Indemnités des agents d'autorité: Benkirane fait marche arrière    Connectivité maritime: Le Maroc 16ème mondial    Le Forum Universitaire des Sports    Création et gestion des systèmes de paiement    Etats-Unis : Aïd al-Fitr et Aïd al-Adha seront fériés à New York    Attijari veille aussi sur les PME tunisiennes    Russie: Signature d'un accord militaire avec l'Egypte    Faouzi Skali, Président et fondateur du Festival de Fès de la Culture soufie : Défendre un patrimoine culturel soufi est une urgence    El Jadida : « Diversité et Citoyenneté, gage de vivre-ensemble »    Les Echos de Sidi Slimane    Mignonne, allons voir si la rose...    Cette année-là...    Lamiae Zine : Le karaté au féminin    Nawal El Moutawakkil : De la piste olympique aux hautes sphères du CIO    Khadouj Slassi secrétaire générale de l'Organiation socialiste des femmes ittihadies    Pour un débat national sur l'héritage    Ces artistes qui brillent par leurs talents    Jemaa el-Fna, parmi les plus belles places publiques au monde    Les petites mains du marché du travail    Najat Razi, ex-présidente de l'Association marocaine pour les droits des femmes et membre du Collectif Printemps de la dignité    Le mariage des mineures : Un crime légal    Une administration inégalitaire    Télécommunications : Migration des noms de domaine «.ma» vers une nouvelle plate-forme conforme aux standards internationaux    Syrie: Un attentat fait 34 morts à Alep    Fabius en visite au Maroc, les 9 et 10 mars    Violations des droits humains à Tindouf : Condamnation marocaine auprès du CDH    Le CESE renouvelle ses instances    Du 14 au 15 mars à Ifrane : 3ème Forum international du minibasket    MSR-ASS : 66-117 (37 -54) : Les Slaouis ajustent leur compteur !    Courrier du Nord-Est    Inadéquation entre les programmes scolaires et la vie active    Michel Foucault, l'intellectuel engagé ou le philosophe de la vérité    Attention à vos oreilles    Cummins Inc. s'installe à Casablanca    Dissension autour de la darija à l'école    Mélilia, une ONG critique le rapatriement des mineurs marocains    Rallye Aïcha des Gazelles : A vos marques, Mesdames !    Forte présence marocaine au congrès de Cordoue    Cinéma africain : Royal Air Maroc lance le prix Ibn Battuta    100 entreprises seront accompagnées cette année    Abdelhakim Challot, directeur de la communication de la RAM : Un journaliste politique devenu communicant    Prise en charge du handicap    Insolite    Le Festival Oyoun du théâtre de rue rend hommage à Touria Jabrane    Les défis de la création d'une Cour africaine de justice et des droits de l'Homme    Lego affiche des profits en hausse    Racisme et islamophobie, fonds de commerce du Front national    Hausse de 4,6% du trafic passager mondial    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Conférence de presse conjointe de Nizar Baraka et Driss Azami Idrissi : Adaptation et actualisation du projet de Loi de finances 2012
Publié dans Albayane le 14 - 02 - 2012

Le gouvernement n'a pas l'intention de dévaluer le dirham, a assuré, lundi à Rabat, le ministre de l'Economie et des finances, Nizar Baraka. «Contrairement aux informations véhiculées par certains médias, le gouvernement n'a pas l'intention de dévaluer le dirham», a souligné M. Baraka lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre délégué chargé du Budget, Driss Azami Idrissi, sur l'exécution de la loi de finances 2011. Le taux de change de référence du dirham est lié à un panier de devises (80 % pour l'euro et 20 % pour le dollar), a-t-il rappelé, précisant que le taux de change effectif réel de la monnaie nationale est resté au même niveau.
En raison de la conjoncture internationale actuelle marquée par la crise dans l'Union européenne, principal partenaire économique du Maroc, une éventuelle dévaluation du dirham n'engendrera pas une hausse des exportations marocaines, a-t-il expliqué.
