11ème Salon du cheval : Tbourida, compétitions équestres… mais pas seulement    Mission royale pour Akhannouch    Budget italien : Un accord avec Bruxelles sera « très compliqué à trouver »    Une femme arrêtée pour port public et illégal d'un uniforme de police    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    Casablanca: CFC signe un protocole d'accord avec un centre financier de Shanghai    Grand stade d'Agadir : 500 stadiers bénévoles formés à la gestion des flux    Le conseil communal de Mohammedia destitue son président (PJD)    Un cadavre mutilé dans la banlieue de Mohammédia identifié par la DGSN    Trésor : Un déficit budgétaire de près de 23 milliards DH en septembre    Paiement auprès des commerçants et eMarchands affiliés au CMI : 18,4 milliards DH réglés par cartes bancaires marocaines    PLF 2019. Cap sur la croissance    Météo : De la pluie pour ce début de weekend    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Ministère des MRE. Promotion de la culture amazighe    Ajdir et ses interpellations!    ONU: La Palestine présidera le «Groupe des 77 + la Chine» en 2019…    Benguérir : L'adaptation aux changements climatiques au coeur d'une conférence    Aucune hausse des tarifs de la vignette automobile dans le PLF-2019    Dons et greffes d'organes: encore des efforts…    Un Jumelage destiné au renforcement des capacités de l'administration pénitentiaire    Enseignement. La loi-cadre sous la loupe des députés    Lutte contre l'immigration illégale : Madrid plaide pour une augmentation de l'aide accordée par l'UE au Maroc    La troupe « L'instant théâtre » présente à Tunis sa pièce théâtrale « Maqamat Badi Zaman Al-Hamadani »    Exposition : La Galerie Banque Populaire met la sculpture en partage        JOJ de Buenos Aires: le Maroc rafle sept médailles    Buffet irrésistible au Parlement    L'Institut français d'Oujda déménage    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    L'émissaire de l'ONU pour la Syrie annonce sa démission    News    Intensification de la coordination et de la concertation entre la Chambre des représentants et le Parlacen    Signature d'un mémorandum d'entente entre le Maroc et l'OADA    Pitoyable    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    Divers    Vers l'accélération de la transformation digitale du secteur public    Les partenariats public-privé, un outil de promotion de l'agriculture et des TIC en Afrique    Löw sauvé par "la meilleure défaite de l'année"    Aziz Karkach : Le MCO veut s'assurer très tôt le maintien chez l'élite    Participation massive attendue au 20ème semi-marathon international de Laâyoune    Vasti Jakson & Maya Kyles en résidence artistique avec des musiciens nomades de M'hamid El Ghizlane    L'œuvre poétique de Laabi, un hymne à l'être humain dans tous ses états    Azilal accueille son premier Salon du livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Angela Merkel limoge le chef du renseignement pour « sauver sa coalition »
Publié dans MarocHebdo le 19 - 09 - 2018

Après des jours de controverse au sein de sa coalition, Angela Merkel a décidé mardi de démettre de ses fonctions le chef du renseignement intérieur allemand, accusé de collusion avec l'extrême droite.
A l'issue d'une rencontre entre la chancelière et ses partenaires de la CSU bavaroise et du parti social-démocrate (SPD), le gouvernement a annoncé que Hans-Georg Maassen ne dirigerait plus le renseignement intérieur. Soutenu jusqu'au bout par le ministre de l'Intérieur, le Bavarois Horst Seehofer, qui a salué ses « compétences », il est toutefois nommé secrétaire d'Etat dans ce ministère.
Ni la date de son départ, ni le nom de son successeur n'ont été communiqués.
Ce responsable de 55 ans était dans la tourmente depuis le 7 septembre : il avait alors démenti l'existence de « chasses collectives » d'étrangers, dénoncées par Angela Merkel après des manifestations contre les migrants à l'appel de l'extrême droite à Chemnitz, dans l'ex-RDA.
Il avait aussi assuré qu'une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux à ce sujet était fausse, alors qu'elle était bien réelle.
Le chef de l'Office fédéral de protection de la Constitution (BfV) est de manière générale épinglé pour des liens supposés trop étroits avec le parti d'extrême droite AfD, qui a fait son entrée en force en 2017 à la chambre des députés en se nourrissant des craintes suscitées par l'arrivée de plus d'un million de demandeurs d'asile depuis 2015.
La presse l'accuse d'avoir transmis à ce mouvement des informations confidentielles. Ce que M. Maassen a formellement démenti.
Le chef du renseignement, qui parle beaucoup, a reconnu avoir rencontré des membres de l'AfD, comme il le fait régulièrement, a-t-il argué, avec nombre de personnalités de l'ensemble de l'échiquier politique.
M. Maassen a été jusqu'au bout soutenu par le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer, lui-même entré en rébellion avec la politique migratoire de Mme Merkel.
Le chef du renseignement était en revanche l'objet d'attaques virulentes de l'autre membre de la « grande coalition », le SPD.
La nouvelle affectation de M. Maassen a suscité les critiques de l'opposition, notamment des Verts qui ont dénoncé « une magouille hallucinante », selon l'une de ses responsables, Katrin Göring-Eckardt.
Pour le chef du parti libéral FDP, Christian Lindner, cette mutation montre « seulement que la coalition n'a pas de ligne » et qu' « à la fin, il n'y a que des perdants, en particulier ceux qui ont assisté à cette farce avec des hochements de tête ».
Certains au sein du SPD ne manquaient pas non plus de dénoncer « une blague ou plutôt un Vaudeville. Et en plus nous (le SPD) y participons », a fustigé un député, Florian Post.
Un récent sondage réalisé par Civey montre que plus d'un Allemand sur deux (58%) n'a pas confiance dans ses services de renseignement pour assurer la sécurité du pays.
Au-delà de l'extrême droite, le Renseignement intérieur a été mis en cause pour plusieurs ratés dans la surveillance de jihadistes.
Pour l'AfD au contraire, M. Maassen était la cible des « grands partis » uniquement parce qu'il a critiqué la politique migratoire du gouvernement.
Sur le plan politique, la crise ouverte autour de M. Maassen n'a été qu'une nouvelle illustration de l'affaiblissement politique croissant de la chancelière.
Sa coalition a connu les pires difficultés à voir le jour. Et Angela Merkel apparaît depuis continuellement tiraillée entre le SPD, entré à reculons au gouvernement, et la CSU qui ne cesse de contester sa politique migratoire.
Ce parti bavarois a les yeux rivés sur des élections régionales prévues pour le 14 octobre dans cet Etat régional puissant : concurrencé par l'AfD, il pourrait y perdre la majorité absolue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.