Coronavirus: 12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    Covid-19: 319 nouveaux décès en France, 2.314 au total    McDonald's lance son initiative « Meta7dine »    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Coronavirus : quels coûts pour l'économie marocaine ?    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus : PSA renforce la protection de ses salariés et contribue à la solidarité nationale    Une ex-journaliste de Medi 1 meurt du coronavirus    Le ministère public incite à plus de rigueur dans l'application du nouveau dispositif juridique    Différend entre la CGEM et le GPBM    Tramway: Explications sur l'interruption temporaire de ligne T1    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : Voici un récapitulatif des principales mesures fiscales au profit des entreprises    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Coronavirus : Le Comité de veille économique à la rescousse des ménages vulnérables    Covid-19 : les entreprises du BTP veulent plus de garanties pour mener à bien les chantiers prioritaires    Météo: les températures prévues ce samedi 28 mars au Maroc    Coronavirus: coup dur pour Hassan El Fad (PHOTO)    Kenya : 63 personnes ingurgitent du Dettol pour « se prémunir » contre le coronavirus, 59 en meurent    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: Plan anti-sécheresse: Financement additionnel de 1,5 milliard de DH    Les actions à Wall Street montent en flèche après le plan de sauvetage économique    La médecine militaire à la rescousse    Le Conseil de gouvernement adopte des projets de décret suspendant la perception du droit d'importation sur le blé dur et certaines légumineuses    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Décès de Hassan Ghazoui: Les condoléances du SG du PPS    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    La vie de Fatima Mernissi au grand écran prochainement    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Un autre monde à imaginer et à construire    Décès de Hidalgo, l'homme qui ravivé le football français    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    Le Coronavirus contraint Poutine à reporter sa réforme constitutionnelle…    Le Roi félicite le Président du Bangladesh à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Le Covid-19 compromet les chances de la tenue de la CAN 2021 et des compétitions interclubs    Les coureurs cyclistes marocains adoptent le "Home-trainer"    Réunion virtuelle du G7    La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues    Faute de recettes, les clubs de foot menacés de faillite    Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter    Journée mondiale du théâtre, une occasion de promouvoir le "père des arts" à travers le monde    Le très beau geste de Jenifer envers le personnel soignant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Signes d'affirmation de soi ou de séduction, le tatouage et le piercing conquièrent de plus en plus de jeunes Marocains. Des pratiques non sans danger. Le tatouage à la page
Publié dans MarocHebdo le 07 - 10 - 2005

Signes d'affirmation de soi ou de séduction, le tatouage et le piercing conquièrent de plus en plus de jeunes Marocains. Des pratiques non sans danger.
Le tatouage à la page
Loubna Bernich
La pop star anglaise, Robbie Williams, regrette ses tatouages. Apparemment, il aurait aimé avoir une peau nette. La déclaration de cet adepte du tatouage sonne comme un glas. Prédit-elle la fin de cette tendance? Si, en Europe, le tatouage est en retrait, au Maroc, il est toujours dans l'air du temps. Cet été, sur les plages, les corps des plus branchés sont sillonnés de dessins de toutes formes. Filles et garçons ont opté pour cette manière de se décorer les parties apparentes de leurs corps. En maillots deux pièces, les jeunes filles préfèrent se tatouer sur la chute de reins ou sur la poitrine. D'autres, moins coquines, choisissent des endroits différents, comme le bras ou les épaules. Les tatouages les plus fréquents sont la rose et le dauphin chez les filles. Pour les garçons, le tatouage est une autre façon de mettre en évidence leurs corps musclés et bronzés. Ils choisissent de l'arborer sur leurs biceps ou leurs pectoraux bien tracés. Contrairement aux filles, les allures de leurs tatouages sont plus agressives et aiguës. C'est d'autant plus des symboles indéchiffrables surtout que, cette année, la mode est au signe tribal. Que ça soit, chez les garçons ou les filles, le tatouage est un moyen d'embellissement et de fascination. Et, donc, de séduction. « Avoir un tatouage, c'est paraître branché et in, affirme Aya. De plus, je trouve que c'est joli et ça n'a rien de vulgaire. En été, on peut se permettre des folies.» Cet engouement pour le tatouage s'explique aussi par l'apparition du tatouage temporaire. Il est vrai le tatouage permanent est extrêmement douloureux et marque le corps à jamais. Du coup, les plus passionnés hésitent longuement avant de prendre la décision.
Les jeunes Marocains semblent aussi férus du piercing. Il consiste à faire un trou dans la peau pour y insérer un bijou. La pratique du perçage corporel, pour y insérer un ornement, est ancienne. Déjà au néolithique, en Afrique, des labrets en pierre étaient insérés au niveau de la lèvre inférieure ou aux lobes des oreilles. Plus tard, en Egypte, des boucles d'oreilles en or étaient portées par les hommes de haut niveau social. Les piercings nasaux sont couramment portés par les femmes, en Inde, depuis plusieurs siècles. Le piercing correspond à une volonté esthétique ou une démarcation sociale. Ainsi, le piercing a pour but l'amélioration de son apparence ou la volonté de se distinguer de l'ensemble de la population en s'associant à un groupe particulier. Il est aussi utilisé par certains adolescents pour s'opposer à leurs parents ou bien pour s'affirmer. «Mes parents s'y opposaient, mais je leur ai tenu tête, explique Lilia. C'est mon corps et j'en fais ce que je veux. En plus, toutes les filles de ma classe en portent un. Alors, pourquoi je vais m'en priver ?»
En effet, le piercing est devenu une véritable mode. Il est pratiqué sur la langue, la lèvre inférieure, l'arcade des yeux, le nez, l'appareil génital et dans la lobe de l'oreille.
Cependant, que ce soit pour se faire percer ou se faire tatouer, la vigilance est de mise. Car, ces deux actes ne sont pas sans danger.