Nouveau modèle de développement: le monde carcéral invité à s'exprimer    Relance: Gouvernement, CGEM et GPBM s'engagent    Le Fonds d'investissement stratégique sur les rails    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Le tourisme: Une affaire de santé aussi    Ligue des champions : les résultats et le programme des quarts    Saisie près de Casablanca de plus de 5 tonnes de chira    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Champions League: le Real s'effondre face à City, Lyon sort la Juve (VIDEOS)    Le classement général de la Botola (mise à jour)    Covid-19 : le Maroc retiré de la liste des pays sûrs    Education Nationale : 2.587 inspecteurs affectés au titre de 2020    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Berkane s'offre le WAC    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Réunion du Conseil de gouvernement    Sur Hautes instructions Royales : Mise en place d'un hôpital militaire de campagne à Beyrouth    Covid-19: 1018 nouveaux cas confirmés au Maroc ce vendredi    Etat d'urgence sanitaire: ce que dit le projet de loi adopté ce vendredi    Macron réclame une enquête internationale    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Prime exceptionnelle pour les professionnels de santé: C'est pour bientôt !    Tourisme national : un secteur d'avenir    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Liban : une instabilité explosive    Ligue des champions : Huit chocs pour quatre billets pour Lisbonne    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Accord de sponsoring : Le Raja et OLA Energy renforcent leur partenariat    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hermann Hesse l'amazigh
Publié dans MarocHebdo le 31 - 10 - 2018

Le patrimoine littéraire amazigh s'est enrichi de la nouvelle "L'Âme de l'enfant", du Germano-Suisse Hermann Hesse.
Hermann Hesse se serait-il imaginé un jour appartenir au patrimoine littéraire amazigh? L'écrivain et poète germano- suisse vient en effet de voir une de ses plus célèbres nouvelles, L'Âme de l'enfant, traduite pour la première fois en tamazight. C'est, du reste, le premier auteur germanophone à avoir ce privilège.
En attendant peut-être le philosophe Friedrich Nietzsche, comme nous le confie l'auteur de la traduction de L'Âme de l'enfant, Abdellah Rachdi. «J'ai entrepris d'étudier son ouvrage qui à mon sens est le plus important, Ainsi parlait Zarathoustra, et j'espère réussir à relever le défi de le traduire, sachant la nature de l'ouvrage et le style de son auteur», nous explique-t-il. Le défi est, pour ainsi dire, de taille. Premier obstacle, le vocabulaire amazigh n'est pas suffisamment étoffé pour restituer en tamazight les oeuvres conçues en d'autres langues, surtout quand les langues en question appartiennent à des familles différentes, comme c'est le cas de l'allemand qui est une langue indo-européenne alors que le tamazight fait partie au même titre que l'arabe ou encore l'hébreu à la famille afro-asiatique.
Dans ce sens, M. Rachdi a dû forger plusieurs néologismes à partir des dictionnaires existants, notamment celui de l'ancien directeur du Collège royal, Mohamed Chafik, publié en trois tomes dans les années 1990. «Il est normal que le tamazight soit pauvre dans la mesure où il n'a accédé à l'écrit que dans les années 1960, après que le mouvement amazigh a pris sur lui de le développer,» nous explique-t-il.
Si M. Rachdi parle comme un spécialiste, c'est pourtant sur le tas qu'il a appris le métier de traducteur. Il y a dix ans, c'est plutôt vers la carrière de kinésithérapeute qu'il s'était orienté. «Après le baccalauréat en 2008, j'étais parti en Ukraine précisément à Kharkov et j'avais étudié le russe la première année, puis je m'étais inscrit à l'académie d'éducation physique et de kinésithérapie où je n'avais étudié qu'une seule année, et pour certaines raisons je n'avais pas pu aller au-delà,» nous raconte-t-il.
Traducteur de référence
Rentré au Maroc en 2011, M. Rachdi s'inscrit dans une école privée à Agadir, dans son Souss natal -il a vu le jour à Tiznit en 1988-, pour apprendre l'allemand. «Un ami proche m'avait convaincu que l'Allemagne serait une excellente destination pour poursuivre mes études,» explique-t-il. Puis, ayant atteint le niveau B2 dans la langue de Goethe, M. Rachdi s'inscrit en 2014 à la faculté des lettres et des sciences humaines d'Aïn Chock de Casablanca pour une licence en études allemandes, après avoir de nouveau passé son baccalauréat. C'est au cours de ce cursus qu'il fait pour la première fois la découverte de L'Âme de l'enfant.
«Nous l'avions étudié chez l'estimée professeur Stefanie Schmidt, professeur universitaire d'origine marocaine et allemande, à qui je veux d'ailleurs dédier mon travail,» détaille M. Rachdi. Enseignant aujourd'hui à Tasrirt dans la région de Tafraout, ce dernier espère devenir une référence dans le domaine de la traduction de l'allemand vers le tamazight.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.