Rabat : Le Conseil de la ville toujours en mode "Stand-by"    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    Espace : Une expédition scientifique en route vers Mercure    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Assassinat de Khashoggi : L'aveu complet du Riyad    Les réformes de la justice au Maroc saluées par une commission européenne    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    La Russie se félicite de son bilan d'intervention    4ème Commission de l'ONU : Une victoire diplomatique certaine pour le Maroc    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Comment sortir de la malédiction de l'Oukaimeden!    Un Monde Fou    Théâtre: Quand les femmes font comme les hommes    Les Lionnes de l'Atlas l'emportent face à l'Algérie    Prix Katara du roman arabe 2018 : deux critiques marocains distingués    Filière équine : Le Plan décennal 2011-2020 de la Sorec tient ses promesses    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Désillisions    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Premier League : Une manche show    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Hicham El Mansour ou "la vue fauviste la plus parfaite jamais réalisée pour Tanger"    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Fouad Laroui présente à Paris son nouveau livre «Dieu, les mathématiques, la folie»    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Khashoggi : Des employés du consulat témoignent, une crise en vue entre Ryad et ses alliés    La réforme des soins de santé primaires va bon train    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Arrestation de deux individus impliqués dans une affaire de viol ayant entraîné la mort, détails !    Les députés du PPS demandent une réunion d'urgence    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Le PIB agricole a grimpé de 60% en 10 ans    JOJ de Buenos Aires: le Maroc rafle sept médailles    Plus de 15 millions de cartes bancaires en circulation    L'Institut français d'Oujda déménage    Divers    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni, deux femmes au gouvernement
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998


UN SOUPçON DE FEMINITE
Au terme de nombreuses négociations, c'est un gouvernement disparate et hétéroclite -malgré la marge de temps qu'a eu Youssoufi pour le former- qui porte dans ses plis, bon gré mal gré, une "touche" féminine. Mais faible. Au point qu'on peut parler même de sous-représentativité de la femme dans ce gouvernement qui s'est prononcé pour le changement et l'amélioration du vécu des marocains. Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni sont les deux seules femmes que comptera désormais le tout nouveau gouvernement qui est pourtant composé de trente et un ministres et de neuf secrétaires d'Etat.
Aïcha Belarbi
Ces deux femmes sont connues comme étant deux militantes de l'USFP et deux intellectuelles qui ont fait parler d'elles avant d'être proposées sur les listes du gouvernement.
Aïcha Belarbi travaillera aux côtés de Abdellatif Filali, ministre des Affaires étrangères et de la coopération, en tant que Secrétaire d'Etat chargée de la coopération. Native de Salé en 1946, Mme Belarbi est titulaire d'un Doctorat d'Etat en sociologie depuis 1987 et est professeur à la faculté des Sciences de l'éducation. Elle est également coordinatrice du "Collectif Approches" et consultante auprès de l'UNICEF, l'UNESCO et le PNUD. Elle est connue dans le milieu de l'édition grâce à deux ouvrages qu'elle a publié. On la connaît pour son profond respect des engagements pris et sa capacité à s'investir totalement dans les tâches qu'elle accomplit.
Le département qui lui a été confié devrait pouvoir compter sur le travail d'une femme de la trempe de Aïcha Belarbi. Humaniste, chaleureuse, honnête et intellectuelle, Mme Belarbi est aussi une "battante" qui s'est beaucoup préoccupée de la condition féminine et en particulier de la situation de la jeune fille en milieu rural. Mme Belarbi a milité et marqué les milieux de la recherche à l'échelle nationale et internationale par sa verve et sa rigueur. Elle a un autre atout, mis en avant par ses proches, qui lui sera probablement très utile: une "disposition à toujours se remettre en cause".
Quant à Nouzha Chekrouni, elle n'a rien à envier à sa consoeur. Native de Meknès en 1955, Mme Chekrouni, professeur de langue à la faculté des Lettres de cette même ville, vient d'être nommée Secrétaire d'Etat chargée des Handicapés. Polyglotte affirmée, Mme Chekrouni représente l'Internationale socialiste féminine. C'est une femme battante au dynamisme remarquable qui, certes, n'est pas assez médiatisée, mais dont l'engagement est incontestable. Son échec aux dernières législatives n'a pas découragé cette militante de grand calibre. On la pressentait pour le portefeuille des affaires sociales, elle travaillera aux côtés de Khalid Alioua, ministre du Développement social, de la Solidarité, de l'Emploi et de la Formation professionnelle, porte-parole du Gouvernement, en tant que Secrétaire d'Etat chargé des handicapés.
Nouzha Chekrouni
Le même scénario que celui des législatives s'est produit pour la désignation du gouvernement. On a eu deux députés et aujourd'hui, on a deux Secrétaires d'Etat. Peut-être que le chiffre "deux" est le quota de représentativité accordé aux femmes dans les différentes institutions politiques. On aurait pu penser qu'un gouvernement socialiste, dont l'une des priorités est la question du social, donnerait une part plus belle aux femmes. Cela faisait d'ailleurs partie des promesses faites par le Premier ministre. Or, dans le dernier gouvernement, il y avait quatre femmes. Aujourd'hui, il n'y en a plus que deux. Malgré cela, Me Youssoufi s'est prononcé pour une réforme de la condition féminine. Elle ne passe apparemment pas par une plus grande participation aux affaires du pays.
D'après une déclaration du Premier ministre à 2M, cette sous-représentativité est due essentiellement au fait que les partis en lice n'ont pas proposé de femmes ministrables. Il semblerait que la concurrence entre les hommes ait fait tellement d'étincelles qu'elles ont éclipsé les quelques aspirantes aux portefeuilles. En tout cas, ces deux femmes ont une lourde responsabilité : celles de représenter à elles seules plus de la moitié de la population.