L'Egypte réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    L'usine de câblage automobile d'Oujda générera 3.500 emplois pour la région    « Mon Maroc », un livre hommage au secteur touristique    Les médias espagnols évoquent les couacs de l'approvisionnement en gaz algérien    Averses orageuses localement fortes mardi et mercredi dans plusieurs provinces du Royaume    Inezgane : Trois individus, dont deux policiers, déférés devant le parquet pour escroquerie et complicité    CAN-2021: La CAF inflige des sanctions à des contrevenants    Liga : Un charter spécial pour les 4 Brésiliens du Real    Le partenariat de l'Université du Real Madrid    Les médias espagnols évoquent des perturbations d'approvisionnement en gaz algérien    Le Liban et le FMI entament des pourparlers sur un plan de sauvetage de l'économie du pays    France/Covid-19 : record de décès quotidiens à l'hôpital    Greenland Technology renforce sa présence au Maroc    (Billet 658) – Quand Israël reconnaîtra-t-il la souveraineté marocaine sur le Sahara ?    Le Musée Bab El Oqla de Tétouan rouvre ses portes    Hassan Benjelloun porte l'histoire de «Jalal Eddine Al Roumi» au cinéma    «Harm Reduction : The Manifesto», en sortie américaine le 26 janvier avec le Washington Times    CAN2021 : Ce mardi, Sénégal-Cap Vert (17h) et Maroc-Malawi (20h)    Maroc-Israël: les ambassadeurs des deux pays à Mexico saluent les progrès réalisés depuis la reprise des relations    CAN 2021/8es : Le Maroc ne reculera devant rien face au Malawi    Netflix déclenche une tempête en Egypte : Alcool, tromperies et homosexualité    Sites industriels pilotes : attribution de l'appel à partenariat relatif aux ZI de Had Soualem et Sahel Lakhyayta    Bourse. Mutandis augmente son capital    Ordre national des pharmaciens: quelles nouveautés dans le nouveau statut ?    Nasser Bourita : la révision de la carte consulaire du Royaume s'impose    CAN 2021: une bousculade au stade d'Olembé à Yaoundé fait plusieurs morts    Maroc-Malawi: Halilhodzic est confiant avant le choc    L'ouverture des frontières demeure liée à la garantie des conditions nécessaires pour préserver la santé des visiteurs et des Marocains    Toutes les résolutions du Conseil de sécurité confirment l'implication directe de l'Algérie (politologue espagnol)    Sport scolaire: Programmation de 42 championnats nationaux durant l'année scolaire en cours    9 millions de personnes risquent de perdre leur pass vaccinal le 15 février, rappelle Véran    La Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l'Education-Formation dresse son bilan 2021    Covid en milieu scolaire : 5.802 cas déclarés, 196 écoles et 495 classes fermées du 17 au 22 janvier    Journée mondiale de l'éducation : Désarroi de l'enseignement face à la pandémie    M. Mayara met en exergue la profondeur des relations distinguées entre le Maroc et les Emirats Arabes Unis    La reprise du trafic à l'aéroport d'Istanbul retardée à cause de la neige    Burkina Faso. L'Union Africaine appelle au dialogue    L'ANCFCC tient son Conseil d'administration et affiche d'excellents résultats    CGEM : lancement de l'étude « Quelles transformations pour les ICC au Maroc ? »    Le ministère de l'Enseignement supérieur déterminé à promouvoir les valeurs d'intégrité dans les universités    Selon José Manuel Albares, une normalisation des relations entre le Maroc et l'Espagne est encore loin    Washington et Téhéran envisagent des négociations directes sur le nucléaire    « Espèce de connard »: Joe Biden insulte un journaliste    Maroc-Allemagne : L'ambassadrice de retour à Berlin, un message pour l'Espagne    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Maroc au bord de la faillite
Publié dans MarocHebdo le 08 - 03 - 2018


Tout va très bien, Madame La Marquise…
Pour chaque PME qui ferme, ce sont des emplois qui s'envolent et autant de désœuvrés qui vont grossir une armée de chômeurs déjà bien fournie.
Pour tout ce qui concerne l'état de santé de l'économie nationale, on est gavés de discours officiels ou officieux cadenassés, totalement hermétiques. L'économie va bien, son environnement aussi. Partant de cette assertion sans appel, notre économie ne peut inspirer de sentiment autre qu'une confiance absolue et un rayonnement sans faille. Ça y est, nous ne sommes plus qu'émergents, nous avons complètement émergé. Il paraît que ce genre d'attitude a quelque peu vécu.
Un signe annonciateur nous a été livré par notre confrère Le Matin du Sahara, dans son édition du 5 mars 2018, dans un compte-rendu synthétisé d'une étude étrangère sur la situation de l'entreprise dans le monde. Il en ressort, en gros, que l'entreprenariat recule. Le Maroc, pays traditionnellement ouvert sur l'extérieur, ne pouvait pas échapper à cette tendance mondialement régressive. L'indicateur choisi par les rédacteurs de l'étude est d'une pertinence de bon aloi.
La défaillance d'entreprises; en clair, la fermeture. Pas moins de 8.500 entreprises marocaines sont exposées à ce risque; quand elles n'ont pas déjà mis la clé sous le paillasson. Cette perspective en hausse place le Maroc au deuxième rang dans le monde, juste derrière la Chine. C'est grave, pour la raison toute simple qu'il s'agit de PME, premier pourvoyeur d'emplois dans le tissu économique national.
Encore plus clair, pour chaque PME qui ferme, ce sont des emplois qui s'envolent et autant de désœuvrés, malgré eux, qui vont grossir une armée de chômeurs déjà bien fournie. Autrement dit, les embellissements de la situation économique du pays n'ont plus droit de cité, tellement ils sont en décalage avec la réalité.
Le chômage, dans ses taux réels, touche environ un quart des jeunes de moins de 34 ans, ainsi mis au ban de la société. Ils en veulent à l'Etat, sans forcément lui demander d'être leur employeur exclusif. Une bombe à retardement qui a éclaté, par intermittence, à Al Hoceima, puis récemment à Jerada. Tous les intervenants en ont conclu que les appels d'urgence de ces deux villes et de leurs régions peuvent parvenir d'autres endroits du pays, juste pour confirmer que les mêmes causes produisent les mêmes effets.
Comme chacun sait, le capital est frileux. Il est très volatil. Il a besoin d'être rassuré, avant de s'installer quelque part; autrement, il s'éclipse avec armes et bagages vers d'autres cieux. Le Maroc tient à démontrer qu'il remplit toutes les conditions d'attraction des investissements étrangers. Or, la stabilité politique, mise en avant, est bruyamment chahutée par les mouvements sociaux, comme pour dire qu'elle n'est pas synonyme de paix sociale. Ses animateurs accusent l'autorité centrale de ne pas gouverner pour eux, mais contre eux.
Le sentiment qui prévaut, par les temps actuels, est celui d'un vide politique; comme si le pays allait à vau-l'eau. Des ministres donnent l'impression d'être dans une précarité latente. Il a été suffisamment dit que la politique, comme la nature, a horreur du vide. Un empirisme, acquis par l'observation du long défilé des faits, et qui ne demande qu'à s'activer dans un contexte comme le nôtre. À part ça, tout va très bien madame la Marquise…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.