Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jamal Ba-Amer, le ruineur de la Samir
Publié dans MarocHebdo le 21 - 11 - 2018


CONTRÔLE JUDICIAIRE
Les biens de Mohamed Jamal Ba-Amer, directeur général de la Samir, sont officiellement en liquidation. Un homme d'affaires dont les micmacs de gestion ont précipité le naufrage de la raffinerie.
Global Finance Holding. C'est une société à responsabilité limitée très peu connue au bataillon, officiellement domiciliée à Tanger. Cette société de participations n'aurait jamais intéressé quiconque n'eût-été la qualité de son unique actionnaire, Jamal Ba-Amer, directeur général depuis juin 2004 de la Société anonyme marocaine de l'industrie du raffinage (Samir), l'unique raffinerie du pays, en liquidation judiciaire. Cette holding devrait passer, depuis le 5 novembre 2018, sous le giron de l'autorité judiciaire. Le tribunal de commerce de Casablanca prononce la liquidation judiciaire de la Samir puis l'extension de la liquidation aux biens des membres du conseil d'administration.
Depuis août 2015, date de cessation de l'activité de la raffinerie, Jamal Ba-Amer et son compatriote, principal actionnaire, le milliardaire saoudien Mohammed Al-Amoudi, atermoient dans le but de gagner plus de temps. Si le premier se fait discret, peut-être pour ne pas s'attirer les foudres des contrôleurs du fisc, le second, lui, promet tantôt et menace tantôt, avant de disparaître pour quelque temps. Les deux n'ont jamais mis la main à la poche pour injecter dans les caisses du raffineur de Mohammedia les milliards de dirhams promis…
En vérité, Jamal Ba-Amer s'est retrouvé dans une situation inextricable et moins enviable que celle d'Al-Amoudi. Il a construit au Maroc une holding privée, avec la volonté manifeste d'en générer des profits importants à court terme.
En témoigne la pléiade d'entreprises créées par Jamal Ba-Amer au cours de la décennie 2000. Des entreprises qui évoluent dans le luxe (Majestic Lux product, représentation de la marque Chopard), dans l'immobilier (Assala Estate, Interfaces Immobilières, Tahnaout Development), dans le tourisme (Britannic Hotels) en passant par la location de voiture de luxe (Majestic Limousines et Majestic Easy Cars), ainsi qu'un établissement d'apprentissage de l'anglais (Best language/Wall Street Institute).
Flagrant délit d'initié
Ba-Amer s'est également intéressé au monde de la presse et des médias, en rachetant en 2011 le mensuel féminin Citadine, en le rattachant à la société El Kandil Editions. La publication ne durera pas plus de quelques mois avant de disparaître. Ces entreprises étaient fournisseurs de la Samir et facturaient pour des montants faramineux. Personne ne contestait le montant des marchés passés car à la tête du client et du fournisseur, un seul manager en situation de flagrant délit d'initié. Et même quand la situation financière de la Samir s'enlisait et les dettes s'accumulaient autant sur les marchés nationaux et internationaux pour alimenter la trésorerie, les sociétés de Ba-Amer ne connaissaient pas de crise.
Pour ne citer que cet exemple, la société Best Language, qui opère au Maroc sous la marque Wall Street Institute, a réalisé en 2014 des bénéfices de 2,568 millions de dirhams au moment où la Samir sombrait dans des difficultés financières et affichait des déficits. Elu président de l'association panafricaine de l'industrie pétrolière même après la liquidation de la Samir, l'homme d'affaires saoudien a fait appel de la décision de justice, qui reste tout de même exécutoire.
Ce qu'il faut espérer, c'est que ses biens «engraissés» depuis de longues années ne soient pas vendus pendant le procès de liquidation de la Samir, sachant qu'en 2015, l'Office des changes avait décidé de soumettre au contrôle toutes les opérations de transferts de fonds émanant des entreprises lui appartenant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.