Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    L'AMMC présente son guide de lutte contre le blanchiment d'argent    Incendie à Arribat Center: pas de dégâts, selon la direction    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Spotify fête son premier anniversaire au Moyen- Orient et en Afrique    Australie: Des incendies fusionnent en un « mégafeu » au nord de Sydney    Instagram veut empêcher les moins de 13 ans de s'inscrire    Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump    OCP MS devient le 1er centre certificateur Mobius au Maroc    Tous à Londres, personne à Madrid!    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Mouvement national, Koutla et gauche: des faits pour l'histoire    Le tourisme, un maillon à fortifier!    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    «Jeshop.ma» : Un pop-up store mis en place au FIFM    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    21e anniversaire de la disparition de Feu SM Hassan II    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Bourita rencontre Pompeo    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    FIFM 2019: Etoile d'or du festival pour Priyanka Chopra    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Soutien social au profit des handicapées : les résultats d'une étude présentés devant le conseil de gouvernement    Kia lance la prise de rendez-vous 100% en ligne    BatenborcH International Maroc et Afrique a soufflé sa sixième bougie en novembre    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    La Reine d'Espagne inaugure une exposition sur les arts amazighs en présence du Dr Leila Mezian Benjelloun    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    Compétitivité    Ouverture à Tanger du 2ème Forum sur le rôle des zones franches et industrielles    L'APEBI appelle à la mise en place d'une gouvernance numérique regroupant l'ensemble des grands ministères    Les camps de Tindouf mis sur la sellette par le Canada    Le secrétaire général de l'UMA rend hommage à S.M le Roi    Le Raja acculé à l'exploit au stade des Martyrs à Kinshasa    Inauguration du Tribunal de Tifelt par Mohamed Benabdelkader    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    "Abidat Rma" font le show à New Delhi    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Le retour de Hakimi au Real est décidé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hermann Hesse l'amazigh
Publié dans MarocHebdo le 31 - 10 - 2018

Le patrimoine littéraire amazigh s'est enrichi de la nouvelle "L'Âme de l'enfant", du Germano-Suisse Hermann Hesse.
Hermann Hesse se serait-il imaginé un jour appartenir au patrimoine littéraire amazigh? L'écrivain et poète germano- suisse vient en effet de voir une de ses plus célèbres nouvelles, L'Âme de l'enfant, traduite pour la première fois en tamazight. C'est, du reste, le premier auteur germanophone à avoir ce privilège.
En attendant peut-être le philosophe Friedrich Nietzsche, comme nous le confie l'auteur de la traduction de L'Âme de l'enfant, Abdellah Rachdi. «J'ai entrepris d'étudier son ouvrage qui à mon sens est le plus important, Ainsi parlait Zarathoustra, et j'espère réussir à relever le défi de le traduire, sachant la nature de l'ouvrage et le style de son auteur», nous explique-t-il. Le défi est, pour ainsi dire, de taille. Premier obstacle, le vocabulaire amazigh n'est pas suffisamment étoffé pour restituer en tamazight les oeuvres conçues en d'autres langues, surtout quand les langues en question appartiennent à des familles différentes, comme c'est le cas de l'allemand qui est une langue indo-européenne alors que le tamazight fait partie au même titre que l'arabe ou encore l'hébreu à la famille afro-asiatique.
Dans ce sens, M. Rachdi a dû forger plusieurs néologismes à partir des dictionnaires existants, notamment celui de l'ancien directeur du Collège royal, Mohamed Chafik, publié en trois tomes dans les années 1990. «Il est normal que le tamazight soit pauvre dans la mesure où il n'a accédé à l'écrit que dans les années 1960, après que le mouvement amazigh a pris sur lui de le développer,» nous explique-t-il.
Si M. Rachdi parle comme un spécialiste, c'est pourtant sur le tas qu'il a appris le métier de traducteur. Il y a dix ans, c'est plutôt vers la carrière de kinésithérapeute qu'il s'était orienté. «Après le baccalauréat en 2008, j'étais parti en Ukraine précisément à Kharkov et j'avais étudié le russe la première année, puis je m'étais inscrit à l'académie d'éducation physique et de kinésithérapie où je n'avais étudié qu'une seule année, et pour certaines raisons je n'avais pas pu aller au-delà,» nous raconte-t-il.
Traducteur de référence
Rentré au Maroc en 2011, M. Rachdi s'inscrit dans une école privée à Agadir, dans son Souss natal -il a vu le jour à Tiznit en 1988-, pour apprendre l'allemand. «Un ami proche m'avait convaincu que l'Allemagne serait une excellente destination pour poursuivre mes études,» explique-t-il. Puis, ayant atteint le niveau B2 dans la langue de Goethe, M. Rachdi s'inscrit en 2014 à la faculté des lettres et des sciences humaines d'Aïn Chock de Casablanca pour une licence en études allemandes, après avoir de nouveau passé son baccalauréat. C'est au cours de ce cursus qu'il fait pour la première fois la découverte de L'Âme de l'enfant.
«Nous l'avions étudié chez l'estimée professeur Stefanie Schmidt, professeur universitaire d'origine marocaine et allemande, à qui je veux d'ailleurs dédier mon travail,» détaille M. Rachdi. Enseignant aujourd'hui à Tasrirt dans la région de Tafraout, ce dernier espère devenir une référence dans le domaine de la traduction de l'allemand vers le tamazight.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.