Saisi du compte bancaire du Raja    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    12 morts et 1.946 blessés dans des accidents de la circulation en une semaine    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    La tension militaire mobilise le CCG et l'Opep    Violence dans les stades: Le débat encore (re)lancé    Accès à l'information: La génération data va consolider le droit...!    Parlement: Les conseillers peinent sur leur propre règlement    L'aide à l'éducation, un modérateur    Jésus, une grande figure biblique du Coran - Episode 7: Le Temple de Jérusalem    Le roi Mohammed VI adresse un message de condoléances à la famille de Tayeb Bencheikh    En Libye, la guerre est aussi économique    L'UNPL en rangs serrés    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Divers sportifs    Divers    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    S.M le Roi inaugure un Centre médical de proximité à l'arrondissement de Sidi Moumen    La CGEM octroie son label RSE    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin    Autriche : Le chancelier Kurz confronté lundi à une motion de censure    Elections : Des dirigeants européens se mobilisent contre les populistes    Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Conseil des ministres arabes de la Santé. Le Maroc réélu au bureau exécutif    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Nouveau coup dur pour Huawei    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    OCP : Le chiffre d'affaires grimpe de 20%    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le film marocain « Au pays des merveilles » consacré en Europe
Publié dans MarocHebdo le 19 - 09 - 2018


Jihane El Bahhar s'affirme
Le premier long métrage de la réalisatrice marocaine Jihane El Bahhar s'est vu décerner des prix en Italie et au Portugal.
Le film de Jihane El Bahhar Au pays des merveilles a remporté le prix du scénario lors de la 4ème édition du Festival The Gulf of Naples Independant Film Festival, en Italie. Ceux qui connaissent le talent et l'implication de la réalisatrice dans son travail n'ont certainement pas été surpris par une telle consécration.
La preuve, cet opus a également réussi à arracher aux membres du jury du festival Figueira Film Art, au Portugal, (du 27 août au 2 septembre 2018) deux prix; celui du scénario (coécrit avec son mari, Jamal El Khanoussi) et du meilleur acteur pour le comédien Aziz Dadas. Plutôt encourageant pour un premier long métrage. Une expérience que Jihane a trouvée stressante et excitante à la fois. «Ce n'est pas facile de tenir le rythme d'un long métrage, mais grâce à un bon scenario et à de très bons acteurs, le challenge peut être réussi», assure la réalisatrice. Pari donc réussi vus les prix récoltés.
Lesquels prix sont, aux yeux de la jeune femme, «une reconnaissance des efforts consentis par toute l'équipe du film». Néanmoins, pour elle, la meilleure récompense reste les émotions ressenties par le public au moment de la projection. «Quand le directeur du festival m'a fait part de la réaction du public et m'a confié que la plupart des spectateurs sont sortis les larmes aux yeux, là je me suis dit que le film a atteint son objectif», explique-t-elle. Ce film (qui raconte l'histoire d'une femme riche et arrogante qui découvre la vie sous d'autres prismes quand elle se trouve dans l'obligation de vivre avec une famille pauvre dans les montagnes de l'Atlas), a ému les spectateurs.
Une scénariste avant tout
Sans jamais courir derrière des prix, Jihane avait rendez-vous avec la reconnaissance dès son premier court métrage Shift+supprimer, primé dans divers festivals nationaux et internationaux. Aujourd'hui, son talent et son savoir-faire ne sont plus à prouver. Après avoir fait ses armes à la faculté Ibn Mssik Casablanca, «spécialité audiovisuelle», Jihane El Bahhar s'est mise à l'oeuvre en collaborant à l'écriture de différentes séries télévisées, films et sitcoms, notamment Lalla Fatema, Dar Oumi Hnia et Yak Hna Jiran.
A force de travail et de persévérance, elle a su aiguiser sa technique de réalisation et renforcer sa maîtrise du scénario. Entre ses deux amours, elle avoue un faible pour l'écriture et préfère se présenter plutôt comme une scénariste. «La réalisation est un prolongement de mes écritures. J'écris beaucoup sur commande. C'est un travail à plein temps mais également une passion», explique la cinéaste. Elle se permet donc le luxe de ne réaliser que les films dont les scenarios l'accrochent et qui la «représentent». Une manière de rester en harmonie avec l'idée qu'elle se fait du cinéma et de continuer à vivre pleinement la magie de cet art qui adoucit la vie et lui donne un goût et une couleur. Passée l'euphorie de la consécration, Jihane s'accorde des moments de repos avec sa petite famille à l'étranger pour se remettre les idées en tête.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.