Maroc-Namibie: jour, horaire, chaîne    Bourita parle fermeture des frontières à Alger    Brèves    Inégalités au Maroc : Ce que disent les chiffres    Forces auxiliaires : Le projet de mise à niveau validé    Un Monde Fou    Plusieurs ambassadeurs étrangers présentent au Souverain leurs lettres de créance    Le Maroc lance sa candidature pour le mondial 2026.    La MAP lance un SOS fake news, bon courage !    Espagne : plus de 233.000 Marocains couverts par la sécurité sociale    Trump, un mauvais « Génie »    Aït Melloul : Doutant de la fidélité de son épouse, il l'étrangle à mort    Marrakech : Un comptable et une Guinéenne se donnent la mort    DGI: Annulation totale ou partielle des pénalités afférentes aux impôts 2016    Passation des pouvoirs entre Laaraj et Amzazi    Akhannouch à Bruxelles pour faire le point sur la coopération Maroc-UE    Mondial-2026: Le dossier du Maroc sera de « haute facture » dixit Elalamy    CCG : Un nouveau portail dédié au financement de l'innovation    CEDEAO : Soutien total du Liberia au Maroc    Plus de 90 MDH pour la réalisation de 47 foyers pour étudiants    L'université Al Akhawayn fête sa 23e bougie    «Notre place-A la croisée des idées, sources et civilisations» à Casablanca    La haute couture orientale brille à Paris    Anapec : Lancement de 4 unités mobiles pour améliorer l'employabilité dans le rural    CAN de handball-Gabon 2018 : Le Maroc signe sa première victoire et ravive ses chances    Qualifié pour les quarts de finale : Le Maroc poursuit l'aventure à Casablanca    Comment arriver à une école de l'équité    l'automobile et le textile pour développer la région    Les détails du nouveau dispositif fiscal    Les aéroports marocains ont accueilli 20.357.866 passagers en 2017    Un séisme de magnitude 8,2 au large de l'Alaska déclenche des alertes au tsunami    «Fake News» : Le gouvernement s'apprête à sévir    Paradis fiscaux: l'UE retire 8 pays dont le Panama de sa liste noire    Madrid décidé à empêcher le retour de Puigdemont    Colère des parents d'élèves à Elbilia    La coopération touristique démarre    Loft Art Gallery au Salon international d'art contemporain africain à Marrakech    Etats-Unis : Après le shutdown, shut up jusqu'au 8 février…    Après les nominations royales, le gouvernement de nouveau au complet    Décès d'un prévenu à l'hôpital de Midelt    La fédération lance un ultimatum à Said Hasbane    Mondial 2026 :Maroc compte défendre sa candidature    Tevekov, un peintre russe tout en puissance    Les Kids United viennent chanter l'espoir    Le président américain réitère son soutien «à une solution à deux Etats»    Les mystères de l'île Sidi Abderrahman dévoilés    D'PENDANSE : Les stars danseront à Casablanca    «Le pays où les pierres parlent» présenté à d'Art Louane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La casquette de Nabila
Publié dans MarocHebdo le 14 - 12 - 2017

«Comment peut-on, parbleu, manifester contre les Etats-unis et porter un de leurs produits ?»
Moi qui suis une victime hébétée de l'hégémonie culturelle française (ça fait toujours bien de commencer une chronique en citant Gramsci), le prénom de Nabila me renvoit d'abord à la bimbo d'origine algérienne qui ne cesse de hanter les plateaux télévisuels de France et de Navarre (chacun ses références). Je crus donc avoir affaire à son fantôme quand ce vieil ami, qui m'appella en début de semaine pour s'enquérir de mes nouvelles et de celles de mon compte en banque au cas où j'aurais quelques billets à lui prêter et que, promis, il me rendrait au début du mois prochain (comme tous les autres billets, j'imagine), quand ce vieil ami me demanda donc si j'avais vu la photo de Nabila lors de la marche pour la Palestine. «Mais non, Mounib,» précisa-t-il, face à mon étonnement. Ah c'est donc de la camarade Nabila qu'il s'agit! Il fallut juste préciser sa qualité! Interpellé par ce commentaire politique de cet ami qui, en temps normal, pense d'abord à sa femme quand je lui parle de ministère de l'Intérieur et de tahakkom, je pris tout de go sur moi d'aller sur cette agora de notre époque qu'est Facebook pour voir de moi-même cette fameuse photo.
Et quelle ne fut ma surprise de voir que la camarade portait la casquette des New York Yankees comme un gant. «Mais c'est une casquette américaine!», vois-je cela dit les internautes s'indigner ici et là. «Comment peut-on, parbleu, manifester contre les Etats-Unis et, en même temps, porter un de leurs produits!» se lamente un autre (c'est moi qui ai ajouté le parbleu, pour donner une connotation dramatique à cette plaidoirie). Pas au bout de mes surprises, je constatai par la suite que tout mon fil d'actualité avait été inondé, telle l'avenue Mohammed-V de Casablanca sous la pluie, par la photo de la camarade.
Je ne pouvais même plus retrouver des sujets plus importants et autrement plus vitaux, comme le tirage au sort de la Champion's League ou encore les vidéos d'insultes de Niba. Femme de responsabilité et décidément décidée à ce que je retrouve mon Facebook tel que je l'ai toujours connu, la camarade Nabila s'est finalement, merci à elle, fendue d'une déclaration expliquant comme quoi le NY sur sa casquette faisait référence non aux vils Yankees, (je suis vraiment décidé à aller aux Emirats), mais à son prénom et celui de son mari, Youssef Hajji, qui visiblement arrive toujours par se mettre hors-jeu (ah non c'est un homonyme, me dit-on).
Ladite casquette est d'ailleurs d'un rouge parfaitement communiste, sans doute tendance trotskiste, l'entrisme étant comme on le sait une stratégie ardemment défendue par les fondateurs de la quatrième internationale pour atteindre les objectifs révolutionnaires du prolétariat... Content donc d'en avoir fini avec cet épisode et surtout de découvrir, plus sérieusement, que le Real Madrid allait enfin se coltiner une vraie équipe en Champion's League, en l'occurrence le PSG, j'en sors personnellement avec deux enseignements. Un, ne pas répondre aux vieux amis, surtout s'ils ont une dette extérieure grosse comme une polémique au Maroc sur un misérable vêtement. Deux, que j'ai bien fait d'épouser une Oumaima, car avec une Chahinaz ou une Chahrazade, la casquette n'aurait pas vraiment été heureuse…l


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.