Chamakh en beauté mais perd    Khalouta ouvre son compteur buts    Botola Pro : KACM – HUSA : Un Derby prometteur    Coupe du Monde des Clubs 2014 : la FIFA confirme le Maroc comme organisateur    Un jeune homme mortellement poignardé lors d'une rixe à El Jadida    Rabbah relance la transmaghrébine    Discours royal    Tiznit: Les orfèvres réussissent leur show    Dette: Le Trésor veut dégraisser    Entrée réussie du Wydad    VIDEO : Un sketch de Gad Elmaleh en anglais pour la première fois    Raouf Mhenni, « managing director » des opérations internationales d'HR Access : En matière de RH, le Maroc a de l'avance sur le reste du Maghreb    La planète en déficit écologique    Insolite : Drôles d'hébergements    Les services secrets marocains volent au secours de l'Espagne    Rénovation des hélicoptères Chinook des FRA    Di Maria demande à partir du Real    Jean-Jaurès Mémoire et postérité    Théocratie populiste L'alternance, une transition démocratique?    Hamid Lechhab: Les conflits pour l'accession au pouvoir ont mis à nu les desseins des groupes religieux    Balotelli sur le chemin de Liverpool    Divers    Le nouvel opus de la saga Batman en tournage au Maroc    Bouillon de culture    La troupe théâtrale "Massrah al-founoun" sensibilise sur la sécurité routière    Divers    Divers    Un vaccin anti-grippe à haute dose plus efficace chez les personnes âgées    La momification artificielle en Egypte 1.500 ans plus ancienne qu'estimée    Forte solidarité avec la cause et le peuple palestinien    Casablanca : l'IGAT gratterait-elle ?    JCI Maroc 2014 : Leadership Camp to unite, Leadership to impact    Air Algérie : L'affrètement, l'autre scandale    Tunisie : Annulation de tous les vols venant de certains aéroports libyens    Province de Ouazzane : Ouverture du festival de Mokrisset    Décès d'un détenu à la prison de Salé suite à la détérioration de son état de santé    Egypte : 33 morts dans une collision de deux bus près de Charm el-Cheikh    La Commission européenne exhorte le gouvernement Benkirane à régler le problème des licences de pêche    Discours royal, l'économie marocaine ne peut pas lâcher prise    Festival National de l'Art de la Ayta : Y'a de la joie !    Il fait l'actu : Najib Boulif    61ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple : SM le Roi prononce un discours à forte connotation économique    Maroc – Palestine : Une délégation du PPS se rendra à Ramallah    Fête de la Jeunesse : Grâce royale au profit de 310 condamnés    Solidarité avec le peuple palestinien : 130 tonnes d'aides humanitaires acheminées    La résistance continue de bombarder les colonies sionistes    Youssef Maaroufi : Un rêve qui tient sur deux-roues    On est loin du compte ! par ( Jamal Berraoui )    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Conférence de presse conjointe de Nizar Baraka et Driss Azami Idrissi : Adaptation et actualisation du projet de Loi de finances 2012
Publié dans Albayane le 14 - 02 - 2012

Le gouvernement n'a pas l'intention de dévaluer le dirham, a assuré, lundi à Rabat, le ministre de l'Economie et des finances, Nizar Baraka. «Contrairement aux informations véhiculées par certains médias, le gouvernement n'a pas l'intention de dévaluer le dirham», a souligné M. Baraka lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre délégué chargé du Budget, Driss Azami Idrissi, sur l'exécution de la loi de finances 2011. Le taux de change de référence du dirham est lié à un panier de devises (80 % pour l'euro et 20 % pour le dollar), a-t-il rappelé, précisant que le taux de change effectif réel de la monnaie nationale est resté au même niveau.
En raison de la conjoncture internationale actuelle marquée par la crise dans l'Union européenne, principal partenaire économique du Maroc, une éventuelle dévaluation du dirham n'engendrera pas une hausse des exportations marocaines, a-t-il expliqué.
