Quand Ben Bella reconnaissait la souveraineté du Maroc sur le Sahara oriental    Météo au Maroc: les prévisions du vendredi 19 août    Houcine Ammouta de retour sur le banc du WAC de Casablanca    CAN U23 – Maroc 2023 : Résultats du tirage au sort    Benkirane : «Les déclarations de Raisouni ne reflètent pas les positions du PJD»    Incendie de forêt près de M'diq: l'OCI soutient le Maroc    Rabat: terrible accident près du complexe Moulay Abdellah    Météo: températures en hausse ce vendredi au Maroc    Rentrée scolaire 2022/23: Les prix des manuels scolaires inchangés    فيروس كورونا : 79 إصابة جديدة ولا وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Le nouveau nez de l'actrice marocaine Hasnae Moumni divise la Toile (PHOTO)    De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Sahara : Le Pérou décide de retirer sa reconnaissance au Polisario    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    Orages en France: trois morts en Corse    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    Frais de scolarité : l'angoisse de fin de vacances    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Le kickboxing et le judo marocains décrochent cinq médailles de bronze    Ukraine / Zaporijia : L'OTAN réclame une "inspection" urgente de l'AIEA    Tournoi international d'Autriche maintenu : L'équipe nationale A' s'est envolée pour Vienne    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Walid Regragui prépare sa liste élargie. Ziyech, Adli et autres Lions pressentis    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Aquaculture: L'huître marocaine en péril
Publié dans MarocHebdo le 10 - 06 - 2011

OSTREICULTURE. Une bactérie mutante affecte dangereusement une bonne partie de la production ostréicole au Maroc et des opérateurs s'inquiètent pour la pérennité de la filière.
L'huître marocaine seraitelle en péril? A en juger par le vent d'inquiétude qui souffle en ce moment sur les lagunes de Dakhla, Oualidia et Mdiq, la filière ostréicole nationale connaît, en effet, une phase critique. Les éleveurs qui développent des exploitations marines sur ces trois sites, les plus importants du Royaume, tentent d'éviter la psychose. C'est le cas notamment de Mohamed Saïdi, opérateur ostréicole connu à Oualidia et à Dakhla, pour qui «le business des huîtres ne connaît pas de problèmes notables qui pourraient en menacer le développement».
La menace à l'amont de cette activité est pourtant grave. En cause: l'écosystème naturel, qui subit depuis quelque temps des variations d'autant plus dangereuses qu'elles menacent la pérennité même de la filière. Tous les professionnels de la filière ne le disent pas, mais les prémices du mal remontent à 2008 déjà, année où l'on avait constaté un phénomène de mortalité d'huîtres tout à fait anormale en Europe, principal fournisseur de matière première pour les fermes ostréicoles marocaines.
Quid des normes zoo-sanitaire? Cette matière première, c'est ce que les opérateurs de la filière appellent des “naissains”, larves destinées à l'élevage industriel dans les “écloseries”. Les autorités marocaines exigent en principe des certificats attestant que les naissains importés sont indemnes de toute affection virale. Pourtant, en dépit des certificats délivrés aux importateurs, ces derniers ont constaté des taux de mortalité allant jusqu'à 75%, alors que la norme admise ne doit pas dépasser les 15%... Pour des raisons bizarrement inexpliquées, un virus (dit herpès marin), présent dans les coquilles des huîtres, a muté et sa variante s'est révélée plus dangereuse que la souche d'origine.
Aujourd'hui, la mutation semble avoir atteint un seuil critique dans l'écosystème de Dakhla. «Le processus de contamination est très rapide car six heures environ suffisent à affecter l'intégrité biologique de l'huître», commente Rachid Kandy, dirigeant de Cultimer, entreprise d'élevage ostréicole de Dakhla et vice-président de l'Association marocaine d'Aquaculture (AMA), groupement fédérant les industriels du secteur.
Pour ces fermiers ostréicoles, le malaise ne s'arrange pas avec les déficiences structurelles de la filière. On est loin, en effet, des 110.000 tonnes d'huîtres commercialisées en France. A peine produit-on entre 300 et 400 tonnes au niveau national. Le développement reste encore à venir, mais à condition que des règles zoo-sanitaires strictes soient établies. C'est en principe le travail -complémentaire- de l'Office national de Sécurité sanitaire des Produits alimentaires (ONSSA) et de l'Institut national de la Recherche halieutique (INRH).