L'Egypte réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    L'usine de câblage automobile d'Oujda générera 3.500 emplois pour la région    « Mon Maroc », un livre hommage au secteur touristique    Les médias espagnols évoquent les couacs de l'approvisionnement en gaz algérien    Averses orageuses localement fortes mardi et mercredi dans plusieurs provinces du Royaume    Inezgane : Trois individus, dont deux policiers, déférés devant le parquet pour escroquerie et complicité    CAN-2021: La CAF inflige des sanctions à des contrevenants    Liga : Un charter spécial pour les 4 Brésiliens du Real    Le partenariat de l'Université du Real Madrid    Les médias espagnols évoquent des perturbations d'approvisionnement en gaz algérien    Le Liban et le FMI entament des pourparlers sur un plan de sauvetage de l'économie du pays    France/Covid-19 : record de décès quotidiens à l'hôpital    Greenland Technology renforce sa présence au Maroc    (Billet 658) – Quand Israël reconnaîtra-t-il la souveraineté marocaine sur le Sahara ?    Le Musée Bab El Oqla de Tétouan rouvre ses portes    Hassan Benjelloun porte l'histoire de «Jalal Eddine Al Roumi» au cinéma    «Harm Reduction : The Manifesto», en sortie américaine le 26 janvier avec le Washington Times    CAN2021 : Ce mardi, Sénégal-Cap Vert (17h) et Maroc-Malawi (20h)    Maroc-Israël: les ambassadeurs des deux pays à Mexico saluent les progrès réalisés depuis la reprise des relations    CAN 2021/8es : Le Maroc ne reculera devant rien face au Malawi    Netflix déclenche une tempête en Egypte : Alcool, tromperies et homosexualité    Sites industriels pilotes : attribution de l'appel à partenariat relatif aux ZI de Had Soualem et Sahel Lakhyayta    Bourse. Mutandis augmente son capital    Ordre national des pharmaciens: quelles nouveautés dans le nouveau statut ?    Nasser Bourita : la révision de la carte consulaire du Royaume s'impose    CAN 2021: une bousculade au stade d'Olembé à Yaoundé fait plusieurs morts    Maroc-Malawi: Halilhodzic est confiant avant le choc    L'ouverture des frontières demeure liée à la garantie des conditions nécessaires pour préserver la santé des visiteurs et des Marocains    Toutes les résolutions du Conseil de sécurité confirment l'implication directe de l'Algérie (politologue espagnol)    Sport scolaire: Programmation de 42 championnats nationaux durant l'année scolaire en cours    9 millions de personnes risquent de perdre leur pass vaccinal le 15 février, rappelle Véran    La Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l'Education-Formation dresse son bilan 2021    Covid en milieu scolaire : 5.802 cas déclarés, 196 écoles et 495 classes fermées du 17 au 22 janvier    Journée mondiale de l'éducation : Désarroi de l'enseignement face à la pandémie    M. Mayara met en exergue la profondeur des relations distinguées entre le Maroc et les Emirats Arabes Unis    La reprise du trafic à l'aéroport d'Istanbul retardée à cause de la neige    Burkina Faso. L'Union Africaine appelle au dialogue    L'ANCFCC tient son Conseil d'administration et affiche d'excellents résultats    CGEM : lancement de l'étude « Quelles transformations pour les ICC au Maroc ? »    Le ministère de l'Enseignement supérieur déterminé à promouvoir les valeurs d'intégrité dans les universités    Selon José Manuel Albares, une normalisation des relations entre le Maroc et l'Espagne est encore loin    Washington et Téhéran envisagent des négociations directes sur le nucléaire    « Espèce de connard »: Joe Biden insulte un journaliste    Maroc-Allemagne : L'ambassadrice de retour à Berlin, un message pour l'Espagne    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Les juges ne sont pas sévères avec les pédophiles"
Publié dans MarocHebdo le 26 - 05 - 2006

Entretien avec Najat Anouar, présidente de l'association Touche
pas à mon enfant
Propos recueillis par
Najat Anouar. Partie civile dans plus de 28 affaires.
•Maroc Hebdo International: Malgré le jeune âge de votre association, vous avez multiplié les actions pour dénoncer la pédophilie. Comment menez-vous cette mission?
-Najat Anouar: Depuis deux ans Touche pas à mon enfant soutient les familles et les enfants victimes des affaires de pédo-criminalité. Nous nous sommes portés partie civile à leur côté dans plus de 28 affaires et nous avons aussi assuré le suivi de certains enfants et de leurs familles afin de leur permettre une meilleure réintégration.
L'association est également présente sur le terrain pour assurer la prévention à travers des campagnes de sensibilisation et des interventions au sein des écoles. Nous avons de nombreux projets pour les mois à venir afin d'intensifier notre lutte contre la pédo-criminalité et le soutien apporté aux enfants.
•MHI: De plus en plus d'affaires de pédophilie éclatent ces derniers temps, est-ce grâce à la médiatisation de ce phénomène?
-Najat Anouar: Effectivement, depuis que les affaires de pédo-criminalité sont plus médiatisées et que notre action à été mise en avant, nous avons constaté que la pédophilie est mieux dénoncée et fait réagir.
La plupart des réactions sont très positives et nous avons reçu beaucoup d'offres d'aide de la part de personnes se sentant concernées. Les mentalités commencent à évoluer.
• MHI: La pédophilie n'est donc plus perçue comme un tabou?
-Najat Anouar: Malheureusement, la pédophilie est encore assez taboue. Nous sommes toujours confrontés à certaines familles qui n'osent pas porter plainte car elles ont honte de ce qui est arrivé ou de ce que vont dire les voisins. C'est ce genre de comportement qu'on tente de changer.
Il est important de faire comprendre au public que la pédo-criminalité est un fléau mondial dont les enfants sont victimes. Ils n'ont donc aucune honte à avoir.
•MHI: Ce tabou est-il un frein à votre travail sur le terrain?
-Najat Anouar: Oui, nous rencontrons toujours certaines difficultés dans notre travail: l'absence de témoins qui complique notre tâche afin de prouver l'acte, la méconnaissance des familles qui font que parfois les parents n'emmènent pas l'enfant tout de suite chez un médecin (alors qu'il le faut pour constater l'abus). Sans compter le temps que mettent parfois les familles pour nous contacter par manque d'information. La honte et la peur du «qu'en dira-t-on» empêche certaines familles de parler librement....
•MHI: Pourquoi collaborez-vous avec des associations internationales?
-Najat Anouar: Nous collaborons, en effet, avec des associations internationales, comme ECPAT ou des associations nationales dans des pays européens pour arriver à des meilleurs résultats, plus particulièrement dans les cas de tourisme sexuel. Ces associations nous sont d'une grande aide car elles nous soutiennent et nous apportent leur expérience, puisqu'elle luttent sur le terrain depuis très longtemps.
•MHI: Est-ce que vous pensez que la justice marocaine n'est pas assez dure avec les pédophiles?
-Najat Anouar: La législation marocaine prévoit des peines assez lourdes pour les pédo-criminels. Mais, malheureusement, jusqu'à présent, les sentences qui ont été infligées sont généralement faibles par rapport à ce qu'elles auraient pu être.
Alors qu'il est évident que si les pédo-criminels et les acteurs du tourisme sexuel savent qu'ils risquent une plus lourde peine, ils réfléchiraint beaucoup avant de commettre une action répréhensible. Nous espérons que les peines seront de plus en plus en accord avec celles prévues par la loi, car il est évident que cela aura alors un réel effet dissuasif.