Edito : Rattraper le retard    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Maroc-Russie. Le renouvellement de l'accord de pêche amorcé    1,2,3, où va l'Algérie ?    Crédit du Maroc explose son bénéfice    Marrakech: Quand des personnalités parlent «identité»    Vidéo – Le Raja arrache une victoire dans les arrêts de jeu    Algérie : Un maire limogé pour avoir suscité une manifestation contre Bouteflika    Vidéo – Le Wydad s'impose face au Youssoufia de Berrechid et creuse l'écart    Le nouveau cadre de partenariat entre le Maroc et la Banque mondiale approuvé    Crédit du Maroc améliore son RNPG    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    L'armée vénézuélienne déterminée à empêcher l'entrée de l'aide    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    Grippe : Un nouveau pas dans la longue quête du vaccin universel    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers    Cigarettes électroniques. Dangereuses ou pas pour les femmes enceintes ?    Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    La CGEM s'engage en faveur du financement de la TPME    Clash et ego trip, le rap avant l'heure de la poésie arabe    ODD : Le Maroc s'est engagé de « manière claire » dans l'absence d'un cadre institutionnel    Honda annonce la fermeture de son usine britannique de Swindon en 2021    L'UE va pour la première fois limiter les émissions de CO2 des camions    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Halieutis    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    «Le groupement artistique» honore Mohamed Belmou    «Ana nabghiha», nouveau single de Cheb Kadil    Sécurité routière: El Otmani appelle à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale    Le Centre de santé urbain «Massira II» à Témara rénové : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie d'inauguration    Les profondes divergences entre Washington et les pays européens    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    SM le Roi reçoit les nouveaux walis et gouverneurs    Top 5 des meilleurs buteurs actuels d'Europa League    Une justice propre aux mineurs au Maroc ?    Première enquête sur les hépatites virales au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Certificat de virginité: Le mythe des femmes « pures » a la peau dure
Publié dans MarocHebdo le 23 - 01 - 2019

Le test de virginité pratiqué sur certaines jeunes femmes avant le mariage continue de faire polémique au Maroc avec une levée de boucliers de la part de certains médecins
Souad, une Casablancaise âgée de 24 ans, a menti concernant sa virginité pour éviter de couvrir toute sa famille de honte. Il y a trois ans, elle a perdu sa virginité avec son petit ami, qui était son camarade de classe dans une école supérieure privée à Casablanca. Le jour de son mariage avec un autre homme puisque son ex-petit ami l'a quittée, elle s'est procuré une capsule de sang artificiel visant à créer une illusion de virginité qu'elle a insérée dans le vagin quelques heures avant la nuit nuptiale. Et le tour a fonctionné. Comme Souad, d'autres filles recourent à une intervention chirurgicale dite «reconstruction de l'hymen» pour entretenir le mythe.
Si le rite du drap nuptial, sur lequel une tache de sang atteste de la chasteté de la femme, est en voie de disparition, la majorité des hommes exigent toujours un certificat de virginité avant le mariage. Au Maroc, la loi n'exige pas de «certificat de virginité» pour la conclusion d'un mariage. Seuls les certificats médicaux des deux partenaires font partie des formalités administratives exigées pour la conclusion du mariage, une mesure qui a été adoptée en 2004 par la Moudawana.
Dans les faits, la pratique est encore répandue quelle que soit la classe sociale ou le niveau d'instruction des parents ou de l'époux. «C'est une pratique que j'ai dénoncée en 1988 quand j'ai publié mon livre Au-delà de toute pudeur et il y a deux ans lors du congrès sur la sexologie, tenu au Maroc. Et que je continue à dénoncer. Je pense que la décision de certains médecins de ne plus délivrer de certificat de virginité est une décision sage car il s'agit d'une violence faite aux femmes et c'est aussi une question de secret professionnel que tout médecin est tenu de respecter et qui est malheureusement bafoué», confie la sociologue Soumaya Naamane Guessous.
Une pratique dégradante
Ce phénomène, encore ancré dans la société, résiste car la majorité écrasante des hommes veulent des filles vierges, des femmes «pures» alors que le jour du mariage ils viennent avec une grande expérience sexuelle. Il résiste car on lie l'honneur de la fille et de sa famille à cet hymen. «Je me demande est ce que l'honneur de la fille est entre ses cuisses?», s'interroge la sociologue. Et puis, il résiste car ce sont les femmes qui apprennent à leur enfants (garçons) d'avoir des femmes «pures» et que ce sont elles qui ont créé le drap portant le sang de la défloration de l'hymen de la vierge et qui le maintiennent à ce jour. «Je plains certains médecins femmes engagées en matière de droits de l'homme et dans le milieu associatif qui continuent d'être complices en délivrant ce certificat», conclut Mme Guessous.
En ce début d'année 2019, des médecins du secteur privé comme du secteur public, ont décidé de ne plus fournir ces certificats ni de pratiquer de tests de virginité, avançant le caractère dégradant de ces tests pour les femmes et la menace que cela fait peser sur leur santé physique et mentale et enfin l'absence d'obligation légale au Maroc.
Pour rappel, l'OMS, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies et l'ONU Femmes ont signé une déclaration appelant à interdire le «test de virginité», également appelé «examen à deux doigts».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.