Registre social unifié : Nouveau calendrier    Babioles à 5 milliards DH    Casablanca : Lydec reprend la distribution des factures d'eau et d'électricité    France: la composition du nouveau gouvernement attendue ce lundi    Vers un retour d'Ounajem au Wydad ?    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Pour les joueurs, un été intense avant une année dense    Idiotorial : L'ovalie a son virus    "Jemâa El Fna en live" Quand les artistes de la place subjuguent le public par des spectacles virtuels à distance    L'Oriental fashion show, une édition digitale inédite    Les Instituts Cervantès au Maroc lancent la seconde partie du cycle du cinéma en ligne "Clásicos contigo"    Les marchands non financiers anticipent une diminution de leur activité    Le Maroc accueillera le premier Canopy by Hilton en Afrique du Nord    Le WAC et le Raja pas du tout tentés pas des matches au stade Père Jégo    Le Parlement et le HCP renforcent leur coopération    Rapatriement de 290 Marocains bloqués au Canada    La responsabilité de l'Algérie dans les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf établie à l'ONU    L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    L'ambassadeur de Chine à Rabat salue l'initiative Royale en faveur des pays africains    Safi en quarantaine : Le spectre du reconfinement plane sur d'autres cités    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil dans le meilleur des PJD    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    Castex et Macron mettent les «bouchées doubles»    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Grosse chaleur du dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Royaume    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Casablanca: placé en garde à vue, il meurt après un malaise    Des ministres gaffeurs!    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    PJD: le communiqué de la honte    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un compagnon de Amaoui pour changer
Publié dans MarocHebdo le 04 - 12 - 2018


CONGRÈS DE LA CDT
Avec Abdelkader Zaïr à la tête de la centrale syndicale, l'ère Amaoui n'est pas finie. D'autant plus que le dialogue social avec le gouvernement est en panne.
Avec un an de retard, la Confédération démocratique du travail (CDT) a finalement tenu son congrès, le sixième du nom, les 23, 24 et 25 novembre 2018, à Bouznika. Un nouveau secrétaire général, Abdelkader Zaïr, a été élu en lieu et place de Noubir Amaoui, fondateur, retenu pour empêchement majeur relatif à son état de santé.
Comme toutes les successions à un prédécesseur qui a marqué ses mandats successifs de son empreinte, celle-ci n'a pas été facile. Car le candidat élu n'était pas seul en course, il lui fallait un concurrent ne serait-ce que pour faire démocratie interne. Allal Belarbi a tenu ce rôle. Il l'a fait jusqu'au bout; voire au delà que prévu. L'ambition personnelle est forcément de mise, encore fallait-il se mettre d'accord sur la méthode pour atteindre un fauteuil pour une personne. Comment le prétendant à ce perchoir syndical allait-il être élu, par le nouveau conseil national, formé la veille, ou par le congrès souverain et suffisant par lui même.
Au scrutin indirect s'opposait un scrutin direct. Deux courants se sont vite formés derrière l'une ou l'autre de ces deux options et de leurs chefs de file. L'enjeu est important dans la mesure où de ce poste dépend la ligne de conduite de la centrale. Sera-t-elle dans la continuité de l'ère Amaoui ou pour un changement d'orientation et d'action? Allal Belarbi, qui vient de l'enseignement tout comme son rival et le SG sortant, avait des chances d'arriver en tête par la voie du conseil national constitué.
Alors que Abdelkader Zaïr était sûr de son fait par l'entremise du congrès. Pendant de longues heures, les travaux du congrès étaient à l'arrêt. Blocage. Comme on pouvait s'y attendre, c'est l'ancien compagnon de route de Noubir Amaoui qui est passé haut la main.
Douloureuse séparation
Depuis sa création en 1978, la CDT se situait dans la sphère politique de gauche. Elle se définissait volontiers comme Le bras de résonance sociale de l'USFP. L'interaction entre les deux structures était évidente; puisque Noubir Amaoui était membre du bureau politique du parti de Abderrahim Bouabid. Noubir Amaoui a décidé de se retirer du parti.
La séparation a été douloureuse au 6ème congrès de l'USFP, en mars 2001, dirigé par Abderrahman Youssoufi. Une rupture à grand fracas où le compte n'était pas bon pour la CDT. Celle-ci disposait de deux organes de presse du parti qui couvraient allègrement ses activités; particulièrement ses appels répétés à la grève générale. Il en a été ainsi en avril 1979 et juin 1981, beaucoup plus qu'en décembre 1990 et 1996. L'USFP a fini par colmater la brèche provoquée par la défection de la CDT, en créant la FDT (Fédération démocratique du travail ), prolongement syndical du parti. Le divorce avec Amaoui était consommé.
C'est en gros le legs que M. Zaïr héritera dès son installation. Comment le négociera-t-il? Il y a tout de même une note positive qui devrait lui faciliter la tâche. Ce sont les actions communes menées conjointement par l'UMT, l'UGTM et la CDT version Amaoui. Un regroupement profitable pour une scène syndicale qui a toujours souffert d'une dispersion extrême. D'autant plus que le dialogue avec le gouvernement est en panne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.