M. Baraka a également relevé que cette dévaluation n'aurait aucun impact sur la baisse des importations, composées essentiellement des produits pétroliers et du blé, qui sont constantes. Concernant le budget de 2012, le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al-Idrissi, a affirmé que le projet de Loi de Finances 2012 fait actuellement l'objet d'un travail d'adaptation et d'actualisation.
“Le projet de loi de finances 2012 fait l'objet d'un travail d'adaptation technique en relation avec la nouvelle structure gouvernementale et d'un travail d'actualisation par rapport aux derniers développements de la conjoncture nationale et internationale”, a souligné M. Azami Al-Idrissi.
Le FMI a révisé ses prévisions de croissance au niveau mondial et surtout de l'Union européenne, principal partenaire économique du Maroc et il fallait, de ce fait, prendre en considération cette donne, a expliqué le ministre.
Le gouvernement devait également tenir compte de l'impact d'un éventuel retard des pluies sur la campagne agricole et des résultats de l'exécution de la Loi de finances 2011 pour avoir une idée claire sur le niveau du déficit, a-t-il ajouté.
M. Azami a, en outre, rappelé que les grandes orientations du projet de la Loi de finances 2012 ont été entérinées la semaine dernière en conseils du gouvernement et des ministres.
Le projet de Loi des finances 2012 vise à raffermir l'Etat de droit, à consolider les principes et mécanismes de bonne gouvernance et à renforcer les bases d'une économie forte et compétitive, génératrice de richesses et d'emplois.
Concernant le taux de croissance de l'économie nationale, Baraka a estimé qu'il devrait se situer autour de 5 % en 2011, en dépit d'une conjoncture internationale défavorable.
Ce taux est attribué notamment à l'accélération de la croissance des activités non agricoles et de la distribution des crédits bancaires à l'économie, à la maîtrise du niveau d'inflation et à la poursuite du recul du taux de chômage, a expliqué M. Baraka.
Taux de croissance autour de 5%
Pour ce qui est du secteur agricole, le ministre a fait état de la hausse de 4,1 pc de la valeur ajoutée du secteur en moyenne durant les 3 premiers trimestres de l'année 2011 suite à la réalisation d'une récolte céréalière dépassant la moyenne, soit 84 M.Qx, et à la bonne performance des autres cultures.
La croissance non agricole a été autour de 4,7 % en moyenne sur les 3 premiers trimestres de 2011 contre 4,5 % un an auparavant sous l'effet de la reprise des secteurs du BTP et des services, a-t-il poursuivi.
Ce taux de croissance de 2011 s'explique aussi par l'amélioration des conditions de financement de l'économie, en particulier l'accélération du rythme de distribution des crédits à l'économie qui ont augmenté de 10,5 % pour atteindre 65,1 MMDH, a-t-il dit. Cette accélération a concerné notamment les crédits immobiliers (19 MMDH), d'équipement (6,9 MMDH) et de consommation (3,4 MMDH) de même que les taux d'intérêt débiteurs se sont quasiment stabilisés à 6,31 pc durant le troisième trimestre de 2011.
Le ministre a également fait état d'une maîtrise du taux d'inflation autour de 0,9 % à fin décembre 2011 (taux d'inflation de 0,6 pc des produits non alimentaires et de 1,4 % des produits alimentaires).
M. Baraka a, en outre, relevé une baisse du taux de chômage qui se situe à 8,9 % au niveau national, et ce en dépit du taux de chômage élevés des jeunes (19,1 %) et des diplômés (18,3 %). Le ministre a, par ailleurs, estimé que le taux de croissance de l'économie nationale ne dépasserait pas les 4,2 % en 2012 en raison notamment de la mauvaise conjoncture économique chez le principal partenaire du Royaume, l'Union européenne, et de l'impact probable du retard accusé au niveau des pluviométries et de la vague de froid sur l'actuelle campagne agricole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.