Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Bilan gouvernemental, les parlementaires partagés    Crise de transparence    La CGEM promeut la médiation bancaire    Le kilogramme a changé de définition... L'ampère, le kelvin et la mole aussi    Hervé Renard dévoile bientôt la présélection des Lions    Examen du Bac: Des dates problématiques!    « Darkweb »: Un réseau international de pédophiles tombe    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    L'ISIC accueille son nouveau directeur    Elections européennes: Les réformes passées au crible    El Othmani chez les conseillers    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Atlantique Assurances se lance dans le coton    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Al Adl Wal Ihsane s'empare du Hirak
Publié dans MarocHebdo le 21 - 06 - 2017

Des milliers de personnes à la marche de soutien à la Mouvance populaire du Rif
Qu'ils soient affiliés ou non, des milliers de citoyens ont pris part à la marche nationale du dimanche 11 juin 2017 en soutien à la Mouvance populaire du Rif. L'organisation islamiste d'Al Adl Wal Ihsane s'est particulièrement distinguée.
Malgré la canicule qui s'ajoutait à la dure épreuve du jeûne du mois de Ramadan, ils étaient des milliers -de 12.000 à 15.000 d'après les autorités; environ 52.000 d'après les estimations les plus vraisemblables- à participer à la marche nationale organisée le dimanche 11 juin 2017 dans la capitale, Rabat, en soutien à la Mouvance populaire qui investit les rues du Rif depuis octobre 2016 et dont une centaine d'activistes ont au cours des précédentes semaines été arrêtés.
Un appel avait dans ce sens été lancé le 1er juin 2017 sur le site web Facebook par d'anciens activistes du Mouvement du 20-Février, dont les manifestations en 2011 avaient conduit à l'adoption de l'actuelle Constitution, et a, pour le moins, aussitôt suscité l'intérêt de milliers d'internautes.
"Silmiyya! Silmiyya!"
Mais on ne s'attendait pas pour autant à voir autant de monde y répondre: il faut voir ainsi les photos prises en hauteur depuis les toits des immeubles attenants et montrant une véritable vague humaine déferler depuis la place Bab El Had, où les manifestants se sont réunis sur le coup de midi, pour longer l'avenue Hassan-II puis l'avenue Mohammed- V en direction du parlement -on n'avait justement plus vu cela depuis 2011.
Et contrairement à la manifestation tenue le 30 mai 2017, les forces de l'ordre n'ont, cette fois, pas bougé. On a juste assisté à des altercations verbales entre certains manifestants et ceux qu'on appelle désormais les "ayyachas", c'est-à-dire les contre-manifestants reconnaissables à mille lieues à leur exhibition ostentatoire des symboles nationaux, mais sans plus. La foule a, ainsi, tenu à respecter le slogan "Silmiyya! Silmiyya! La hejra la jenwiyya!" ("Non violente! Non violente! Ni caillou ni couteau!") scandé par la Mouvance populaire. Même les médias officiels, à savoir notamment l'agence de presse nationale Maghreb arabe presse, ont mis l'accent sur le caractère pacifique des manifestations. "La marche s'est ébranlée dans le calme", rapporte-t-elle dans une dépêche. Outre les milliers de citoyens non affiliés, plusieurs organisations ont massivement fait le déplacement.
Ainsi, on comptait notamment le Parti de l'Istiqlal (PI), dont la direction avait enregistré le 6 juin 2017 sa solidarité totale et inconditionnelle avec les revendications sociales et économiques de la Mouvance populaire, ainsi que la Fédération de la gauche démocratique (FGD), dont les partis politiques, à savoir le Congrès national ittihadi (CNI), le Parti de l'avant-garde démocratique et socialiste (PADS) et le Parti socialiste unifié (PSU), avaient été parmi les rares à soutenir le 20-Février.
Le Parti authenticité et modernité (PAM), lui, également dans l'opposition, était représenté par son aile syndicale, l'Organisation démocratique du travail (ODT). Même des personnalités issues de la coalition au pouvoir étaients présentes. On pense notamment à Abdelali Hamidine et Khalid Rahmouni, qui font partie du secrétariat général du Parti de la justice et du développement (PJD) dont est issu le chef de gouvernement Saâd Eddine El Othmani, ainsi que Amina Maelainine, députée de la même formation. Mais c'est l'organisation islamiste d'Al Adl Wal Ihsane qui sans doute a le plus attiré l'attention.
Discipline et discrétion
Les membres de la jamaâ étaient en effet reconnaissables pour leur discipline et leur absence de mixité, puisque les femmes et les hommes n'étaient pas disposés côte à côte. Si le secrétaire général de l'organisation, Mohamed Abbadi -qui se trouve être luimême rifain de la ville de Beni Hadifa, dans la province d'Al Hoceima-, est resté inaperçu, il y avait toutefois la plupart des membres du conseil d'orientation, menés par Fathallah Arsalane, porte-parole depuis l'époque du défunt guide Abdessalam Yassine.
Surfer sur la Mouvance
À cet égard, Al Adl Wal Ihsane a été accusée de surfer sur la Mouvance populaire pour servir ses agendas républicanistes (lire ailleurs). Présents dans la ville de Casablanca depuis le 5 juin 2017 pour assister au procès de leur fils, les parents du leader de la Mouvance populaire Nasser Zafzafi se sont retrouvés au premier rang de la marche. Les manifestants leur ont réservé un triomphal accueil. "Je tire mon chapeau à toute la présence", a notamment déclaré M. Zafzafi père.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.