Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Halieutis. Le Maroc récolte les fruits d'une stratégie audacieuse    Casablanca : Deux sociétés délégataires s'occuperont de la gestion des déchets    HCP : Seulement 4,2% des travailleurs indépendants ont un diplôme de niveau supérieur    2è Eco-Trail Lalla Takerkoust : Sport, nature et… solidarité    La Tribune de Nas : Une vieille dame kidnappée en Uruguay    Un Marocain signe un record de traversée en dériveur dans le golfe de Thaïlande    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Le pape veut « du concret » lors d'un sommet sur les abus sexuels du clergé    Théâtre : «Bourass» en tournée nationale et internationale    Lacage Urban Music Awards : Remise des trophées le 23 février    Fouad Laroui présente son ouvrage «Lumières marocaines»    Infrastructures : Fquih Ben Saleh se dote d'une nouvelle salle couverte omnisports    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    L'ENCG ouvre ses portes à Meknès à la prochaine rentrée universitaire    Près de 3485 morts sur les routes marocaines en 2018    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    « WA DRARI » : Le documentaire qui plonge au coeur du phénomène SHAYFEEN    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    Crédits garantis. La CCG affiche ses performances    Un groupe de travail rattaché à l'ONU recardé pour s'être mêlé à l'affaire Bouachrine    Zakia Driouich : «Halieutis constitue aujourd'hui une vitrine du développement du secteur de la pêche»    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    4e Forum parlementaire sur la justice sociale : Bouayach appelle à nouer avec la logique des droits    Marrakech : Quelque 25 agences de voyages autorisées à organiser le Hajj 1440    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Edito : Rattraper le retard    1,2,3, où va l'Algérie ?    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    News    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Angela Merkel limoge le chef du renseignement pour « sauver sa coalition »
Publié dans MarocHebdo le 19 - 09 - 2018

Après des jours de controverse au sein de sa coalition, Angela Merkel a décidé mardi de démettre de ses fonctions le chef du renseignement intérieur allemand, accusé de collusion avec l'extrême droite.
A l'issue d'une rencontre entre la chancelière et ses partenaires de la CSU bavaroise et du parti social-démocrate (SPD), le gouvernement a annoncé que Hans-Georg Maassen ne dirigerait plus le renseignement intérieur. Soutenu jusqu'au bout par le ministre de l'Intérieur, le Bavarois Horst Seehofer, qui a salué ses « compétences », il est toutefois nommé secrétaire d'Etat dans ce ministère.
Ni la date de son départ, ni le nom de son successeur n'ont été communiqués.
Ce responsable de 55 ans était dans la tourmente depuis le 7 septembre : il avait alors démenti l'existence de « chasses collectives » d'étrangers, dénoncées par Angela Merkel après des manifestations contre les migrants à l'appel de l'extrême droite à Chemnitz, dans l'ex-RDA.
Il avait aussi assuré qu'une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux à ce sujet était fausse, alors qu'elle était bien réelle.
Le chef de l'Office fédéral de protection de la Constitution (BfV) est de manière générale épinglé pour des liens supposés trop étroits avec le parti d'extrême droite AfD, qui a fait son entrée en force en 2017 à la chambre des députés en se nourrissant des craintes suscitées par l'arrivée de plus d'un million de demandeurs d'asile depuis 2015.
La presse l'accuse d'avoir transmis à ce mouvement des informations confidentielles. Ce que M. Maassen a formellement démenti.
Le chef du renseignement, qui parle beaucoup, a reconnu avoir rencontré des membres de l'AfD, comme il le fait régulièrement, a-t-il argué, avec nombre de personnalités de l'ensemble de l'échiquier politique.
M. Maassen a été jusqu'au bout soutenu par le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer, lui-même entré en rébellion avec la politique migratoire de Mme Merkel.
Le chef du renseignement était en revanche l'objet d'attaques virulentes de l'autre membre de la « grande coalition », le SPD.
La nouvelle affectation de M. Maassen a suscité les critiques de l'opposition, notamment des Verts qui ont dénoncé « une magouille hallucinante », selon l'une de ses responsables, Katrin Göring-Eckardt.
Pour le chef du parti libéral FDP, Christian Lindner, cette mutation montre « seulement que la coalition n'a pas de ligne » et qu' « à la fin, il n'y a que des perdants, en particulier ceux qui ont assisté à cette farce avec des hochements de tête ».
Certains au sein du SPD ne manquaient pas non plus de dénoncer « une blague ou plutôt un Vaudeville. Et en plus nous (le SPD) y participons », a fustigé un député, Florian Post.
Un récent sondage réalisé par Civey montre que plus d'un Allemand sur deux (58%) n'a pas confiance dans ses services de renseignement pour assurer la sécurité du pays.
Au-delà de l'extrême droite, le Renseignement intérieur a été mis en cause pour plusieurs ratés dans la surveillance de jihadistes.
Pour l'AfD au contraire, M. Maassen était la cible des « grands partis » uniquement parce qu'il a critiqué la politique migratoire du gouvernement.
Sur le plan politique, la crise ouverte autour de M. Maassen n'a été qu'une nouvelle illustration de l'affaiblissement politique croissant de la chancelière.
Sa coalition a connu les pires difficultés à voir le jour. Et Angela Merkel apparaît depuis continuellement tiraillée entre le SPD, entré à reculons au gouvernement, et la CSU qui ne cesse de contester sa politique migratoire.
Ce parti bavarois a les yeux rivés sur des élections régionales prévues pour le 14 octobre dans cet Etat régional puissant : concurrencé par l'AfD, il pourrait y perdre la majorité absolue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.