Des projets de codes qui font trembler les barreaux    Le réveil de l'Istiqlal    SIAM: Tour d'horizon dans les différents pôles    Fiscalité: Transparency pointe les zones grises    20% de touristes golfeurs en plus dès 2020    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Maroc-EAU : La ministre émiratie de la culture souligne la bonne entente entre les deux pays    Mea Culpa d'Hervé Renard sur Hakim Ziyech    Combien gagne les acteurs de Game of Thrones ?    Trafic de drogues : Gros coup de filet à Casablanca    Le BCIJ annonce le démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Salé    Meurtres d'Imlil : Ouverture du procès le 2 mai    Espagne. Les mineurs marocains, sujets de campagne électorale    Intelligence artificielle. Rachid Guerraoui alerte sur les "fragilités"    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    L'ESAV lance un nouveau Pôle d'excellence    L'institut CDG lance le débat : Quel modèle de retraite pour le Maroc ?    Botola Maroc Telecom : WAC et RCA se neutralisent au terme d'un derby emballant    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    Mohcine Akhrif: une départ tragique…    Fin de la visite d'une délégation du PPS au Kurdistan d'Irak    Maroc Telecom consolide ses performances au premier trimestre    Gestes et significations    Ziyech convoité par les Merengue    Tenue de plusieurs comités provinciaux du PPS    5ème édition du JIDAR Toiles de rue    Le ministère annule sa réunion avec les syndicats d'enseignants    FIAB-2019 à Essaouira : Beauté, innovation et responsabilité en Afrique    Révolutionnaire ! Fini les facultés à accès ouvert    HCP : Stagnation de l'indice des prix à la consommation en mars 2019    Trump rejette la menace d'une destitution, les démocrates débattent    Artisanat : Les exportations se consolident de 12% au premier trimestre    Responsibles Banking Principles de UNEP FI : BMCE Bank of Africa, 1ère banque marocaine à y adhérer    ONU Femmes : Lancement d'une campagne contre la traite humaine au Maroc    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Divers    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Certificat de virginité: Le mythe des femmes « pures » a la peau dure
Publié dans MarocHebdo le 23 - 01 - 2019

Le test de virginité pratiqué sur certaines jeunes femmes avant le mariage continue de faire polémique au Maroc avec une levée de boucliers de la part de certains médecins
Souad, une Casablancaise âgée de 24 ans, a menti concernant sa virginité pour éviter de couvrir toute sa famille de honte. Il y a trois ans, elle a perdu sa virginité avec son petit ami, qui était son camarade de classe dans une école supérieure privée à Casablanca. Le jour de son mariage avec un autre homme puisque son ex-petit ami l'a quittée, elle s'est procuré une capsule de sang artificiel visant à créer une illusion de virginité qu'elle a insérée dans le vagin quelques heures avant la nuit nuptiale. Et le tour a fonctionné. Comme Souad, d'autres filles recourent à une intervention chirurgicale dite «reconstruction de l'hymen» pour entretenir le mythe.
Si le rite du drap nuptial, sur lequel une tache de sang atteste de la chasteté de la femme, est en voie de disparition, la majorité des hommes exigent toujours un certificat de virginité avant le mariage. Au Maroc, la loi n'exige pas de «certificat de virginité» pour la conclusion d'un mariage. Seuls les certificats médicaux des deux partenaires font partie des formalités administratives exigées pour la conclusion du mariage, une mesure qui a été adoptée en 2004 par la Moudawana.
Dans les faits, la pratique est encore répandue quelle que soit la classe sociale ou le niveau d'instruction des parents ou de l'époux. «C'est une pratique que j'ai dénoncée en 1988 quand j'ai publié mon livre Au-delà de toute pudeur et il y a deux ans lors du congrès sur la sexologie, tenu au Maroc. Et que je continue à dénoncer. Je pense que la décision de certains médecins de ne plus délivrer de certificat de virginité est une décision sage car il s'agit d'une violence faite aux femmes et c'est aussi une question de secret professionnel que tout médecin est tenu de respecter et qui est malheureusement bafoué», confie la sociologue Soumaya Naamane Guessous.
Une pratique dégradante
Ce phénomène, encore ancré dans la société, résiste car la majorité écrasante des hommes veulent des filles vierges, des femmes «pures» alors que le jour du mariage ils viennent avec une grande expérience sexuelle. Il résiste car on lie l'honneur de la fille et de sa famille à cet hymen. «Je me demande est ce que l'honneur de la fille est entre ses cuisses?», s'interroge la sociologue. Et puis, il résiste car ce sont les femmes qui apprennent à leur enfants (garçons) d'avoir des femmes «pures» et que ce sont elles qui ont créé le drap portant le sang de la défloration de l'hymen de la vierge et qui le maintiennent à ce jour. «Je plains certains médecins femmes engagées en matière de droits de l'homme et dans le milieu associatif qui continuent d'être complices en délivrant ce certificat», conclut Mme Guessous.
En ce début d'année 2019, des médecins du secteur privé comme du secteur public, ont décidé de ne plus fournir ces certificats ni de pratiquer de tests de virginité, avançant le caractère dégradant de ces tests pour les femmes et la menace que cela fait peser sur leur santé physique et mentale et enfin l'absence d'obligation légale au Maroc.
Pour rappel, l'OMS, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies et l'ONU Femmes ont signé une déclaration appelant à interdire le «test de virginité», également appelé «examen à deux doigts».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.