"Les Impériales 2022" célèbre les marques, les agences et les campagnes qui ont brillé en 2020 et 2021    Sécurité : Hammouchi reçoit le chef de la police en Mauritanie    Sécheresse : Le Maroc suspend la subvention des cultures de pastèque et d'avocats    Maroc-UE : Entretien téléphonique entre Ursula von der Leyen et Aziz Akhannouch    Lions de l'Atlas: le moment où Ziyech a failli marquer contre le Paraguay (VIDEO)    Le Chef du gouvernement s'entretient au téléphone avec la présidente de la Commission européenne    "Le bleu du caftan" représentera le Maroc dans la présélection des Oscars 2023    Sortie du Trésor à l'international : Les conditions "de plus en plus difficiles" (Jouahri)    Botola Pro D1 et D2 : Le programme    le prince héritier Mohammed ben Salmane nommé Premier ministre Politique    Santé : Un contrat-programme pour la création de près de 16 000 emplois industriels au Maroc    Maroc – Paraguay : Composition officielle des Lions de l'Atlas    Murcie : La sélection du Maroc U20 de football s'impose face au Chili    Tanger-Med: saisie de pièces en or d'une valeur de plus de 500.000 dirhams    Maroc : 9 morts après la consommation d'alcool frelaté, 2 arrestations    Une caravane de l'Association Moltaka B'ladi pour la citoyenneté cible 950 bénéficiaires    Santé : le Groupe AKDITAL met en service sa 12éme infrastructure de santé à Sidi Maarouf    Abdellatif Hammouchi reçoit le patron de la Sûreté nationale en Mauritanie    فيروس كورونا : الحالة الوبائية تتميز بانتشار جد ضعيف للفيروس بالمغرب    Shakira va être jugée en Espagne pour fraude fiscale    Vidéo / Festival « Symphonyat » : A la rencontre d'artistes de la 2ème édition    Inclusion financière des artisans :convention entre le ministère du Tourisme et Crédit agricole    Football pour amputés: «L'équipe nationale en stage de préparation en Turquie»    Covid-19 : l'épidémie poursuit son déclin au Maroc    Nul fou mais en trompe-l'oeil entre Angleterre et Allemagne    Le Conseil de la concurrence dénonce l'absence de toute concurrence sur les prix et la forte concentration du marché    Le Maroc lance un appel à l'Algérie pour reprendre le processus des tables rondes    Sommet de la Ligue arabe: le ministre algérien de la Justice reçu par Nasser Bourita    Politiques culturelles. Le Maroc participe aux travaux de Mondiacult de l'UNESCO    Questions à Yasmean, DJ marocaine: «Je joue des genres électroniques différents et «pointus»»    Béni Mellal: plusieurs blessés dans un terrible accident d'autocar (PHOTOS)    M. Akhannouch représente SM le Roi Mohammed VI aux funérailles d'Etat de l'ancien Premier ministre japonais feu Shinzo Abe    Pénuries alimentaires et crise financière aggravée en Tunisie    L'Italie a voté – à l'extrême droite, craintes en Europe    Ukraine : les «référendums» auront des «conséquences» sur la sécurité des régions annexées, dit le Kremlin    Sitel Group et Majorel abandonnent leur projet de fusion    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce mardi 27 septembre 2022    Le programme complet du Festival Moga, cinq jours de fête et une soixantaine d'artistes    Fakhreddine Rajhi fait l'éloge de Walid Regragui    Abdelfattah El Harraq, une figure du sport à la télé, est décédé    Le torchon brûle entre le comédien Taliss et «un collègue» (PHOTO)    Le 1er Rabie-I 1444 correspond au mercredi 28 septembre 2022, Aid Al Mawlid Annabaoui célébré le dimanche 9 octobre    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Tunisie: Un nouveau parti politique annonce son boycott des prochaines législatives    Zone euro : La BCE prévoit de poursuivre la remontée de ses taux d'intérêt    Interview avec Nawal Sfendla : « L'Everest est mon rêve ultime »    Le Malawi élimine le trachome, une maladie tropicale qui provoque la cécité (OMS)    Le Roi Mohammed VI adresse un message de condoléances à la famille de feue Aïcha Ech-Channa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tajeddine Elhosseini: "Il ne faut pas limiter l'accord Maroc-USA-Israël au seul dossier du Sahara"
Publié dans MarocHebdo le 22 - 12 - 2021

Professeur des relations internationales, Tajeddine Elhosseini considère que l'accord tripartite Maroc- USA-Israël, du 22 décembre 2020, a créé une nouvelle donne géopolitique et permis au Maroc de se positionner comme une puissance incontournable dans le Sud-Ouest de la Méditerranée.
Le 22 décembre 2020, il y a eu la signature à Rabat de l'accord tripartite entre le Maroc, les USA et Israël après que Donald Trump, alors président US, ait reconnu, le 10 du même mois, la marocanité du Sahara. Quelle lecture en faites-vous, un an après?
D'abord, il y a un point essentiel sur lequel je me dois d'insister et de clarifier. Il n'y a pas de lien direct à faire entre la proclamation, le 10 décembre 2020, par le président américain Donald Trump de la marocanité du Sahara et les accords d'Abraham signés à Rabat, le 22 décembre, soit douze jours après. La reconnaissance américaine de manière claire et sans équivoque de la marocanité du Sahara a permis de consolider davantage la position marocaine au sujet de l'intégrité territoriale du Royaume, c'est indéniable. Mais il n'y a pas de lien direct avec les relations entre le Maroc et Israël.