M. Baraka a également relevé que cette dévaluation n'aurait aucun impact sur la baisse des importations, composées essentiellement des produits pétroliers et du blé, qui sont constantes. Concernant le budget de 2012, le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al-Idrissi, a affirmé que le projet de Loi de Finances 2012 fait actuellement l'objet d'un travail d'adaptation et d'actualisation.
“Le projet de loi de finances 2012 fait l'objet d'un travail d'adaptation technique en relation avec la nouvelle structure gouvernementale et d'un travail d'actualisation par rapport aux derniers développements de la conjoncture nationale et internationale”, a souligné M. Azami Al-Idrissi.
Le FMI a révisé ses prévisions de croissance au niveau mondial et surtout de l'Union européenne, principal partenaire économique du Maroc et il fallait, de ce fait, prendre en considération cette donne, a expliqué le ministre.
Le gouvernement devait également tenir compte de l'impact d'un éventuel retard des pluies sur la campagne agricole et des résultats de l'exécution de la Loi de finances 2011 pour avoir une idée claire sur le niveau du déficit, a-t-il ajouté.
M. Azami a, en outre, rappelé que les grandes orientations du projet de la Loi de finances 2012 ont été entérinées la semaine dernière en conseils du gouvernement et des ministres.
Le projet de Loi des finances 2012 vise à raffermir l'Etat de droit, à consolider les principes et mécanismes de bonne gouvernance et à renforcer les bases d'une économie forte et compétitive, génératrice de richesses et d'emplois.
Concernant le taux de croissance de l'économie nationale, Baraka a estimé qu'il devrait se situer autour de 5 % en 2011, en dépit d'une conjoncture internationale défavorable.
Ce taux est attribué notamment à l'accélération de la croissance des activités non agricoles et de la distribution des crédits bancaires à l'économie, à la maîtrise du niveau d'inflation et à la poursuite du recul du taux de chômage, a expliqué M. Baraka.
Taux de croissance autour de 5%
Pour ce qui est du secteur agricole, le ministre a fait état de la hausse de 4,1 pc de la valeur ajoutée du secteur en moyenne durant les 3 premiers trimestres de l'année 2011 suite à la réalisation d'une récolte céréalière dépassant la moyenne, soit 84 M.Qx, et à la bonne performance des autres cultures.
La croissance non agricole a été autour de 4,7 % en moyenne sur les 3 premiers trimestres de 2011 contre 4,5 % un an auparavant sous l'effet de la reprise des secteurs du BTP et des services, a-t-il poursuivi.
Ce taux de croissance de 2011 s'explique aussi par l'amélioration des conditions de financement de l'économie, en particulier l'accélération du rythme de distribution des crédits à l'économie qui ont augmenté de 10,5 % pour atteindre 65,1 MMDH, a-t-il dit. Cette accélération a concerné notamment les crédits immobiliers (19 MMDH), d'équipement (6,9 MMDH) et de consommation (3,4 MMDH) de même que les taux d'intérêt débiteurs se sont quasiment stabilisés à 6,31 pc durant le troisième trimestre de 2011.
Le ministre a également fait état d'une maîtrise du taux d'inflation autour de 0,9 % à fin décembre 2011 (taux d'inflation de 0,6 pc des produits non alimentaires et de 1,4 % des produits alimentaires).
M. Baraka a, en outre, relevé une baisse du taux de chômage qui se situe à 8,9 % au niveau national, et ce en dépit du taux de chômage élevés des jeunes (19,1 %) et des diplômés (18,3 %). Le ministre a, par ailleurs, estimé que le taux de croissance de l'économie nationale ne dépasserait pas les 4,2 % en 2012 en raison notamment de la mauvaise conjoncture économique chez le principal partenaire du Royaume, l'Union européenne, et de l'impact probable du retard accusé au niveau des pluviométries et de la vague de froid sur l'actuelle campagne agricole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.