La beauté de Chefchaouen et de Tanger mise en relief par TF1    Affronter les pollueurs récidivistes!    Le Rwanda annonce un nouveau gouvernement composé à 50% de femmes    4e commission de l'ONU: Triste spectacle mercenaire    Mairie de Casablanca: La propreté renvoyée aux calendes grecques    Sahara : De l'informel à l'officiel…    L'Affaire Khashoggi et la main de Washington…    Miss Liban perd son titre pour avoir posée avec Miss Israël    «Les fourmis prédatrices ou l'itinéraire d'un expulsé d'Algérie»    KACM – DHJ au sommer de la 5e journée    Malgré les aveux saoudiens, Trump et l'UE réclament plus de détails sur le meurtre de Khashoggi    Les métiers du cheval: une filière en manque de profils adaptés    Débats en profondeur et intellectuels d'ici et d'ailleurs    11è Festival de la Culture soufie à Fès : Les Femmes ouvrent le bal    «Pressa»…. le bonheur est ailleurs!    Mouloud Ou Hamouch mène en silence une bataille contre la maladie    Sa majesté le roi reçoit les condoléances du roi Salmane suite au drame Bouknadel    Armes nucléaires: Trump fait un pas de plus vers l'unilatéralisme    Londres : 700 000 personnes manifestent contre le Brexit    Casablanca : Une tentative de viol filmée sur Internet    Les marcheurs de la faim toujours bloqués à la frontière mexicaine    Messi exit du Classico    Faouzi Benzarti mis à la porte par la sélection tunisienne    Aller loin, y aller ensemble : Les start-up marocaines ont besoin de notre soutien    La terrible blessure de Lionel Messi avant le classico (Vidéo)    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    Les réformes de la justice au Maroc saluées par une commission européenne    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Désillisions    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Premier League : Une manche show    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Arrestation de deux individus impliqués dans une affaire de viol ayant entraîné la mort, détails !    Plus de 15 millions de cartes bancaires en circulation    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Académie Mohammed VI d e football : La pépinière
Publié dans MarocHebdo le 02 - 04 - 2010

Par les temps présents, où il n'y a plus de terrains vagues en milieu urbain, l'Académie Mohammed VI de football, pour la prospection et l'encadrement de petits génies en herbe, est la bienvenue.
S.M le Roi Mohammed VI inaugurant l'Académie de Football, à Salé, dimanche 28 mars 2010.
Par quel bout prendre le problème de notre football national? On a essayé de passer par les équipes, par la fédération et par la sélection. Aucune de ces trois approches n'a été, jusqu'ici, l'élément décisif pour un tiercé gagnant. On y reviendra. Pour le moment, il semble que l'on ait enfin trouvé l'angle d'attaque pour nous rendre présentables et compétitifs dans ce sport populaire, autant chez nous que par le monde.
Un signe fort, dans ce sens; l'inauguration de l'Académie Mohammed VI de football, à Sala El Jadida, le dimanche 28 mars 2010, par le Souverain.
La réalisation est impressionnante par sa superficie (18 ha), son enveloppe d'investissement (140 millions de dirhams) et ses différentes dépendances spécialisées, homogènes et interractactives. On y trouve toute la panoplie nécessaire à l'émergence d'une élite footballistique, une salle de musculation, un cabinet médical, une cellule de kinésithérapie, un bassin de balnéothérapie; et, évidemment, quatre terrains de football en gazon naturel et deux autres en gazon synthétique; plus deux carrés d'entraînement, l'un à ciel ouvert, l'autre couvert et éclairé.
Les concepteurs de cette structure sportive voulaient que celle-ci répondre aux normes internationales fixées par la FIFA. Sur le plan de l'infrastructure et de l'agencement des éléments constitutifs, le pari est réussi. Pour le reste, il faut attendre pour voir. Même si c'est déjà partiellement vu. Car cette académie, qui a ouvert ses portes en septembre 2009, est un pôle sport-études à l'intention de jeunes de 12 à 18 ans. Sa capacité d'accueil, une soixantaine de résidents permanents, laisse à penser que la sélection sera sévère. Il s'agit, en effet, de partir à la recherche, à travers le Royaume, de petits prodiges du ballon rond, susceptibles de devenir de futurs footballeurs de haut niveau, avec tous les pré-requis et les qualités acquises. Une projection dans un demain proche.
Un pôle sport-études
Dans les pays européens, ce sont les clubs qui forment leurs propres relèves, des plus prestigieux aux plus désargentés. Dans les pays du Sud, on en est encore à l'Etat-providence. Au Maroc, pour ce cas d'espèce, on a opté pour une position intermédiaire en recherchant la contribution d'opérateurs semi-publics ou privés, tels Addoha, BMCE, Maroc-Telecom, Attijariwafa Bank, ONA ou CDG. Pour sa part, SM le Roi a décidé de lui octroyer un soutien financier annuel de ses propres deniers, pour sa maintenance, son bon fonctionnement et sa durabilité.
Un staff de hauts cadres; techniciens, praticiens et administratifs; en assure la marche avec la rigueur professionnelle et pédagogie appropriée. Le suivi permanent relève de Nacer Larguet, directeur technique. Quant à la supervision globale, elle revient à Ali Fassi Fihri, président de la Fédération royale marocaine de Football (FRMF).
Une mise à niveau nécessaire
Venons-en, maintenant, à la mère des questions, plus quelques interrogations subsidiaires, mais néanmoins, dignes d'intérêt. L'Académie Mohammed VI peut-elle, à elle seule, faire renaître de ses cendres un football national dépérissant, voire moribond?
Ne faut-il pas, au préalable, assainir l'environnement structurel de la gestion associative de ce sport, pour que cette académie ne soit pas une belle étoile filante au fermement crépusculaire de nos déceptions répétitives? La conduite des clubs et leur rapport à la FRMF ne doivent-ils pas être l'objet d'une mise à niveau organisationnelle conformément aux directives de la charte olympique et de nos propres ambitions par rapport à la scène internationale du sport de haut niveau?
Les échecs de nos multiples candidatures à l'organisation de la Coupe du monde ne sont-ils pas à mettre en parallèle avec notre incapacité à réformer les organismes associatifs qui régentent notre football et à définir une véritable politique sportive pour le pays?
Alors que nous avons des footballeurs de talent, issus des différentes vagues de l'émigration ou de notre propre cru, pourquoi, Dieu, avons-nous tant de peine à réunir onze joueurs qui sachent produire un jeu collectif et être performants? Pourquoi le défilé des sélectionneurs, étrangers ou nationaux, n'a pas réussi à nous faire entrer dans les grandes nations du football africain et international, alors que nous sommes un pays de tradition footballistique, depuis des générations?
Voilà une liste non-exhaustive de questionnements que tout Marocain “normalement” constitué se pose. À questions multiples, réponse globale à partir d'un arrêt sur une actualité. C'est très simple. Par les temps présents, où il n'y a plus de terrains vagues, en milieu urbain, du moins, une académie normative de prospection et d'encadrement de petits génies en herbe est la bienvenue