Dois-je vous rappeler qu'entre le Maroc et Israël, il y avait des relations diplomatiques depuis 1994 avec des bureaux de liaisons, marocain à Tel Aviv et israélien à Rabat? L'ouverture des bureaux de liaison a été faite dans un contexte marqué par les accords d'Oslo entre Palestiniens et Israéliens et la dynamique de paix enclenchée à cette époque-là. Mais, en octobre 2000, suite à la répression féroce menée par l'armée israélienne contre les Palestiniens qui avaient déclenché une deuxième Intifada, le Maroc, a condamné le plus fermement au monde la politique israélienne et a décidé de rompre les relations bilatérales.
Oui, mais dès la signature des accords d'Abraham, ou accord tripartite, le Maroc a été accusé d'avoir monnayé la reconnaissance de la marocanité du Sahara contre le rétablissement des relations avec Israël…
Le Maroc ne peut pas être plus palestinien que les Palestiniens eux-mêmes. Ces derniers négocient et demandent à négocier avec les Israéliens, pourquoi pas alors le Maroc ou je ne sais quel autre pays? Ceci, d'une part, d'autre part, le Maroc pouvait négocier secrètement des accords avec Israël sur plusieurs sujets, dont le renseignement ou l'armement. Mais il a préféré le faire de manière officielle, publique si je peux me permettre l'expression. Je vous rappelle que le 22 décembre 2020, dans la soirée, et juste après la signature des accords, S.M. le Roi s'est entretenu avec Mahmoud Abbas, le président palestinien.
Il lui a réitéré les engagements de toujours du Royaume aux côtés des Palestiniens et qu'aucun accord ne peut se faire avec Israël s'il porte atteinte aux droits historiques du peuple palestinien à avoir son Etat indépendant, viable avec Al Qods-Est comme capitale. D'ailleurs, le Maroc le répète toujours: le rétablissement des relations avec Israël ne peut aller vers une véritable normalisation sans qu'il y ait une avancée notable sur le dossier palestinien. Autant dire que la concrétisation complète des accords d'Abraham reste au conditionnel. Pour ce qui est du Sahara marocain, l'intégrité de tout Etat prime sur tout le reste. Le Maroc est en droit de consolider ses positions par tous les moyens possibles. Mais il ne faut pas limiter l'accord tripartite Maroc- USA-Israël à ce seul dossier du Sahara.
Pouvez-vous être plus explicite?
Depuis deux ans, voire plus, les dirigeants algériens, surtout avec le président actuel, Abdelmajid Tebboune, multiplient les menaces en direction du Maroc. M. Tebboune a même déclaré en guise de mise en garde adressée à notre pays que l'équilibre des forces militaires est largement en faveur de l'Algérie. Son ministre de la défense actuel, Saïd Chengriha, est même allé jusqu'à organiser, il y a quelques mois, des manoeuvres militaires à la frontière avec le Maroc. L'Algérie est le pays africain qui s'arme le plus ces dernières années. Et quand des journalistes ont posé la question à ce sujet au général Chengriha, il a tout simplement répondu que ces armes servent à lutter contre le terrorisme et à combattre l'ennemi classique.
Un surarmement algérien qui a créé un certain déséquilibre militaire entre le Maroc et l'Algérie. Notre pays a donc choisi cette nouvelle alliance avec les USA et Israël pour rééquilibrer la situation. D'ailleurs ces derniers mois, le discours menaçant d'Alger a cédé la place à un discours victimaire, à savoir qu'Alger est visé par le Maroc et Israël… Cet équilibre régional qui s'est réinstallé est un grand acquis pour le Maroc suite à la signature de l'accord tripartite.
Notre pays peut se doter de la technologie et des armées israéliennes, il a pu signer des contrats avec les USA pour des chasseurs F16 dernier cri et les Emirats arabes unis, eux-mêmes ayant signé des accords similaires avec Israël et les USA, vont livrer des avions de chasse au Maroc… J'ajoute aussi que depuis la signature des accords tripartites, le Maroc est devenu un acteur régional de poids, certains milieux le qualifient déjà de Turquie du Sud Ouest de la Méditerranée. La position ferme du Maroc vis-à-vis de l'Espagne et de l'Allemagne est un exemple édifiant de ce repositionnement …
Justement, tous les spécialistes ont relevé que la position du Maroc vis-à-vis de l'Espagne et de l'Allemagne, entre autres grandes puissances européennes, a été marquée par une sorte de fermeté inhabituelle…
Il faut savoir qu'il y a un an, tout le monde croyait que l'accord tripartite allait rester lettre morte. Or, sur le terrain, l'accord a connu un début de mise en oeuvre remarquable. De ce fait, le Maroc dérange. Il se sent plus fort. Il est devenu un pays avec lequel les Européens doivent compter.
En janvier 2020, l'Allemagne narguait le Maroc et l'ancienne chancelière n'a même pas daigné l'inviter à la première réunion qu'elle a organisée à Berlin sur la crise libyenne, alors que notre pays menait des mois durant une intermédiation entre les diverses factions libyennes couronnée par les accords de Skhirat de 2015. Par contraste, le communiqué des Affaires étrangères allemand du lundi 13 décembre salue le rôle du Maroc dans la recherche de solution à la crise libyenne et parle du Royaume comme un partenaire important pour l'Allemagne.
L'Espagne, elle aussi, a commencé à changer d'attitude et à chaque fois depuis quelques semaines, les dirigeants ibériques multiplient les messages d'apaisement en direction du Maroc. La donne géopolitique a véritablement changé, en un an, dans l'Ouest de la Méditerranée avec un rôle plus important du Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.