Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    Trade Tensions With Europe Flare as Trump Flexes Economic Muscle    LDC Afrique: Ce qu'il faut savoir sur le choc Maghrébin EST- RAJA    Espagne : arrestation d'un réseau criminel organisant des mariages blancs    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Le PPS au parlement    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    La 31ème édition du Marathon international de Marrakech ce dimanche : Plus de 13.000 athlètes de 75 pays au départ    Entretien avec Adil Terrab, président du Conseil Préfectoral du tourisme Meknès    Le défi national !    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    Angola: Isabel dos Santos accusée formellement de fraude et blanchiment d'argent    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    Qui est le binôme Alj-Tazi, le nouveau duo qui tient les rênes de la CGEM ?    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Terres collectives : Ce que recommande le CESE    Un stand marocain aménagé par l'ONMT : La 40ème édition du FITUR de Madrid se poursuit jusqu'au 26 janvier    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Province de Guelmim : 3 morts et 10 blessés dans un accident de la route    Une quinzaine de routes libre et une douzaine coupée    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    60ème anniversaire de l'USFP Grande manifestation à Larache    EuroMed Droits préoccupé par la restriction de la liberté d'expression    Dans son intervention lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des conseillers    Les Américains ont moins dépensé en jeux vidéos en 2019    Le cacao bio commence à sortir des petits paysans brésiliens de la misère    Atelier de formation à Safi sur l'insertion des jeunes dans le tissu socioéconomique    Insolite : Perché dans un tonneau    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Divers sportifs    Sébastien Desabre : L'atteinte des objectifs est une responsabilité collective qui exige du travail fondé sur la discipline, le respect et l'efficacité    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Présentation à El Jadida du livre "Mémoires d'un professeur"    Une nouvelle étoile cinématographique illumine Tiznit    Abdelkader Ababou: adieu l'artiste doux…    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    Les avocats de Trump veulent un acquittement "immédiat" à son procès en destitution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Essaouira: La réhabilitation de l'arganier PLANTATION. En moins d'un demi-siècle, la densité de l'arganeraie marocaine est passée de 100 arbres par hectare à 30 arbres par hectare. 10.000 arganiers ont été plantés dans la région d'Essaouira pour
Publié dans MarocHebdo le 31 - 12 - 2011


Essaouira: La réhabilitation de l'arganier
PLANTATION. En moins d'un demi-siècle, la densité de l'arganeraie marocaine est passée de 100 arbres par hectare à 30 arbres par hectare. 10.000 arganiers ont été plantés dans la région d'Essaouira pour sauvegarder cet arbre menacé.
Une opération de plantation d'arganiers a été lancée, en décembre 2010, dans la région d'Essaouira. 5.000 plants ont été fixés sur une superficie de 15 hectares sur le domaine forestier de Tamsrirt, dans la commune rurale de Meskala. Cette initiative s'inscrit dans le cadre du programme “Plantons pour la Planète”, de la Fondation Yves Rocher, qui vise la replantation de 10.000 arganiers en partenariat avec la Fondation Mohammed VI pour la Recherche et la Sauvegarde de l'Arganier.
Pour les populations de la province d'Essaouira, l'arganier joue un rôle économique très important. Il leur assure, selon la Chambre de commerce d'Essaouira, jusqu'à 80% de leurs ressources financières, grâce notamment à la production de bois, la production pastorale, la production d'huile et de ses dérivés. La valeur totale de la production d'un hectare d'arganiers est de 1.200 dirhams par an, soit plus de 163 millions de dirhams pour l'arganeraie d'Essaouira. La production d'huile d'argan est, elle, estimée à 1.138 tonnes. Une huile extrêmement précieuse qui connaît un véritable succès dans le monde.
Riche en vitamine E et en acides gras insaturés, elle est très utilisée dans les produits cosmétiques. L'huile d'argan est même devenue un argument de vente par excellence. Dans la médecine traditionnelle, elle est conseillée pour le traitement de la varicelle, de l'acné juvénile et des rhumatismes et chez les patients présentant des risques d'athéroscléroses ou des troubles cardiovasculaires. C'est pour toutes ces qualités que l'huile d'argan est surnommée, aujourd'hui, “l'Or du désert”.
Réserve de la Biosphère
Malheureusement, l'arganeraie marocaine, étendue sur une zone de 830.000 hectares située entre Agadir et Essaouira, régresse d'année en année de superficie et surtout de densité. En moins d'un demi-siècle, sa densité est passée de 100 arbres par hectare à 30 arbres par hectare. Et sa superficie diminue en moyenne de 600 hectares par an. La sécheresse endémique qui sévit dans la région depuis des années et surtout les fortes tempêtes de sable sont mises en cause.Mais, pas seulement. L'urbanisation et l'agriculture intensive, notamment le maraîchage sous serre, y sont aussi pour beaucoup. Conscientes du danger qu'entraînerait une destruction massive de l'arganeraie marocaine pour les populations locales, risque d'érosion des sols, l'avancée de la désertification et la disparition des écosystèmes locaux, l'Unesco lui a conféré, en 1998, le statut de réserve de la Biosphère.
Dans ce même élan, la Fondation Mohammed VI, en collaboration avec d'autres institutions écologiques, a développé des projets de reboisement de la forêt des arganiers pour sauvegarder cette espèce emblématique du Maroc.