Sahara: soutien chilien au Maroc depuis Rabat    Météo: le temps qu'il fera ce mardi au Maroc    Enfant brûlé vif dans un incendie à Salé: les précisions des autorités    Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    L'OSFI organise un atelier de formation sur les NTIC à Oujda    La Côte d'Ivoire à l'honneur du "Marocuir" 2020    RAM et British Airways signent un accord de code-share    Mutandis enregistre une hausse de son chiffre d'affaires    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    Divers    Sortie manquée du Raja à Ismaïlia    L'ASFAR confirme, la RCAZ se ressaisit    Participation politique des jeunes au Maroc    L'image du Maroc au-delà des frontières    Le bilan du coronavirus continue de grimper    85.000 vieilles condamnations liées au cannabis vont être effacées en Californie    Insolite : Robot-serveuse à Kaboul    Près d'un demi-million de visiteurs au SIEL    La SNRT révèle la nouvelle vision de la chaîne "Attaqafia" au SIEL    Hommage posthume à Abderrahmane Achour, ex-directeur de la radio nationale    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    Affaire Hamza mon bb : Saïda Charaf nie avoir été convoquée par la police    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Clôture en beauté du raid solidaire «Sahraouiya»    Coronavirus : le bilan s'élève à 1.770 morts en Chine et l'évolution reste «impossible à prévoir»    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Le WAC défait, la RSB accrochée et le MCO en profite    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline face au club égyptien d'Ismaily en demi-finale aller    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Certificat de virginité: Le mythe des femmes « pures » a la peau dure
Publié dans MarocHebdo le 23 - 01 - 2019

Le test de virginité pratiqué sur certaines jeunes femmes avant le mariage continue de faire polémique au Maroc avec une levée de boucliers de la part de certains médecins
Souad, une Casablancaise âgée de 24 ans, a menti concernant sa virginité pour éviter de couvrir toute sa famille de honte. Il y a trois ans, elle a perdu sa virginité avec son petit ami, qui était son camarade de classe dans une école supérieure privée à Casablanca. Le jour de son mariage avec un autre homme puisque son ex-petit ami l'a quittée, elle s'est procuré une capsule de sang artificiel visant à créer une illusion de virginité qu'elle a insérée dans le vagin quelques heures avant la nuit nuptiale. Et le tour a fonctionné. Comme Souad, d'autres filles recourent à une intervention chirurgicale dite «reconstruction de l'hymen» pour entretenir le mythe.
Si le rite du drap nuptial, sur lequel une tache de sang atteste de la chasteté de la femme, est en voie de disparition, la majorité des hommes exigent toujours un certificat de virginité avant le mariage. Au Maroc, la loi n'exige pas de «certificat de virginité» pour la conclusion d'un mariage. Seuls les certificats médicaux des deux partenaires font partie des formalités administratives exigées pour la conclusion du mariage, une mesure qui a été adoptée en 2004 par la Moudawana.
Dans les faits, la pratique est encore répandue quelle que soit la classe sociale ou le niveau d'instruction des parents ou de l'époux. «C'est une pratique que j'ai dénoncée en 1988 quand j'ai publié mon livre Au-delà de toute pudeur et il y a deux ans lors du congrès sur la sexologie, tenu au Maroc. Et que je continue à dénoncer. Je pense que la décision de certains médecins de ne plus délivrer de certificat de virginité est une décision sage car il s'agit d'une violence faite aux femmes et c'est aussi une question de secret professionnel que tout médecin est tenu de respecter et qui est malheureusement bafoué», confie la sociologue Soumaya Naamane Guessous.
Une pratique dégradante
Ce phénomène, encore ancré dans la société, résiste car la majorité écrasante des hommes veulent des filles vierges, des femmes «pures» alors que le jour du mariage ils viennent avec une grande expérience sexuelle. Il résiste car on lie l'honneur de la fille et de sa famille à cet hymen. «Je me demande est ce que l'honneur de la fille est entre ses cuisses?», s'interroge la sociologue. Et puis, il résiste car ce sont les femmes qui apprennent à leur enfants (garçons) d'avoir des femmes «pures» et que ce sont elles qui ont créé le drap portant le sang de la défloration de l'hymen de la vierge et qui le maintiennent à ce jour. «Je plains certains médecins femmes engagées en matière de droits de l'homme et dans le milieu associatif qui continuent d'être complices en délivrant ce certificat», conclut Mme Guessous.
En ce début d'année 2019, des médecins du secteur privé comme du secteur public, ont décidé de ne plus fournir ces certificats ni de pratiquer de tests de virginité, avançant le caractère dégradant de ces tests pour les femmes et la menace que cela fait peser sur leur santé physique et mentale et enfin l'absence d'obligation légale au Maroc.
Pour rappel, l'OMS, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies et l'ONU Femmes ont signé une déclaration appelant à interdire le «test de virginité», également appelé «examen à deux doigts».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.