Trump se sert de Twitter pour contourner des médias "corrompus"    Exercice de gestion de crise à l'aéroport Fès-Saiss    L'ONU organise la deuxième table ronde sur le Sahara marocain à Genève    Attentat de Christchurch: Inhumation des premières victimes du carnage des mosquées    Elections test aux Pays-Bas après la fusillade d'Utrecht    Malawi-Maroc. Le sélectionneur national convoque 18 joueurs    La droite européenne s'apprête à sanctionner le populiste Orban    Abus de publicité. 1,49 milliard d'euros d'amende pour Google    Bouteflika, seul au monde ?    Championnat arabe de boxe : Le Maroc prend part à la 3è édition à Khartoum    British Council lance un appel à candidatures pour une formation au Royaume-Uni    Journées de la Francophonie : Les élèves marocains se distinguent à Oslo    Les élèves de la Fondation Lalla Asmaa à la SNRT    Semaine de la Francophonie à Las Palmas : Projection de «Aïda-La Revenante»»    La Kasbah de Tazka à Tafraout inscrite sur la liste du patrimoine culturel national    Taqa Morocco: une progression tirée par la résilience du business plan    Bank Al-Maghrib : Prévisions de croissance revues à la baisse    Tennis. Le Grand Prix Hassan II revient avec son lot de nouveautés    Bank Al-Maghrib : Pas de changement de taux directeur    Pas de modification du statut du concours d'internat en médecine    Enseignants grévistes: La procédure d'abandon de poste activée    Condition de la femme : Des associations marocaines montent au créneau    Le Maroc, hub africain pour l'Inde    Sukuk. Encore du chemin à faire    Casanearshore SA et Technopolis Rabatshore deviennent Ewane Assets    Sadeem 2. Le youtubeur Abdelmoumen Aomari représente le Maroc    Casablanca : Partenariat pour la promotion des métiers de la vente et du commerce    Les Philippines quittent la C.P.I.    Il appartient à l'organisation criminelle «Comorra» : Un Italien interpellé à Marrakech    Saisie de plus de 6.900 comprimés psychotropes et de 80 kg de cocaïne à Tanger    Maroc-Rwanda : Douze nouveaux accords pour renforcer la coopération bilatérale    Et si Facebook n'avait pas perdu 17 minutes?    Emploi : Le gouvernement mise sur les ONG    Trois clubs marocains au tirage des coupes africaines    Brahim El Mazned intègre la banque d'expertise -Unesco    Migration illégale et trafic de drogue : Quatre individus arrêtés à Nador et Driouch    Sahara marocain : Bourita appelle à «dépolluer» l'UA des «débats stériles, inutiles et en déphasage avec la réalité»    Edito : Réseaux antisociaux    La Commission du droit d'accès à l'information fixe son plan d'action    Participation du Maroc au Forum de scoutisme arabe au Caire    Défection au Polisario    Habib El Malki réitère son engagement à renforcer l'UPCI en tant qu'organisation multipartite, indépendante et efficace au sein de la communauté internationale    Rodriguez : Je n'ai pas de problème avec Zidane    Prime de Neymar au FC Barcelone : Le procès reporté au 27 septembre    Rude épreuve congolaise pour les U23    Plus de la moitié des adolescents confrontés à un "triple fardeau" sanitaire    La Troupe Masrah Annas à la rencontre des Marocains de France    Un spectacle musical haut en couleur à l'ouverture des Journées culturelles algériennes à Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bras de fer sur la corniche
Publié dans MarocHebdo le 14 - 11 - 2008

• Le conseil de la ville de casablanca poursuit Marciano devant la justice
Joseph Marciano est de nouveau en conflit à propos de son terrain de la corniche de Casablanca. Le Conseil de la ville veut l'exproprier pour des raisons d'aménagement.
Joseph Marciano. Des immeubles de sept étages en contrepartie du terrain.
Rien ne semble arrêter les projets immobiliers de Joseph Marciano. Le Conseil de la Ville de Casablanc y parviendra-t-il? Voilà quelques mois à peine, au printemps dernier, le richissime homme d'affaires casablancais remportait en effet son procès contre les héritiers d'Ahmed Réda Guédira-ex-conseiller de feu Hassan II- Hakam, Malika, ainsi que leur gendre Farid Chebicheb.
