Le Maroc face à la nouvelle guerre commerciale mondiale    Faux-fuyants algériens    Office des changes : Le déficit commercial plombé par la hausse des importations    Trump isolé après sa tournée qui a consterné l'Amérique    « #SoisUnHomme »: Mysoginie 2.0    Baccalauréat.. le taux de réussite s'améliore    Le Roi Felipe VI d'Espagne : « nos relations avec le Maroc sont stratégiques grâce à notre amitié »    Asilah : Un projet d'aide à la scolarisation des enfants handicapés mentaux    Projection du film «Comme des garçons» à l'Institut français d'Oujda    Taounate : Clôture du 7ème Festival national des arts d'El aïta jabalia    «Un agent d'autorité à la radio», nouveau livre d'Abderrahman Achour    Renard tranche le débat sur son contrat    Les CRI    Politique de la migration : Comment améliorer l'intégration    Un pacte de migration «sans contraintes»    Mondial 2018.. Fortnite était aussi de la partie    Albert Muchenga : «La ZLEC devrait entrer en vigueur dès janvier 2019»    Plus de 6.000 bénéficiaires et 47 sites opérationnels : Bilan positif pour la Fondation Zakoura    Fête nationale de France: Un moment de liesse et de communion!    Cherté de la vie: Et si l'on assainissait les circuits?    La femme croate aux grandes valeurs!    Lahcen Chakiri bachelier à 69 ans    CSEFRS : Azziman fait le bilan de ses quatre ans    L'équipe et la présidente de Croatie, les révélations du Mondial    Deuxième étoile pour la France sous une pluie de buts...!    Nicaragua : Intensification des pressions diplomatiques sur Ortega    Farid Bahri: Un «destin nu» sur les toits de Tanger…    Le peintre Khalil Gharib à Oukaimden    Le FC Barcelone fait exploser ses records financiers    Face à Trump, l'UE et le Japon scellent un accord commercial « historique »    Aswak Assalam lance sa carte de paiement en différé    BMCE co-fonde une association bancaire sino-arabe    Le Forum africain de l'investissement de la BAD présenté le 27 juillet à Casablanca    Edito : En voie d'extinction    A l'occasion de la victoire de la France en finale de la Coupe du monde : SM le Roi félicite le président Macron    Nordin Amrabat rejoint le club saoudien d'Al Nasr    Les rapports sur l'ONMT et l'importation des déchets présentés aujourd'hui    Ce qu'a dit le Roi Felipe VI d'Espagne à propos du Maroc    Une "Mohadara" pas comme les autres au Hiba_Lab    Arrestation d'un individu soupçonné d'avoir asséné des coups mortels à son épouse    Un accouchement dans le ciel lors d'un vol reliant Casablanca à Montreal    La Mercedes Classe A monte en gamme    Maroc-UE : Bon coup pour la marocanité du Sahara    L'Erythrée rouvre son ambassade à Addis-Abeba    Zakaria Rdif désigné gagnant de la catégorie Humour du concours Orange Talents    Growth is returning but delays and blockages persist    France : Lendemain de fête    25 millions de cyber-attaques auraient ciblé la Russie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La casquette de Nabila
Publié dans MarocHebdo le 14 - 12 - 2017

«Comment peut-on, parbleu, manifester contre les Etats-unis et porter un de leurs produits ?»
Moi qui suis une victime hébétée de l'hégémonie culturelle française (ça fait toujours bien de commencer une chronique en citant Gramsci), le prénom de Nabila me renvoit d'abord à la bimbo d'origine algérienne qui ne cesse de hanter les plateaux télévisuels de France et de Navarre (chacun ses références). Je crus donc avoir affaire à son fantôme quand ce vieil ami, qui m'appella en début de semaine pour s'enquérir de mes nouvelles et de celles de mon compte en banque au cas où j'aurais quelques billets à lui prêter et que, promis, il me rendrait au début du mois prochain (comme tous les autres billets, j'imagine), quand ce vieil ami me demanda donc si j'avais vu la photo de Nabila lors de la marche pour la Palestine. «Mais non, Mounib,» précisa-t-il, face à mon étonnement. Ah c'est donc de la camarade Nabila qu'il s'agit! Il fallut juste préciser sa qualité! Interpellé par ce commentaire politique de cet ami qui, en temps normal, pense d'abord à sa femme quand je lui parle de ministère de l'Intérieur et de tahakkom, je pris tout de go sur moi d'aller sur cette agora de notre époque qu'est Facebook pour voir de moi-même cette fameuse photo.
Et quelle ne fut ma surprise de voir que la camarade portait la casquette des New York Yankees comme un gant. «Mais c'est une casquette américaine!», vois-je cela dit les internautes s'indigner ici et là. «Comment peut-on, parbleu, manifester contre les Etats-Unis et, en même temps, porter un de leurs produits!» se lamente un autre (c'est moi qui ai ajouté le parbleu, pour donner une connotation dramatique à cette plaidoirie). Pas au bout de mes surprises, je constatai par la suite que tout mon fil d'actualité avait été inondé, telle l'avenue Mohammed-V de Casablanca sous la pluie, par la photo de la camarade.
Je ne pouvais même plus retrouver des sujets plus importants et autrement plus vitaux, comme le tirage au sort de la Champion's League ou encore les vidéos d'insultes de Niba. Femme de responsabilité et décidément décidée à ce que je retrouve mon Facebook tel que je l'ai toujours connu, la camarade Nabila s'est finalement, merci à elle, fendue d'une déclaration expliquant comme quoi le NY sur sa casquette faisait référence non aux vils Yankees, (je suis vraiment décidé à aller aux Emirats), mais à son prénom et celui de son mari, Youssef Hajji, qui visiblement arrive toujours par se mettre hors-jeu (ah non c'est un homonyme, me dit-on).
Ladite casquette est d'ailleurs d'un rouge parfaitement communiste, sans doute tendance trotskiste, l'entrisme étant comme on le sait une stratégie ardemment défendue par les fondateurs de la quatrième internationale pour atteindre les objectifs révolutionnaires du prolétariat... Content donc d'en avoir fini avec cet épisode et surtout de découvrir, plus sérieusement, que le Real Madrid allait enfin se coltiner une vraie équipe en Champion's League, en l'occurrence le PSG, j'en sors personnellement avec deux enseignements. Un, ne pas répondre aux vieux amis, surtout s'ils ont une dette extérieure grosse comme une polémique au Maroc sur un misérable vêtement. Deux, que j'ai bien fait d'épouser une Oumaima, car avec une Chahinaz ou une Chahrazade, la casquette n'aurait pas vraiment été heureuse…l


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.