Privatisations.. plusieurs schémas possibles sauf l'ONCF    OCP acquiert 20% de l'Espagnol Fertinagro    DGSN : Trois promotions exceptionnelles dont deux, post-mortem    Lydec obtient le trophée « Top Performers RSE » et intègre l'indice « Casablanca ESG 10 »    Erdogan veut punir « tous » les coupables du « meurtre sauvage » de Khashoggi    Air Malta connecte Casablanca et Malte    Retrait d'un traité nucléaire : Washington vise autant Pékin que Moscou    La Belgique nous renvoie ses terroristes    L'excès de vitesse est la cause du déraillement du train à Bouknadel    Meknès. Attijariwafa bank ouvre le centre Dar Al Moukawil    Ain Sebaâ : Suicide d'un détenu à la prison locale    Mme Bariza Khiari au Festival des Cultures Soufies : La destruction des Mausolées de Tombouctou, détruire le passé, la différence et l'humanité.    McGregor s'exprime pour la première fois et explique sa défaite    La nouvelle collection automne-hiver 2018-2019 égaie les marques d'Aksal Luxury    Mohamed Laaraj au Musée national de la Serbie    M'hamid El Ghizlane : Tinariwen à l'ouverture du Festival Taragalte    Le Maroc et l'Italie déterminés à renforcer leur coopération dans le domaine de la justice administrative
 
    8ème Conférence internationale sur l'ingénierie des modèles et des données se tiendra à Marrakech    Un magnifique sans faute de Philippe Rozier montant Cristallo ALM    5ème journée de la Botola Maroc Telecom : Le Wydad débloque son compteur    BMW rappelle 1 million de ses voitures qui présentent « un danger d'incendie »    Dialogue social : Le gouvernement cherche un compromis    Comptes d'affectation spéciale : 194,077 milliards DH de ressources réalisées en 2017    Yémen: L'ONU tire la sonnette d'alarme    «Parcours amoureux de Salé», un guide pour revisiter Salé avec Rita Aouad    Botola: Enfin une journée complète!    (Vidéo) Meurtre de Khashoggi.. Erdogan sort l'artillerie    Fake news. Un observatoire voit le jour    Kamal Lahlou: participation «très honorable»    Parlement – PLF 2019, les pour et les contre    Edito : Mobilisation générale    Le ministère lance une plateforme dédiée aux MRE    Télémédecine. Lancement officiel au Maroc    La place de la Femme dans le soufisme débattue à Fès    Le Paraguay réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    News    18 morts dans un accident de train au Taïwan    Des chercheurs ont compté le nombre de joints dans les clips de rap    Insolite : Alliance retrouvée    Divers    Lopetegui tremble avant une semaine infernale    Malgré procès et scandales, l'argent reste tabou dans le sport universitaire américain    200 migrants irréguliers entrent en force à Mellilia    Driss Lachguar au Colloque international sur «La reconsidération du modèle de développement à la lumière des évolutions que connaît le Maroc»    Les opérateurs chinois satisfaits du climat des affaires au Maroc    Les influences africaines sur les travaux des artistes peintres occidentaux    "Halloween" en tête du box-office nord-américain    Les "tests de virginité" dans le viseur de l'ONU    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le film marocain « Au pays des merveilles » consacré en Europe
Publié dans MarocHebdo le 19 - 09 - 2018


Jihane El Bahhar s'affirme
Le premier long métrage de la réalisatrice marocaine Jihane El Bahhar s'est vu décerner des prix en Italie et au Portugal.
Le film de Jihane El Bahhar Au pays des merveilles a remporté le prix du scénario lors de la 4ème édition du Festival The Gulf of Naples Independant Film Festival, en Italie. Ceux qui connaissent le talent et l'implication de la réalisatrice dans son travail n'ont certainement pas été surpris par une telle consécration.
La preuve, cet opus a également réussi à arracher aux membres du jury du festival Figueira Film Art, au Portugal, (du 27 août au 2 septembre 2018) deux prix; celui du scénario (coécrit avec son mari, Jamal El Khanoussi) et du meilleur acteur pour le comédien Aziz Dadas. Plutôt encourageant pour un premier long métrage. Une expérience que Jihane a trouvée stressante et excitante à la fois. «Ce n'est pas facile de tenir le rythme d'un long métrage, mais grâce à un bon scenario et à de très bons acteurs, le challenge peut être réussi», assure la réalisatrice. Pari donc réussi vus les prix récoltés.
Lesquels prix sont, aux yeux de la jeune femme, «une reconnaissance des efforts consentis par toute l'équipe du film». Néanmoins, pour elle, la meilleure récompense reste les émotions ressenties par le public au moment de la projection. «Quand le directeur du festival m'a fait part de la réaction du public et m'a confié que la plupart des spectateurs sont sortis les larmes aux yeux, là je me suis dit que le film a atteint son objectif», explique-t-elle. Ce film (qui raconte l'histoire d'une femme riche et arrogante qui découvre la vie sous d'autres prismes quand elle se trouve dans l'obligation de vivre avec une famille pauvre dans les montagnes de l'Atlas), a ému les spectateurs.
Une scénariste avant tout
Sans jamais courir derrière des prix, Jihane avait rendez-vous avec la reconnaissance dès son premier court métrage Shift+supprimer, primé dans divers festivals nationaux et internationaux. Aujourd'hui, son talent et son savoir-faire ne sont plus à prouver. Après avoir fait ses armes à la faculté Ibn Mssik Casablanca, «spécialité audiovisuelle», Jihane El Bahhar s'est mise à l'oeuvre en collaborant à l'écriture de différentes séries télévisées, films et sitcoms, notamment Lalla Fatema, Dar Oumi Hnia et Yak Hna Jiran.
A force de travail et de persévérance, elle a su aiguiser sa technique de réalisation et renforcer sa maîtrise du scénario. Entre ses deux amours, elle avoue un faible pour l'écriture et préfère se présenter plutôt comme une scénariste. «La réalisation est un prolongement de mes écritures. J'écris beaucoup sur commande. C'est un travail à plein temps mais également une passion», explique la cinéaste. Elle se permet donc le luxe de ne réaliser que les films dont les scenarios l'accrochent et qui la «représentent». Une manière de rester en harmonie avec l'idée qu'elle se fait du cinéma et de continuer à vivre pleinement la magie de cet art qui adoucit la vie et lui donne un goût et une couleur. Passée l'euphorie de la consécration, Jihane s'accorde des moments de repos avec sa petite famille à l'étranger pour se remettre les idées en tête.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.