Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Heetch Maroc propose à ses partenaires le statut d'auto-entrepreneur    Avis Locafinance développe et modernise son réseau commercial    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    « Risque très réel » d'un Brexit sans accord, l'UE appelle à négocier sérieusement    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    FRMF : Les rapports moral et financier approuvés par l'AGO    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Cour des comptes : la réaction virulente de Tamek    Aéroport Mohammed V : Inauguration d'un espace arrivée dédié aux nationaux    Tourisme : Marrakech et Agadir totalisent plus de la moitié des nuitées à fin juillet !    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    La performance de la Bourse de Casablanca quasi stable    Concentration des recettes fiscales sur un nombre limité de contribuables    Le Sénégal réitère son soutien à la marocanité du Sahara    Revanche Atlético-Juventus : Retrouvailles Félix-Ronaldo    Le PSG sans Mbappé et Cavani et le Real sans Marcelo    Habib El Malki reçoit une délégation de diplomates accréditées en Australie    Innovation et technologie agricoles, clés de la réduction de la pauvreté    Le guide suprême iranien exclut toute négociation avec les Etats-Unis    Divers    Bolton, un va-t-en-guerre finalement incompatible avec le trumpisme    Brad Pitt parle d'apesanteur et de corne des pieds avec un astronaute    Coup d'envoie de la 4ème Semaine du cinéma marocain en Côte d'Ivoire    La Maison de la poésie de Tétouan entame sa saison culturelle par une nuit de la poésie    Bouillon de culture    Tunisie : Kais Saied et Nabil Karoui au second tour de la présidentielle anticipée    Arbitrage, corruption à la CAF, rapport financier... Tout sur l'Assemblée générale de la FRMF    Maroc – Royaume-Uni : Bourita évoque un accord commercial post-Brexit « dans les plus brefs délais »    Agadir : Pour un meurtre, un chauffeur clandestin condamné à 20 ans de réclusion criminelle    Sebta et Melilia. Les parlementaires de Vox veulent ériger un mur    Terrorisme: La CEDEAO mobilise un milliard de dollars    Mariage des mineures. Le verdict du CESE attendu demain    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    Marrakech, Oasis des plus grands Djs du monde    Attribution du dépôt légal à plus de 4.300 ouvrages au cours des 8 premiers mois    Marrakech à l'heure de l'Oriental Fashion Show    La demande de liberté provisoire de Hajar Raissouni examinée jeudi    Journée mondiale de l'arthrose    Ligue des champions : Liverpool rêve d'Istanbul et les clubs français d'exploit    Réinsertion des détenus : Un slogan alléchant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





77è anniversaire de la naissance de Mohamed Amine Demnati
Publié dans MarocHebdo le 15 - 01 - 2019

Mort à 29 ans seulement, l'artiste peintre Mohamed Amine Demnati a laissé derrière une œuvre qui a inscrit son nom dans le marbre.
Né à Marrakech le 15 janvier 1942, soit 77 ans jour pour jour, Mohamed Amine Demnati a suivi ses études primaires et secondaires à Casablanca où il a intégré, après le Brevet d'études du premier cycle du second degré (BEPC) la section des arts appliqués au collège Mers Sultan. À Paris, il poursuit ses études à l'Ecole des arts appliqués et y organise sa première exposition en 1961.
De retour au Maroc, Amine Demnati expose à Rabat, Marrakech et Casablanca et participe aux débats sur la situation des arts au Maroc et à la création de l'une des premières associations des plasticiens marocains. Il est mort en 1971 à Rabat. Cela n'a pas empêché les critiques d'art et les connaisseurs à travers le monde de considérer son œuvre comme immortelle. Une œuvre qui continue de fasciner par sa finesse, sa qualité et ses choix de couleurs.
Il faut dire qu'à ses débuts, Amine Demnati pratique une peinture figurative : mendiants accroupis, cireurs ou natures mortes et paysages de villes aux murs fermés cernés de traits noirs. Puis sa démarche évolue vers une représentation plus suggérée. Les personnages, groupés ou isolés sur des esplanades, sont évoqués en filigrane, les couleurs s'affi nent (des bruns, des ocres, des noirs) et les ruelles se vident. Demnati essaie de créer une harmonie dans ses toiles, harmonie des couleurs principalement.
Ce qui intéresse Demnati, c'est le corps et son vêtement, le mouvement et l'équilibre, avec une tendresse particulière pour la femme et la féminité, mais l'oeuvre est multiforme. Il y a chez Demnati un humour qui apparaît dans les séries consacrées aux golfeurs en habits traditionnels, ou aux «papillons», ces serviteurs transformés en derviches tourneurs ; d'autres séries font une incursion dans le champ de l'abstraction. Parfois, le même thème est traité à l'huile, ou en lithographie, tapisserie, ou zelliges, voire en vitrail, où Demnati retrouve la fascination de la transparence et de la lumière.
Un beau livre a été consacré à la vie et à l'œuvre de Amine Demnati a été publié en 2017, à l'occasion du 46è anniversaire de sa disparition. Un livre signé intitulé «Amine Demnati, vingt-neuf printemps, un été» signé du critique d'art Maurice Arama, et une grande exposition lui a été réservée au Musée Mohammed VI d'art moderne contemporain à Rabat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.