Ces derniers, condamnés le 1er avril 2008 par le Tribunal de première instance de Casablanca à six mois de prison avec sursis et à verser 450.000 dirhams de dommages et intérêts à Marciano pour tentative d'escroquerie, avaient entamé leur bataille judiciaire contre le businessman casablancais pour récupérer des biens qu'ils disaient appartenir à leur père, et que Joseph Marciano, considéré par d'aucuns comme l'homme de main de feu Ahmed Guédira, aurait spolié par moult subterfuges au lendemain de la mort du conseiller royal, le 14 décembre 1995. Parmi les nombreux biens en litige récupérés au final par Marcino, figure un terrain d'une dizaine hectares situé sur la corniche de Aïn Diab, à proximité de la Maison Honda (Univers Motors), et mitoyen au restaurant Revolver Jean, propriété du même homme d'afffaires.
Aujourd'hui, et alors qu'il est toujours en train de se délecter de sa victoire contre le clan Guédira, Jeff Marciano se retrouve dans un coriace bras de fer, cette fois-ci avec la Ville de Casablanca, autour de la même parcelle de terrain, sise sur le boulevard Biarritz. C'est ainsi Mohammed Sajid, président du Conseil de la ville, au bout de plusieurs mois de négociations stériles, a décidé de déposer dernièrement une requête d'expropriation auprès du tribunal administratif de Casablanca contre l'homme d'affaires casablancais. Et pour cause.
D'après les autorités de la métropole, ce dernier entraverait les travaux de rénovation et d'embellissement de la corniche de Aïn Diab en refusant de céder aux pouvoirs publics une partie dudit terrain afin de permettre à la Ville de relier le boulevard de la Corniche au boulevard Biarritz. A terme, la rénovation de ce dernier est censée aboutir à une artère élargie, avec un double sens, le long des villas en deux fois trois voies de 3 mètres, avec des stationnements latéraux de part et d'autre et ce afin de permettre à l'automobiliste d'accéder à l'autre bout de la corniche sans passer par le boulevard Le Lido.
Ambition
Joseph Marciano aurait en fait exigé, en contrepartie de cette cession, que les autorités l'autorisent à ériger sur son terrain des immeubles résidentiels de 7 étages. Condition catégoriquement rejetée, et à juste titre, par la Mairie, car allant à l'encontre du Plan d'aménagement de Aïn Diab. Celui-ci stipule, en effet, que les constructions futures dans cette zone ne devront pas dépasser les 4 niveaux, afin notamment de ne pas masquer la vue de la corniche et de l'océan aux habitants des demeures et établissements alentour.
Mohamed Sajid avait promis pour juin 2009 une corniche à la hauteur des ambitions des Casablancais.
Certains avancent que cela fait plusieurs années que Joseph Marciano nourrissait l'ambition de monter un projet immobilier avec des résidences R+10 sur ce même terrain, comme il envisagerait de le faire avec son terrain de dix hectares, d'ores et déjà loti, à proximité du Parc Sindibad. Le businessman aurait-il tenté de profiter de la situation stratégique de son bien immobilier pour soutirer une autorisation de construction apparemment difficile, pour ne pas dire impossible, à obtenir?
Ou essaie-t-il, à l'instar d'autres propriétaires fonciers, de retarder au maximum la vente de son terrain dans un but purement spéculatif, les prix variant actuellement entre 40.000 et 60.000 dirhams le mètre carré? Certains s'interrogent quant à eux sur l'origine de l'assurance de Joseph Marciano. Comment peut-il s'opposer à une ville entière et à l'intérêt public avec autant de désinvolture? D'aucuns affirment que l'ex-bras droit d'Ahmed Réda Guédira aurait des soutiens bien placés. Rumeur ou vérité?
Quoi qu'il en soit, une chose est sûre: les Casablancais attendent leurs gouvernants au tournant, eux à qui Mohamed Sajid avait promis pour juin 2009 une corniche à la hauteur de leurs ambitions, avec avenues vastes, trottoirs larges, espaces verts et parking à souhait, jardins andalous, centres commerciaux… le tout pour un budget colossal de 100 millions de dirhams. Affaire à suivre..