Coronavirus : le Maroc s'engage sur le plan africain en mettant à contribution son expérience et expertise    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Barça: le quadruplé retentissant de Messi face à Eibar (VIDEO)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    PAM : le 25ème Conseil national du PAM aura lieu le 7 mars    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Hamza monbb : des aveux mettent à mal les soeurs Batma    Tragique accident entre Marrakech et Imintanoute    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Paradis fiscaux: le Maroc peut mieux faire    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Un conseiller du PJD arrêté à la frontière pour faux et usage de faux    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Un nouveau "portefeuille pédagogique" pour lutter contre la violence en milieu scolaire    Fès: une ressortissante étrangère agressée sur la voie publique    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    La déconstruction d'un mythe    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les victimes du projet Casablanca Parc se comptent par centaines
Publié dans MarocHebdo le 17 - 01 - 2019


NOUVEAU SCANDALE IMMOBILIER
Un promoteur immobilier à Casablanca a vendu des appartements à des centaines de particuliers… qui n'ont jamais été livrés. La justice ordonne une saisie conservatoire sur les comptes vidés de la société.
Comme des dizaines de futurs acquéreurs, M.T, 29 ans, un jeune fraîchement diplomé d'une université française, et après avoir vu une publicité pour le nouveau programme immobilier baptisé Casablanca Parc, sis au quartier Sidi Maârouf, bénéficiant d'un emplacement attractif derrière le grand parc Casanearshore, est allé visiter le projet ou plutôt quelques gros oeuvres sortis de terre de la première et la deuxième tranches et l'appartement témoin agréablement bien aménagé. Séduit par le projet, il décide d'acheter, s'empressant de signer, au mois de février 2015, un «contrat de réservation» pour un appartement composé d'un salon et de deux chambres.
Il verse illico un dépôt de garantie de l'ordre de 117.000 dirhams, sur un montant total convenu de 781.330 dirhams représentant près de 12% du prix prévisionnel du logement avec la condition que son appartement sera livré, au plus tard, le 3e trimestre 2016.
Appartements mal finis
En principe, la somme d'acompte devrait être versée sur un compte bloqué au nom du futur acquéreur, ouvert dans sa banque ou chez un notaire. De telle façon que le promoteur ne pourra en disposer qu'après la signature du contrat de vente définitif chez le notaire. Mais il n'en est rien de tout cela. Des dizaines d'autres acquéreurs ont commis l'erreur de livrer au promoteur un chèque au nom de la société Treize Huit Sidi Maarouf, inscrite au registre de commerce de Casablanca sous le numéro 247563, représentée par Mohamed Hassan Benabdelali ou Mohamed Sadreddine Benhima, en qualité de co-gérant.
A ce jour, l'appartement du jeune homme n'a pas été livré. Celui d'un de ses amis, R.S, 30 ans, non plus. Et pourtant, cet ingénieur diplomé d'une grande école parisienne, a signé le même document (contrat de réservation) en janvier 2014 en versant un acompte d'un montant de 123.000 dirhams sur un total de 840.000. Il assure que seuls 3 blocs sur 6 de l'ensemble résidentiel Casablanca Parc sont sortis de terre. Les rares premiers acquéreurs ayant pris possession de leurs appartements ont constaté, à leur déception, que les appartements étaient mal finis. Mais ils sont chanceux comparativement à la deuxième vague, qui attend toujours que le promoteur obtienne son permis d'habiter pour signer avec eux un contrat de vente définitif.
Saisie conservatoire
Le jeune R.S, qui a perdu tout espoir de devenir propriétaire d'un appartement dans le projet Casablanca Parc, avait poursuivi au mois d'octobre 2017, la société de promotion immobilière Treize Huit Sidi Maarouf SARL, filiale de la holding Maprinvest. Le verdict du tribunal de première instance tombe en mars 2018. Il ordonne à la société Treize Huit Sidi Maarouf SARL de restituer la somme d'acompte au jeune homme. Encore cette fois, ce dernier perd tout espoir d'encaisser son argent. Son avocat lui apprend que les comptes de la société sont vides et que son registre de commerce fait l'objet d'une saisie conservatoire de la banque qui a octroyé des crédits au promoteur mais également par des fournisseurs qui attendent toujours d'être payés pour leurs différentes prestations.
Une poudrière qui, à l'origine, fut un grand projet immobilier résidentiel autour duquel une grande campagne de communication a été organisée. Aujourd'hui, des dizaines de victimes sont allées poursuivre une société de promotion immobilière en cessation d'activité, une SARL dont les biens des actionnaires ne sont pas concernés par la saisie conservatoire des différentes parties victimes.
Système de cavalerie
Tous les ingrédients d'une grande arnaque et d'un grand scandale immobilier sont réunis. Et pourtant, on ne reconnaît pas le caractère frauduleux de la commercialisation de ce grand projet sur plan par un promoteur immobilier qui a dupé une centaine d'acquéreurs d'appartements qui, in fine, n'avaient jamais été livrés.
En dehors des trois premiers blocs, aucune des cinq autres composantes résidentielles du projet n'a abouti. A l'époque du lancement du projet Casablanca Parc, le promoteur usait des réseaux sociaux, notamment Facebook, pour véhiculer des vidéos de promotion du projet mais aussi de ses commerciaux qui continuaient à rassurer tant bien que mal des clients sceptiques et inquiets qu'ils allaient recevoir leurs appartements.
Usant d'un système basé sur la «cavalerie », cette société a encaissé des dizaines de millions de dirhams jusqu'en 2018. «La société immobilière, gestionnaire du projet, est en cours de liquidation. Notre argent est versé en bout de chaîne dans les sociétés patrimoniales des actionnaires et par conséquent investi dans d'autres projets et d'autres nouvelles sociétés. Ces associés savaient ce qu'ils faisaient depuis le début. Ils ont créé une SARL où la responsabilité limitée protège leurs biens patrimoniaux et personnels», s'écrie, résignée, une des victimes.
3, 4 voire 5 ans après la date promise par le promoteur, des centaines de victimes n'ont pas encore obtenu leurs logements. Et même le circuit judiciaire est, pour l'heure, incapable de leur rendre justice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.