« Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    Bilan encourageant pour la Fondation marocaine pour la promotion de l'enseignement préscolaire    Journée internationale des droits de l'Homme : L'appel à la solidarité mondiale de Michelle Bachelet    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Aéronautique: Un deuxième mandat pour le président du GIMAS et un bilan positif    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Indice du développement humain : Encore du chemin à faire pour le Maroc !    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    Hommage à Seddik Maâninou ce mardi à la MAP    La mosquée, l'école, le dispensaire…    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    La coordination «Akal» dénonce le laxisme des autorités    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Un grand dirigeant nous quitte    Le Hassania d'Agadir se ressaisit    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Bataille de chiffres entre Washington et Téhéran…    Des livreurs Chronopost disparaissent dans la nature... avec un million d'euros de marchandises    La justice égyptienne livre son verdict dans l'affaire de l'opposant Mohamed Ali    Fiscalité, OXFAM enfonce le clou    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    Réforme de la justice : la cadence est au ralenti    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    «Lalla Aïcha» de Mohamed El Badaoui, projeté en avant première au FIFM    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    Un élève soupçonné de dénonciation calomnieuse : Une enquête est ouverte à Fès    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    L'AMMC vise la note relative à l'émission de billets de trésorerie de Douja Promotion Groupe Addoha    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Aziza Jalal remonte sur les planches    Edito : Mobilité    Changement climatique : Le Maroc préside la réunion des Seychelles    Enseignants-cadres des AREF : Côté cour, côté jardin    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Ligue 1 : Marseille inarrêtable, Saint-Etienne de nouveau en panne    Le MCO défait à Oujda par l'ASFAR    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    Participation du Maroc aux 21èmes Journées théâtrales de Carthage    Grand engouement du public au FIFM 2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A Zagora, les manifestations contre les pénuries d'eau se poursuivent
Publié dans MarocHebdo le 24 - 10 - 2017


Une lutte pour la survie
Il a fallu que des affrontements avec la police dégénèrent et que des arrestations en masse s'en suivent pour que la voix de la population de Zagora soit entendue.
Une énième manifestation, ce mercredi 18 octobre 2017, à Zagora, cette petite ville de 30.000 habitants de la région du Drâa-Tafilalet. Les femmes sont descendues dans la rue, des bidons vides à la main, pour protester contre la pénurie d'eau. L'eau est distribuée au compte-gouttes, quelques heures par jour. Et encore, elle est imbuvable. Ittou, la cinquantaine, est fatiguée de protester chaque jour devant le siège de la province. «Nos marches pacifiques et nos cris de détresse n'ont pas fait bouger les responsables pour nous trouver une solution immédiate à une question aussi vitale que celle de l'eau potable. Les responsables nous demandent plus de patience et nous bercent de promesses. Je me demande s'ils peuvent, eux, vivre sans eau», se révolte-t-elle, les larmes aux yeux.
Comme Ittou, des centaines de femmes, voire de familles entières, restent plusieurs jours sans eau buvable. Et cela dure depuis le début de l'été. Même si elles sont, pour leur majorité, analphabètes, ces femmes dignes et fières savent que l'origine de la pénurie d'eau n'est pas uniquement naturelle, liée plus précisément à la sécheresse, la faible pluviométrie qui caractérise la région depuis des décennies et notamment ces dernières années.
Des solutions provisoires
Elles accusent sans détours les responsables du secteur de l'agriculture d'exploiter à outrance cette denrée rare. Les grands agriculteurs de la région pompent dans la nappe phréatique pour irriguer leurs champs de pastèque. Le département de l'Eau est aussi concerné par cette mauvaise gestion et dont la réaction s'est fait attendre. Ce qui complique davantage la situation, c'est la salinité élevée de l'eau des puits, qui rend celle-ci inutilisable pour les êtres humains comme pour le bétail. Lorsque les manifestations sont devenues récurrentes et un peu violentes, la question est devenue une affaire d'Etat. Le Roi Mohammed VI a ordonné la mise en place d'une commission spéciale et a donné ses instructions au chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, pour étudier le problème et trouver des solutions.
Sur le plan local, une réunion présidée par le gouverneur de la province en présence notamment des élus locaux et des représentants de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE, a été marquée par un exposé du chef de service du secteur de l'eau axé notamment sur les projets réalisés et d'autres en cours de réalisation ou programmés par l'office dans la ville de Zagora. Des mesures urgentes ont été prises en vue de renforcer les infrastructures hydriques, notamment le forage d'un puits dans la région de Nabch. Des effets d'annonce encore sans grand impact. Des solutions provisoires en attendant des vrais projets structurants qui assureraient une alimentation régulière en eau...vraiment potable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.