Plus de 1,3 tonne de cocaïne saisie à Tanger Med    La CGEM décline son software    V.E Maroc publie son évaluation sur les risques de durabilité en 2021    Deux startups marocaines participent pour la première fois    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    La montagne qui a accouché d'une souris    L'union européenne est-elle soumise à un gouvernement des juges?    Appel à promouvoir la médecine d'urgence au Maroc    Le ministère public présente le guide de la « Kafala » des enfants abandonnés    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    «J'utilise le fantastique pour raconter, pour voir la réalité avec un autre angle»    Penser le visage avec Emmanuel Levinas    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Le PLF2022 table sur un taux de croissance de 3,2 pc et un déficit budgétaire de 5,9 pc du PIB    Coiffe saoudienne... à l'anglaise    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Le PLF-2022 table sur un taux de croissance de 3,2 % et un déficit budgétaire de 5,9 %    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    L'Opinion : Du sécuritaire à l'humanitaire    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 octobre 2021 à 16H00    Espagne : les séparatistes basques reconnaissent la «douleur» subie par les victimes de l'ETA    Relations entre la Russie et l'OTAN : Moscou suspend sa mission et celle de l'Alliance    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Para-basket : L'OCS accède à la première division du Championnat national    Casablanca : Interpellation d'un individu impliqué dans l'agression d'un mineur à l'aide d'un chien féroce    Feuille de route de l'exécutif : ambitions démesurées, petits moyens ?    Transmission du Covid-19: le Maroc passe au « niveau faible »    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Pegasus : avant son procès le 25 octobre, Rosa Moussaoui fait une crise de panique    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    Le taux de fécondité chez les femmes marocaines en forte baisse    Dr Saïd Afif: « L'obligation du pass vaccinal permettrait le retour à la vie normale »    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Unité flottante de stockage du gaz au Maroc : les dernières infos du ministère    Cameroun : neuf morts dans un accident provoqué par des vents forts    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Canaries inquiètes des explorations pétrolières marocaines
Publié dans MarocHebdo le 23 - 01 - 2018


Guerre du pétrole en vue?
En accordant un permis de prospection au large des Canaries, le Maroc n'a pas fait que des heureux du côté de l'archipel.
C'est presque devenu un marronnier: depuis près de dix-sept que les explorations pétrolières ont commencé au large des Canaries -plus précisément en décembre 2001-, on évoque à chaque fois le spectre d'une guerre des hydrocarbures qui mettrait aux prises le Maroc et l'Espagne.
Ce n'est certes pas complètement farfelu, voire au contraire réaliste si l'on se réfère au déploiement à Puerto del Rosario depuis mai 2013, non loin des lieux habituels de prospection, d'un régime d'infanterie légère espagnol -qui s'ajoute à quatre navires d'action mouillant depuis belle lurette au même endroit-, mais c'est dire qu'il ne s'agit pas là seulement d'une fièvre de l'or noir passagère. L'affaire vient d'ailleurs de rebondir une nouvelle fois dans l'actualité suite à la signature, le 20 décembre 2017, par l'Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) et la compagnie italienne ENI d'un accord pétrolier portant sur la zone offshore nommée Tarfaya Offshore Shallow située au large des villes de Sidi Ifni, Tan Tan et Tarfaya, soit juste sous le nez des Canaries.
Le satisfecit de Rabat
Une annonce qui, comme on peut l'imaginer, n'a pas été accueillie par des youyous de l'autre côté du détroit, puisque Ciudadanos, Podemos et la Coalition canarienne, qui sont tous trois représentés au parlement canarien, ont saisi le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération espagnol, Alfonso Dastis, pour que ENI cesse ses opérations. D'après eux, les activités de la société sont de nature à polluer l'archipel canarien, qui tire une part substantielle de ses revenus du tourisme (plus de 20% du produit intérieur brut (PIB), en moyenne). «Il est essentiel que tous les doutes existants soient éclaircis et que la société canarienne soit rassurée,» a notamment déclaré, le 11 janvier dernier, la députée Ciudadanos, Melisa Rodriguez. Pour l'instant, l'Exécutif espagnol s'est réfusé de prendre partie contre le Maroc.
«Ce sont des eaux sous juridiction marocaine, » a même déclaré Mercedes Roldos, déléguée du gouvernement dans les Îles Canaries. Ce qui a le mérite d'être clair et, surtout, devrait susciter le satisfecit de Rabat, qui avait par ailleurs procédé en juillet dernier à l'extension de son domaine maritime, porté à 200 milles marins. Deux projets de loi avaient, dans ce sens, été adoptés par le gouvernement. «Ces textes visent à inclure l'espace maritime faisant face aux côtes du Sahara marocain dans l'arsenal juridique national, pour cimenter la tutelle juridique du Maroc sur ces eaux et barrer la route à toutes les allégations remettant en cause la souveraineté du Royaume sur cet espace,» avait alors reconnu l'Exécutif par la voix de son porte-parole, le ministre délégué aux Relations avec le Parlement et la Société civile, Mustapha El Khalfi.
Toutefois, comme mentionné plus haut, un conflit militaire n'est pas complètement à écarter. Si, en fait, le gouvernement espagnol n'a aucun problème à soutenir aujourd'hui les revendications marocaines -ce qui est somme toute récent-, c'est surtout parce qu'il considère que le pétrole canarien n'est pas exploitable, ou du moins tant que le prix du baril demeure aussi bas que maintenant. D'ailleurs, depuis janvier 2015, Repsol, qui s'était vu accorder le contrat de prospection en 2001, a complètement abandonné ses opérations. Mais qui sait si, demain, des découvertes mirifiques étaient faites?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.