« Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Le parlement de l'enfant : Une expérience prometteuse    Le Registre national électronique des sûretés mobilières prévu pour le printemps 2020    La sélection nationale des joueurs locaux s'impose face à la Guinée    Casablanca accueille la 3ème édition de China Trade Week    Angleterre: Avec Mourinho, ça va déménager à Tottenham!    Les avocats manifestent contre l'article 9 du PLF    Ford se lance dans l'électrique, avec sa marque emblématique Mustang    «Le Mans 66» vrombit en tête du box-office nord-américain    Range Rover Evoque. Sur les traces du Velar    La Hassania d'Agadir se sépare de Gamondi    Ferrari Roma. Honorée par son chef d'Etat    Tkayes School dédie sa 6ème édition à la région de Casablanca    La sécurité au coeur de la stratégie de Vivo Energy Maroc    Une journée autour l'innovation dans l'industrie automobile    Le HCP dresse l'état des entreprises au Maroc    Vidéo. Un séisme frappe le Mexique    Japon: Shinzo Abe bat le record de longévité d'un Premier ministre    Funérailles de Mustapha Iznasni à Rabat    Le peuple marocain célèbre l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasnaa    Dépollution et environnement    15.000 postes sont à pourvoir : Près de 160.000 candidats au concours des enseignants-cadres des Académies    Coupe du Trône: Le TAS de Casablanca entre dans l'histoire    Rajae Lahlou: La quête de soi        Jean Numa Caux à l'espace Rivages à Rabat    Mehdi El Jazari dans «Hayna»    L'Iran dit avoir « repoussé l'ennemi », après de violentes manifestations    Législation. Les conseillers approuvent la loi 57-18 sur les sacs en plastique    SIDA. L'expérience marocaine évaluée    Sport-étude. TIBU s'allie avec des Américains    Forum des jeunes leaders. Une plateforme d'expression    Le PPS dans l'opposition    Presse francophone. Le Maroc présent aux assises de l'UPF    Destitution de Trump: Les républicains attaquent un témoin lors d'auditions marathon    Violences sur les réseaux : Seule une femme victime sur dix porte plainte    Migration. Les sans-papiers marocains au cœur du conflit catalan    L'intégration socioprofessionnelle des migrants au Maroc mise en lumière à Genève    Hay Mohammadi en fête    Taourirte bientôt dotée d'un nouveau tribunal de première instance    Participation marocaine au Forum de Dakar sur la paix et la sécurité    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    La Biennale de Rabat et l'exposition "Trésors de l'Islam en Afrique" dépassent la barre de 100.000 visiteurs    Alae Megri érige un pont artistique entre le Maroc et l'Amérique latine    Les artistes marocains dominent les nominations aux "Africa Music Awards"    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les effets néfastes du boycott
Publié dans MarocHebdo le 02 - 10 - 2018

Centrale Danone et les Eaux minérales d'Oulmès annoncent des résultats en baisse au 1er semestre 2018
Centrale Danone et les Eaux minérales d'Oulmès sont les deux sociétés ayant annoncé, officiellement, des profits en baisse au premier semestre 2018. Frappées de plein fouet par le boycott, elles ont mis en place des plans de crise.
Le boycott de certaines marques commerciales, qui a démarré le 20 avril 2018, a produit des dégâts financiers considérables pour les entreprises concernées. C'est ainsi que la société les Eaux minérales d'Oulmès, propriétaire de la marque d'eau minérale Sidi Ali, a annoncé une baisse importante de son bénéfice, de l'ordre de 88% au premier semestre 2018. Le bénéfice ainsi dégagé avoisine 9,74 millions de dirhams.
Jamais l'entreprise dirigée par l'ancienne présidente de la CGEM, Meriem Bensalah Chaqroun, n'a subi un tel revers. Cette contre-performance financière révèle la puissance de ce mystérieux boycott lancé d'une façon anonyme sur les réseaux sociaux. Sous-estimé au départ, il est devenu viral dès les premières semaines au point où les sociétés touchées commencent à réagir en produisant des communiqués explicatifs.
C'est le cas notamment de la société les Eaux minérales d'Oulmès, qui, à vrai dire, a réagi d'une façon moderne en rendant public, le 9 mai 2018, un communiqué interactif dans lequel la direction de la société dit comprendre les difficultés économiques rencontrées par les familles marocaines face à la cherté de la vie. Ceci a poussé la société à opérer de légères baisses sur son produit, Sidi Ali, objet du boycott. Si la société les Eaux minérales Oulmès a pu amortir le choc économique en annonçant une baisse de son bénéfice, la société Centrale Danone, elle, a vu son résultat net sombrer. Ainsi, la filiale du groupe français Danone a annoncé une perte sèche de 115 millions de dirhams au premier semestre 2018. Pendant la même période de l'année dernière, la société avait réalisé un bénéfice net de 56 millions de dirhams.
Une terrible chute
Entre les deux périodes, la chute est terrible. Dans un premier temps, alors que la société pataugeait dans une communication hasardeuse et mal préparée, le boycott a poussé l'entreprise laitière à réduire la quantité de lait qu'elle collecte auprès des agriculteurs locaux et à licencier un millier d'employés en contrat à durée déterminée. Dans un communiqué publié en juin, Centrale Danone avait déclaré que les pertes du premier semestre pourraient atteindre 150 millions de dirhams.
Face à l'ampleur de la crise qui a frappé sa filiale, le groupe français a dépêché son président, Emmanuel Faber, qui s'est rendu à deux reprises au Maroc pour communiquer, dit-il, avec les consommateurs marocains. Après avoir lancé une consultation commerciale auprès des épiciers, la société s'est résolue enfin à baisser les prix de ses produits. Une baisse qui n'a pas l'air d'obtenir la satisfaction des consommateurs. Sur les réseaux sociaux, les appels au boycott de la marque laitière restent toujours en vigueur.
Autre société touchée par le mouvement: Afriquia appartenant à Aziz Akhannouch. Mais, pour cette société, les résultats du premier semestre ne sont pas encore disponibles. Pour sa part, le gouvernement marocain manifeste ses craintes de voir ce mouvement de boycott avoir un effet dissuasif sur les investisseurs étrangers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.