Elle est décédée mardi soir : Zhour Maamri s'en va    Tremblements de terre : L'Unesco met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Evolution du coronavirus au Maroc : 867 nouveaux cas, 467.493 au total, mardi 26 janvier 2021 à 18 heures    Bank of Africa et la SIACE s'allient pour le renforcement du commerce extérieur    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Dialogue Stratégique Maroc-USA : la coopération dans la lutte contre la prolifération nucléaire à l'ordre du jour    Plan de relance. Ça va décarboniser    Fruits et légumes : Les exportations marocaines en hausse    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Le match sera «décisif» pour les deux sélections (Lhoucine Ammouta)    Le Premier secrétaire de l'USFP reçoit les organisations de la jeunesse des partis politiques    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies    Le textile marocain en quête d'un fil d'Ariane    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Les galeries d'art improvisent pour ne pas disparaître    La FNM lance un concours pour la création graphiques de son Logo    Appel à candidature pour une résidence d'écriture à Meknès    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    France: l'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin    Microcrédit : 10 millions d'euros de prêt de la BEI à Jaïda    Maroc: Près de 38% des entreprises ont réduit leurs effectifs    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Vaccins anti-Covid: doit-on craindre des effets indésirables ?    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Cyber-sécurité : le dispositif de Maroc Telecom    AfricaPay ambitionne de devenir la première néo-banque du continent    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Maroc-Ouganda, un match couperet    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    Pétitions : Enième tentative de réanimation    Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!    Fkih Ben Saleh : Un escroc mis hors d'état de nuire    Marrakech : Une Allemande se jette du 5ème étage d'un immeuble    Législation : Un bilan maigre se profile    CHAN / Groupe « C » : Ce soir, Maroc-Ouganda, pour rectifier et se qualifier !    CHAN : Bien que décimée par la Covid-19, la RDC bat le Niger (2-1)    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La canicule frappe de plein fouet l'agriculture
Publié dans MarocHebdo le 01 - 07 - 2011

PERTES. Les premières estimations des dégâts causés par la récente canicule font état de 9.000 hectares endommagés en arboriculture. Quant au maraîchage, les dégâts ont touché 2.250 hectares, dont plus de 1.500 sinistrés à 70%.
La forte chaleur qui sévit dans tout le Maroc en cet été 2011 a déjà engendré des conséquences très graves sur la production agricole nationale. Plusieurs milliers d'hectares de fruits et légumes ont été endommagés dans le Gharb, le Saïss, le Haouz, la Chaouia-Ouardigha et le Souss. Du coup, les agriculteurs, tétanisés, se sont rués sur les marchés pour écouler les quantités de production qui ont été sauvées. Ce qui a entraîné une baisse considérable des prix. La tomate est négociée entre 1,5 et 2 dirhams le kilo sur les marchés populaires et entre 3 et 4 dirhams sur les marchés municipaux.
Mais, chez les agriculteurs, les prix sont encore plus bas. Selon un grand agriculteur dans la région d'El Jadida, «un caisson de tomates de 30 kilos est vendu aujourd'hui à 25 dirhams, soit moins d'un dirham le kilo. Ce qui fait que les pertes financières sont importantes pour les producteurs de tomates». Bien entendu, les petits agriculteurs sont plus exposés que les autres. «Nombre d'entre eux dans la région ont tout perdu et les conséquences sur leur vie familiale sont dramatiques», nous déclare notre agriculteur d'El Jadida. Mais les dégâts risquent d'être encore plus importants.
L'aviculture au bord du gouffre Les premières estimations des dégâts causés font état de 9.000 hectares endommagés en arboriculture notamment la pomme, la pêche, la nectarine, l'abricot et le raisin. Quant au maraîchage, les dégâts concernent 2.250 hectares, dont plus de 1.500 ont été sinistrés à hauteur de 70%. Les cultures fourragères, elles, ont été relativement épargnées par cette vague de chaleur. Le secteur avicole, dont la vulnérabilité est connue de tous, reste le plus touché. Selon le président de la Fédération interprofessionnelle du Secteur avicole (Fisa), Khaïreddine Soussi, «la vague de chaleur qu'a connue le Maroc entre le 24 et le 26 juin 2011 a occasionné des pertes considérables pour l'aviculture marocaine».
Et les chiffres sont là pour en témoigner: plus de 70 millions de dirhams de pertes financières. Explication: la température a atteint 48 degrés dans certaines régions à forte concentration d'élevages avicoles. «Ce sont des pertes colossales qui, malheureusement, viennent aggraver davantage la situation délicate des éleveurs du secteur», révèle le président de la FISA.
Et de poursuivre que «les aviculteurs perdent de l'argent depuis septembre 2010. Ceci est dû principalement au renchérissement de la matière première, ainsi qu'à la situation de surproduction que connaît le secteur».