Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Un cas du nouveau variant découvert en Afrique du Sud détecté en Belgique    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Ciments du Maroc améliore son CA de 6,9% à fin septembre    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Education financière : Plus de 1.000 petits agriculteurs encadrés par Crédit Agricole du Maroc    Le colloque digital «Talents Africains» de retour    Nadia Fettah Alaoui livre sa vision pour le marché des capitaux    Boris Johnson appelle la France à reprendre tous les migrants qui traversent la manche    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Migrants à Calais : la lettre de Johnson «indigente» et «déplacée», tonne le gouvernement français    Spéculations autour de l'éventualité d'une offensive militaire russe en Ukraine    Un lieu de culte et un joyau architectural de la ville «européenne» de Rabat    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    Paris et Londres affichent leur volonté de coopérer    Signature d'un Mémorandum d'Entente dans le domaine de la défense    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Covid-19 : Le Portugal adopte de nouvelles mesures restrictives    Lancement de la campagne nationale de vaccination contre la grippe saisonnière    Meknès : 3 ans de prison ferme pour avoir abusé d'un adolescent, malade mental !    Les réformes engagées par SM le Roi ont permis des réalisations « remarquables » en matière des droits de l'Homme    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib à l'Espace Rivages    L'OMS et la FIFA s'associent contre les violences domestiques    OMS : Plus d'un demi-million de vies sauvées par les vaccins contre le Covid-19 en Europe    Feuille de route bilatérale, intérêts communs, commission mixite : l'essentiel de la rencontre entre Nasser Bourita et son homologue sierraléonais    3ème édition du Trophée Tilila: La cérémonie de remise des prix en images (Reportage)    Kia désormais représentée à Dakhla    Moncef Marzouki : « J'ai tenté une médiation entre le Maroc et l'Algérie dans le cadre de l'autonomie qui est la solution au conflit autour du Sahara »    Météo/Maroc: Pluies et chutes de neige ce vendredi 26 novembre    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mbarka Bouaida élue présidente de l'Association des régions du Maroc    Réseau. Renault Commerce Maroc inaugure sa nouvelle succursale à Zenata    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    Football : Zlatan Ibrahimovic sort un nouveau livre en décembre    L'équipe nationale U23 en stage de préparation du 29 novembre au 5 décembre à Maâmoura    Botola Pro D1 / FUS-DHJ ( 2-2) : C'était surtout une affaire de corners décisifs    Football pour amputés: L'équipe nationale participe à la Coupe d'Afrique des Nations    Présidentielle libyenne : La commission électorale écarte 25 candidats dont Saïf Kadhafi    El Jadida : L'épave devenue « œuvre d'art »...    Détenus du Hirak du Rif : Le serment de Abdellatif Ouahbi    L'essentiel du programme d'action du ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    «Zanka Contact» : Une histoire d'amour où se mêlent arts et espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bamako choisit de continuer son rapprochement avec Rabat
Publié dans MarocHebdo le 21 - 10 - 2021

Sur demande du président Assimi Goïta, le chef de la diplomatie malienne vient de se rendre au Maroc dans le cadre d'une visite qui confirme qu'un nouvel axe est en train de se former avec le Mali.
Qui visait-il, le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, en parlant, lors de la conférence de presse qu'il a donnée ce 11 septembre 2021 aux côtés de son homologue malien Abdoulaye Diop à Rabat, de "ceux qui disent qu'ils ont la recette magique ou un pourcentage des solutions des problèmes maliens"? La France, dont l'ambassadeur à Bamako, Joël Meyer, vient justement de se faire convoquer le 5 octobre 2021 par M. Diop après que le président français Emmanuel Macron ait qualifié quatre jours plus tôt de "démocratiquement nulle" "la légitimité du gouvernement actuel" malien? Ou, pour en rester à la crise régionale en cours depuis le 24 août 2021, l'Algérie, dont le président, Abdelmadjid Tebboune, assurait en octobre 2020 dans un discours qu'elle "est le seul pays au monde qui connaît parfaitement le Mali"? Quoi qu'il en soit et à l'instar de la politique qu'il mène par exemple en Libye, où il se contente, sans "agenda, ni solution", d'un rôle de facilitateur entre les belligérants, le Maroc a mis à profit la visite de M. Diop, porteur, soit dit en passant, d'un message du président malien, Assimi Goïta, pour le roi Mohammed VI, pour rappeler qu'il "pense que le rôle de la communauté internationale, des partenaires et des amis du Mali (...) est d'accompagner les priorités définies par les autorités maliennes, de ne pas se substituer aux autorités maliennes ni de développer des recettes, des accords, des visions, dont le Mali est l'objet et non l'acteur" et que "pour" lui "le Mali est l'acteur principal de sa stabilité et du développement de son peuple".
"Dès le départ, la position du Maroc a été constante: non à l'ingérence dans les affaires du Mali, non à l'utilisation du Mali pour faire avancer des agendas internes, non à la multiplication des initiatives vaines ou des accords dépassés pour gérer la situation au Mali," a souligné M. Bourita. Pour sa part, M. Diop a "réitéré la position sans équivoque de" son pays eu égard au différend maroco-algérien autour de la région du Sahara et qui, concrètement, "va dans le sens de l'adhésion pleine et entière de la République du Mali au processus mené dans le cadre des Nations unies en vue de trouver une solution politique, pacifique, juste, durable et acceptable pour l'ensemble des parties". Il a, en outre, "souligné que (...) le Mali n'entreprendra rien qui soit fondamentalement opposé aux intérêts du Maroc".
Légitimité et stabilité
Cela peut-il être interprété comme annonciateur d'un retrait par le Mali de la reconnaissance que, sous la pression de l'Algérie voisine, avait acté en juillet 1980 l'ancien président Moussa Traoré? En tout cas, le moins que l'on puisse dire est que le Maroc a bien su tirer son épingle du jeu en étant le premier pays à entrer, dès le renversement du président Ibrahim Boubacar Keïta en août 2020, en contact avec le comité national pour le salut du peuple mis en place par M. Goïta. L'Algérie, dont le ministère des Affaires étrangères avait en même temps exprimé "son ferme rejet de tout changement anticonstitutionnel de gouvernement", s'est, elle, depuis lors, fait distancer par le Royaume et a vu l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali qu'elle avait chapeauté en 2015 entre Bamako et les séparatistes touaregs du Nord jeté aux orties.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.