaux cas positifs, 7 décès enregistrés en 24H    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 octobre 2021 à 16H00    Alphabétisation dans les mosquées : Vers plus de bénéficiaires    Kénitra : un individu interpellé pour trafic de comprimés psychotropes    Meknès : Un patrimoine architectural et urbanistique à préserver    Le concours « Ana Maghribi.a » revient pour sa 8ème édition    Le CNDH discute des recommandations à présenter au gouvernement    Un responsable UE salue «l'engagement fort» de la société civile marocaine    Les Emirats Arabes Unis ouvrent la possibilité d'un visa de 5 ans pour les Marocains    La BM et le FMI célébrent le «Success story» de Tanger Med    L'ADFM appelle à une réforme du code de la famille    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    OVH réussit son entrée à la Bourse de Paris    Quatre migrants morts et 13 autres interceptés au large de l'Algérie    Fathallah Sijilmassi en devient le premier Directeur Général    Des experts africains appellent à l'expulsion de la «rasd» de l'UA    Journalistes et youtubeurs analysent les extériorisations anti-marocaines de l'Algérie    Championnat d'Afrique de natation : Le Maroc récolte 10 médailles et finit 3ème    La RS Berkane bat l'US Ben Guerdane et met un pied en phase de poules    Le Comité international olympique inquiet    Une ode à la grâce et à l'élégance    Clôture du FICAM 2021: une édition professionnelle qui a tenu toutes ses promesses!    Immobilier: une assurance pour les loyers impayés, pourquoi pas ?    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Créer au pont de Saint-Ange    Contraception masculine : La pilule existe, mais elle a du mal à passer    Interview avec Sébastien Vaumoron : Télétravail, un mode alternatif à double face    Michel Barnier : élu, je ne «donnerais pas dans la repentance» sur les questions mémorielles avec l'Algérie    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    DHJ-JSS (3-2) : Les Jdidis caracolent en tête de tableau !    Migrants: au moins 8 victimes et 17 disparus au large de l'Espagne    Covid-19: le Maroc vaccine à toute allure, et appelle les réticents à se manifester    Bruits de bottes    FRMB : Abdeljaouad Belhaj réélu président pour un nouveau mandat    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Moussa Laarif, du hip hop à la politique
Publié dans MarocHebdo le 23 - 09 - 2021

Producteur de musique, membre de plusieurs associations et président de l'association Hip Hop Family, Moussa Laarif, ce jeune de 33 ans, connu dans le milieu événementiel et culturel, s'est lancé dans la politique, avec les moyens du bord, et il a gagné. Retour sur une aventure inspirante et atypique.
"Nos élus ne parlaient pas notre langage. Chaque projet proposé finissait dans les tiroirs. Il fallait faire quelque chose et être acteur du changement". Chose dite, chose faite. Moussa Laarif s'est présenté, tête de liste, lors des élections du 8 septembre 2021 dans la circonscription de Youssoufia, à Rabat, sous la bannière du Parti marocain libéral (PML), et a gagné deux sièges dans les élections municipales. Acteur associatif et culturel, ce jeune de 33 ans fraîchement marié, n'avait jamais prévu d'entrer un jour dans l'arène de la politique au Maroc, lui qui ne s'y intéressait même pas.
Mais face à un système rouillé où «on ne te prend pas au sérieux», nous dit-il, il a choisi de se lancer dans l'aventure, soutenu par sa famille, ses proches, ses amis et les habitants du quartier. Et ce sont ces «Wld Drb» qui ont fait la différence lors de sa campagne électorale. «Nous n'étions pas nombreux, nous n'avions pas de moyens et nous n'avons pas reçu de budget de la part du PML. Mais, grâce à la mobilisation de mes proches, j'ai pu relever le défi», nous déclare, non sans fierté, Moussa Laarif. La clé de réussite de sa campagne tient en deux mots: proximité et propreté. Outre sa maîtrise des outils organisationnels, étant un professionnel de l'événementiel, Moussa est connu des habitants du quartier. Ses actions associatives et culturelles et le festival de hip pop qu'il avait créé il y a plus de 10 ans, lui ont considérablement facilité la tâche.
«A chaque fois qu'on rencontrait un habitant, mes amis qui participaient à la campagne prenaient le temps de lui expliquer nos priorités et notre vision. On parlait leur langage car on vivait leur vécu et leurs contraintes», nous lance Moussa Laarif. «Ça se sentait que nous n'étions ni opportunistes ni corrompus. Nous n'étions pas obligés de le démontrer. Le feeling passait, car on vous sent quand vous être sincères. On veut changer les choses. On veut améliorer notre quotidien et nous allons nous battre pour le faire», déclare Moussa. Et de poursuivre, «Vous savez, j'ai eu de meilleurs résultats que certains candidats qui ont dépensé des millions de dirhams pour leur campagne.
On entendait des budgets fous, comme 500 ou 800 millions de centimes, alors que je n'ai dépensé que 170.000 dirhams. J'ai emprunté de l'argent et ma famille et mes amis m'ont été d'un grand soutien. Je ne vous cache pas ma fierté. C'était un véritable défi que nous avons relevé. J'invite les jeunes Marocains à suivre cet exemple et être acteurs du changement qu'ils veulent et de l'intérieur».
Changer le quotidien
Pour commencer, Moussa Laarif veut s'attaquer, en premier lieu, aux problèmes que rencontrent les habitants dans leur vie de chaque jour en faisant preuve de plus de proximité et de disponibilité. «La première qualité d'un élu local doit être la disponibilité. Le citoyen doit sentir que t'es a son service et que tu lui apporteras l'aide nécessaire quand il aura besoin d'un soin, d'une ambulance, de mise à disposition d'une tente pour les funérailles… Ce sont des choses simples du quotidien où ton apport peut être salvateur», nous confie Moussa Laarif.
Il s'agira également de réorganiser la collecte des déchets ménagers dans le quartier et de créer des espaces verts. Mais le projet qui lui tient à coeur est la création d'un centre de prise en charge et de prévention en addictologie. «Nous comptons lancer plusieurs projets culturels et nous voulons aussi faire baisser le taux de criminalité. Mais pour la réussite de ces deux objectifs, il est nécessaire de lutter contre la drogue dans notre quartier. Elle met l'avenir de nos jeunes en standby et les tue à petit feu», se désole-t-il.
Novice en politique, mais un vrai «Wld Drb», Moussa Laarif, soutenu par les habitants du quartier qui croient en lui, se battra pour faire changer les choses, au moins au niveau local. Des «Moussa», le Maroc en a besoin dans chaque quartier. L'avenir appartient à la jeunesse, la politique aussi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.