OCP : Malgré la crise, le groupe confirme sa résilience    Bientôt un café. Expresso SVP !    Dakhla : les opérateurs du tourisme se préparent à la reprise    Déconfiner dans la démocratie!    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Coronavirus: L'UE versera 3 milliards de DH pour le Maroc avant la fin de l'année    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Coronavirus : une prolongation de l'échéance de dépôt des situations comptables pour les établissements publics    Cure d'austérité chez Renault avec 15.000 suppressions d'emploi dans le monde    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Coronavirus : 54 nouveaux cas, 7.697 au total, vendredi 29 mai à 10h    Covid-19 : deux nouvelles régions dépassent la barre de 1.000 contaminations    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Réouverture des mosquées: Le ministère de Habous dément    Mort de Guy Bedos    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Grosse menace sur l'entreprise et l'emploi en France    Réunion du Bureau politique de l'USFP    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    La sélection 2020 du Festival de Cannes bientôt dévoilée    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Grace Njapau Efrati : Le Plan d'autonomie, seule solution au différend sur le Sahara    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Essaouira: La réhabilitation de l'arganier PLANTATION. En moins d'un demi-siècle, la densité de l'arganeraie marocaine est passée de 100 arbres par hectare à 30 arbres par hectare. 10.000 arganiers ont été plantés dans la région d'Essaouira pour
Publié dans MarocHebdo le 31 - 12 - 2011


Essaouira: La réhabilitation de l'arganier
PLANTATION. En moins d'un demi-siècle, la densité de l'arganeraie marocaine est passée de 100 arbres par hectare à 30 arbres par hectare. 10.000 arganiers ont été plantés dans la région d'Essaouira pour sauvegarder cet arbre menacé.
Une opération de plantation d'arganiers a été lancée, en décembre 2010, dans la région d'Essaouira. 5.000 plants ont été fixés sur une superficie de 15 hectares sur le domaine forestier de Tamsrirt, dans la commune rurale de Meskala. Cette initiative s'inscrit dans le cadre du programme “Plantons pour la Planète”, de la Fondation Yves Rocher, qui vise la replantation de 10.000 arganiers en partenariat avec la Fondation Mohammed VI pour la Recherche et la Sauvegarde de l'Arganier.
Pour les populations de la province d'Essaouira, l'arganier joue un rôle économique très important. Il leur assure, selon la Chambre de commerce d'Essaouira, jusqu'à 80% de leurs ressources financières, grâce notamment à la production de bois, la production pastorale, la production d'huile et de ses dérivés. La valeur totale de la production d'un hectare d'arganiers est de 1.200 dirhams par an, soit plus de 163 millions de dirhams pour l'arganeraie d'Essaouira. La production d'huile d'argan est, elle, estimée à 1.138 tonnes. Une huile extrêmement précieuse qui connaît un véritable succès dans le monde.
Riche en vitamine E et en acides gras insaturés, elle est très utilisée dans les produits cosmétiques. L'huile d'argan est même devenue un argument de vente par excellence. Dans la médecine traditionnelle, elle est conseillée pour le traitement de la varicelle, de l'acné juvénile et des rhumatismes et chez les patients présentant des risques d'athéroscléroses ou des troubles cardiovasculaires. C'est pour toutes ces qualités que l'huile d'argan est surnommée, aujourd'hui, “l'Or du désert”.
Réserve de la Biosphère
Malheureusement, l'arganeraie marocaine, étendue sur une zone de 830.000 hectares située entre Agadir et Essaouira, régresse d'année en année de superficie et surtout de densité. En moins d'un demi-siècle, sa densité est passée de 100 arbres par hectare à 30 arbres par hectare. Et sa superficie diminue en moyenne de 600 hectares par an. La sécheresse endémique qui sévit dans la région depuis des années et surtout les fortes tempêtes de sable sont mises en cause.Mais, pas seulement. L'urbanisation et l'agriculture intensive, notamment le maraîchage sous serre, y sont aussi pour beaucoup. Conscientes du danger qu'entraînerait une destruction massive de l'arganeraie marocaine pour les populations locales, risque d'érosion des sols, l'avancée de la désertification et la disparition des écosystèmes locaux, l'Unesco lui a conféré, en 1998, le statut de réserve de la Biosphère.
Dans ce même élan, la Fondation Mohammed VI, en collaboration avec d'autres institutions écologiques, a développé des projets de reboisement de la forêt des arganiers pour sauvegarder cette espèce emblématique du Maroc.