Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





77è anniversaire de la naissance de Mohamed Amine Demnati
Publié dans MarocHebdo le 15 - 01 - 2019

Mort à 29 ans seulement, l'artiste peintre Mohamed Amine Demnati a laissé derrière une œuvre qui a inscrit son nom dans le marbre.
Né à Marrakech le 15 janvier 1942, soit 77 ans jour pour jour, Mohamed Amine Demnati a suivi ses études primaires et secondaires à Casablanca où il a intégré, après le Brevet d'études du premier cycle du second degré (BEPC) la section des arts appliqués au collège Mers Sultan. À Paris, il poursuit ses études à l'Ecole des arts appliqués et y organise sa première exposition en 1961.
De retour au Maroc, Amine Demnati expose à Rabat, Marrakech et Casablanca et participe aux débats sur la situation des arts au Maroc et à la création de l'une des premières associations des plasticiens marocains. Il est mort en 1971 à Rabat. Cela n'a pas empêché les critiques d'art et les connaisseurs à travers le monde de considérer son œuvre comme immortelle. Une œuvre qui continue de fasciner par sa finesse, sa qualité et ses choix de couleurs.
Il faut dire qu'à ses débuts, Amine Demnati pratique une peinture figurative : mendiants accroupis, cireurs ou natures mortes et paysages de villes aux murs fermés cernés de traits noirs. Puis sa démarche évolue vers une représentation plus suggérée. Les personnages, groupés ou isolés sur des esplanades, sont évoqués en filigrane, les couleurs s'affi nent (des bruns, des ocres, des noirs) et les ruelles se vident. Demnati essaie de créer une harmonie dans ses toiles, harmonie des couleurs principalement.
Ce qui intéresse Demnati, c'est le corps et son vêtement, le mouvement et l'équilibre, avec une tendresse particulière pour la femme et la féminité, mais l'oeuvre est multiforme. Il y a chez Demnati un humour qui apparaît dans les séries consacrées aux golfeurs en habits traditionnels, ou aux «papillons», ces serviteurs transformés en derviches tourneurs ; d'autres séries font une incursion dans le champ de l'abstraction. Parfois, le même thème est traité à l'huile, ou en lithographie, tapisserie, ou zelliges, voire en vitrail, où Demnati retrouve la fascination de la transparence et de la lumière.
Un beau livre a été consacré à la vie et à l'œuvre de Amine Demnati a été publié en 2017, à l'occasion du 46è anniversaire de sa disparition. Un livre signé intitulé «Amine Demnati, vingt-neuf printemps, un été» signé du critique d'art Maurice Arama, et une grande exposition lui a été réservée au Musée Mohammed VI d'art moderne contemporain à Rabat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.