Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Elections européennes: Et c'est parti…    Elections générales sud-africaines 2019: Quel impact sur le Maroc?    Le GAM dévoile sa vision 2022    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Episode 10 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie, mère de Jésus, dans le Coran    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Les 5 marques africaines les plus appréciées, selon African Business Magazine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    Les déficiences du football national!    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    2004: Les Lions en finale, meilleure performance après le sacre de 1976    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Lahoucine Aboudrar, le débonnaire!    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les effets néfastes du boycott
Publié dans MarocHebdo le 02 - 10 - 2018

Centrale Danone et les Eaux minérales d'Oulmès annoncent des résultats en baisse au 1er semestre 2018
Centrale Danone et les Eaux minérales d'Oulmès sont les deux sociétés ayant annoncé, officiellement, des profits en baisse au premier semestre 2018. Frappées de plein fouet par le boycott, elles ont mis en place des plans de crise.
Le boycott de certaines marques commerciales, qui a démarré le 20 avril 2018, a produit des dégâts financiers considérables pour les entreprises concernées. C'est ainsi que la société les Eaux minérales d'Oulmès, propriétaire de la marque d'eau minérale Sidi Ali, a annoncé une baisse importante de son bénéfice, de l'ordre de 88% au premier semestre 2018. Le bénéfice ainsi dégagé avoisine 9,74 millions de dirhams.
Jamais l'entreprise dirigée par l'ancienne présidente de la CGEM, Meriem Bensalah Chaqroun, n'a subi un tel revers. Cette contre-performance financière révèle la puissance de ce mystérieux boycott lancé d'une façon anonyme sur les réseaux sociaux. Sous-estimé au départ, il est devenu viral dès les premières semaines au point où les sociétés touchées commencent à réagir en produisant des communiqués explicatifs.
C'est le cas notamment de la société les Eaux minérales d'Oulmès, qui, à vrai dire, a réagi d'une façon moderne en rendant public, le 9 mai 2018, un communiqué interactif dans lequel la direction de la société dit comprendre les difficultés économiques rencontrées par les familles marocaines face à la cherté de la vie. Ceci a poussé la société à opérer de légères baisses sur son produit, Sidi Ali, objet du boycott. Si la société les Eaux minérales Oulmès a pu amortir le choc économique en annonçant une baisse de son bénéfice, la société Centrale Danone, elle, a vu son résultat net sombrer. Ainsi, la filiale du groupe français Danone a annoncé une perte sèche de 115 millions de dirhams au premier semestre 2018. Pendant la même période de l'année dernière, la société avait réalisé un bénéfice net de 56 millions de dirhams.
Une terrible chute
Entre les deux périodes, la chute est terrible. Dans un premier temps, alors que la société pataugeait dans une communication hasardeuse et mal préparée, le boycott a poussé l'entreprise laitière à réduire la quantité de lait qu'elle collecte auprès des agriculteurs locaux et à licencier un millier d'employés en contrat à durée déterminée. Dans un communiqué publié en juin, Centrale Danone avait déclaré que les pertes du premier semestre pourraient atteindre 150 millions de dirhams.
Face à l'ampleur de la crise qui a frappé sa filiale, le groupe français a dépêché son président, Emmanuel Faber, qui s'est rendu à deux reprises au Maroc pour communiquer, dit-il, avec les consommateurs marocains. Après avoir lancé une consultation commerciale auprès des épiciers, la société s'est résolue enfin à baisser les prix de ses produits. Une baisse qui n'a pas l'air d'obtenir la satisfaction des consommateurs. Sur les réseaux sociaux, les appels au boycott de la marque laitière restent toujours en vigueur.
Autre société touchée par le mouvement: Afriquia appartenant à Aziz Akhannouch. Mais, pour cette société, les résultats du premier semestre ne sont pas encore disponibles. Pour sa part, le gouvernement marocain manifeste ses craintes de voir ce mouvement de boycott avoir un effet dissuasif sur les investisseurs étrangers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.