Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    France/Covid: Les députés valident une rallonge budgétaire de 7,2 mds d'euros    Nouvelle destination probable pour Mohamed Ihattaren    Le Maroc réitère son rejet des mesures israéliennes affectant le statut juridique d'Al-Qods    Les cours mondiaux des produits alimentaires poursuivent leur envolée    Driss Lachguar: L'USFP est depuis toujours un parti responsable qui place les intérêts du pays avant les siens    Le groupe socialiste à la Chambre des conseillers condamne le comportement du gouvernement espagnol    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région de Fès-Meknès    Solidarité, développement social, égalité, famille... Tu parles !    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    Foot africain : Hector Cuper sélectionneur de la RDC    Equipe nationale : Deux matches de préparation en juin prochain    Corruption: La loi n°19-46 publiée au B.O    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    Coronavirus au Maroc: 238 nouveaux cas et 513 guérisons en 24H    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    La prestation d'Amine Harit contre le Herta Berlin    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    L'encours des bons du Trésor devrait s'établir à 617,5 MMDH au 19 mai    UEFA : La finale de la Ligue des champions déplacée d'Istanbul à Porto    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Marché des changes : le dirham se déprécie de 0,33% face à l'euro    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    Madaëf Eco6-Tamuda Bay: le CRI, l'APDN et Madaëf s'allient    Huawei : le Maroc favorable pour accélérer le développement de l'école numérique    Botola Pro: résultats, classement et buteur / 16ème journée    Prime 4-Replay: Voici le montant remporté par l'équipe de Hassan FOULANE...    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    BVC : la confiance envers les actions à un plus haut    Météo/Maroc: temps généralement stable ce jeudi 13 mai    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Aïd Al-Fitr au Maroc: un virologue craint un « remake » du scénario de l'Aïd Al-Adha    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    Baccalauréat 2021: Le MEN publie les cadres de référence actualisés des examens certifiants    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    «Aywad»: un hymne à la vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deux grands socialistes nous ont quittés
Publié dans MarocHebdo le 05 - 09 - 2008

Décès de mohamed benyahia et de mohamed lahbib forkani
En l'espace de deux jours, 19 et 21 août 2008, la mort a emporté deux figures de la mouvance progressiste marocaine: Mohamed Benyahia et Lahbib Forkani.
Mohamed Benyahia
Deux grandes figures de la mouvance politique progressiste nous ont quittés: Mohamed Benyahia et Mohamed Lahbib Forkani. Le cadet et l'aîné.
Décédé le mardi 19 août 2008, à 69 ans, Mohamed Benyahia a eu une vie à la fois mouvementée, et bien remplie, dans le sens qu'il voulait. Très jeune, au début des années soixante, au moment où le torchon brûle entre l'opposition et Hassan II, il quitte le Maroc pour la Syrie, en conformité avec ses convictions panarabistes et pro-palestiniennes. Il apprend surtout toute la complexité de ce Moyen-Orient arabe avec ses subtilités de langage et ses renversements de situation. Mohamed Benyahia remet sa bandoulière révolutionnaire à l'épaule et part pour l'Algérie. En 1970, au procès de Marrakech contre des dirigeants et militants de l'UNFP, il est condamné par contumace. Il sera gracié par Hassan II en mai 1973, deux mois à peine après les escarmouches sanglantes de Moulay Bouazza dans lesquelles un certain Fkih Basri a tout fait pour l'impliquer, avouera-t-il.
Lahbib Forkani.
Malgré la grâce royale, M. Benyahia choisit tout de même de s'exiler en France. Il y rencontre Abderrahmane Youssoufi, avec qui il rentrera au Maroc en 1979. À son retour, il dirige l'organe de l'USFP, Al Mouharir, jusqu'en 1980. Le quotidien socialiste est interdit au lendemain des émeutes de Casablanca, le 20 juin 1981. M. Benyahia crée alors son propre journal, Al Balagh, un hebdomadaire qui sortira de 1981 à 1985, où il défendra courageusement les positions de son parti. À le voir déambuler dans les couloirs de la primature, sous Abderrahmane Youssoufi, de 1998 à 2002, ou entre les rangées de la Chambre des Représentants dont il fait partie entre 2002 et 2007, on a du mal à imaginer le riche parcours qui a été le sien. La dernière bataille qu'il a menée fut celle du 8ème congrès de l'USFP, à la tête de la commission préparatoire. Il devait tout simplement éviter à ce parti un sabordage annoncé. Rattrapé par la mort, il n'a pu contribuer à l'accomplissement de cette mission qu'à moitié. Mohamed Benyahia a été inhumé à Meknès, sa ville adoptive.
Mémoire
Deux jours après le décès de Mohamed Benyahia, Mohamed Lahbib Forkani disparaît le 21 août 2008, à l'âge de 86 ans. Avec lui, c'est un pan entier du Mouvement national et de l'opposition radicale à la terreur entretenue par les généraux Oufkir et Dlimi, qui revient en mémoire. Lahbib Forkani fait partie de cette première génération de militants nationalistes et progressistes. Il aura connu les geôles du colonialisme et les prisons secrètes du Maroc indépendant où il a subi les pires tortures. Elu député en 1984, il a été membre du bureau politique de l'USFP de 1978 à 2002, l'année où il avait quitté le parti.
Lauréat de l'Institut Ben Youssef de Marrakech, qui a vu défiler sur ses bancs des noms comme Abdellah Ibrahim, Fkih Basri, Abdeslam Yassine et Mohamed Bensaïd Aït Idder, entre autres, Lahbib Forkani était aussi un homme de lettres et un poète. Deux recueils de poème renseignent sur sa faculté à manier le verbe et la métaphore: Noujoum fi yadi (des étoiles dans ma main) et Doukhan min al-azmina al mouhtarika (fumée des temps incandescents). Ce natif de Tahanaout a été inhumé au cimetière des Martyrs à Casablanca