La FRMA fête la performance d'Iguider et les athlètes marocains    Crise des migrants    Automobile: Volkswagen et Suzuki signent leur divorce    La rentrée de la BCE s'annonce chaude    Automobile    Marrakech a son parc d'exposition    L'Amim accueille    Le créateur de Freddy est décédé    Le 7e art marocain s'invite en Colombie    «Les enfants perdus de Casablanca» Vingt-troisième épisode: Les surprenantes révélations de Gabrielle    Badou Zaki: "Pas un match facile"    Rachida Dati appelle Eric Laurent et Catherine Graciet à faire preuve de « décence » (VIDEO)    La crise migratoire en cinq questions    Près de 80 morts dans l'attaque de trois villages par des islamistes de Boko Haram    Les shebab attaquent une base de l'Union africaine en Somalie    Le Premier groupe de pèlerins marocains    Espagne : Six morts et six blessés dans l'explosion d'une usine pyrotechnique    Le SG du PJD appelle à une participation massive aux élections du 4 septembre    Ahmed Chahid, tête de liste régionale de l'USFP à Zagora    La chaussure marocaine entre de plain-pied en Italie    Le meilleur des huitièmes aller pour la fin    Les nageurs marocains s'en tirent à bon compte aux JMP de Pescara    Monaco, nouveau riche à l'image désastreuse    L'équilibre bancaire : humaniser l'expérience client dans une ère connectée    Le tweet raté d'Adriana Karembeu était un coup de pub !    Le CESE plaide pour la création d'un «minimum vieillesse»    Microsoft veut éviter les erreurs de Windows 8    Des professionnelles pour faire des mariages dans les règles de l'art    Divers Economie    Dialogue à distance avec mon petit-fils : Plaidoyer pour les valeurs de tolérance    Urne et CIN : L'Intérieur accède enfin à la proposition de l'opposition    Bono, pop-star le plus riche du monde    Kanye West se déclare candidat à la Maison Blanche en 2020    Daniela Lumbroso réclamerait 8 millions d'euros à France Télévisions    La RAM affrète 100 avions pour l'opération Haj    Bank Al-Magrhib traque les chèques sans provisions    15ème Conférence des directeurs des structures Arabes de Protection Civile : Risques de pollution et incendies de forêts en débat    Rapport du Conseil Economique Social et Environnemental : Seul 1/5ème des personnes âgées dispose d'une couverture sociale et médicale    Le groupe « Africa'n percu » en concert au campus de l'Université Akhayn d'Ifrane    Le CIJM décerne l'Ordre du Mérite Sportif à Mustapha Zekri    Constitution : Pour une participation à la vie nationale    Elections communales et régionales : la carte de l'électeur annulée, seule la CIN sera valide    OMMA ouvre ses bras aux jeunes musiciens d'Essaouira    Reproches de Bakkoury: Benabdellah contre-attaque (VIDEO)    Baisse des prix du gasoil et du super    L'indice des prix à la production en baisse    Zaki évoque l'absence de Boussoufa, Belhanda et El Kaoutari    Sensibiliser le public aux conséquences négatives du changement climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Conférence de presse conjointe de Nizar Baraka et Driss Azami Idrissi : Adaptation et actualisation du projet de Loi de finances 2012
Publié dans Albayane le 14 - 02 - 2012

Le gouvernement n'a pas l'intention de dévaluer le dirham, a assuré, lundi à Rabat, le ministre de l'Economie et des finances, Nizar Baraka. «Contrairement aux informations véhiculées par certains médias, le gouvernement n'a pas l'intention de dévaluer le dirham», a souligné M. Baraka lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre délégué chargé du Budget, Driss Azami Idrissi, sur l'exécution de la loi de finances 2011. Le taux de change de référence du dirham est lié à un panier de devises (80 % pour l'euro et 20 % pour le dollar), a-t-il rappelé, précisant que le taux de change effectif réel de la monnaie nationale est resté au même niveau.
En raison de la conjoncture internationale actuelle marquée par la crise dans l'Union européenne, principal partenaire économique du Maroc, une éventuelle dévaluation du dirham n'engendrera pas une hausse des exportations marocaines, a-t-il expliqué.
M. Baraka a également relevé que cette dévaluation n'aurait aucun impact sur la baisse des importations, composées essentiellement des produits pétroliers et du blé, qui sont constantes. Concernant le budget de 2012, le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al-Idrissi, a affirmé que le projet de Loi de Finances 2012 fait actuellement l'objet d'un travail d'adaptation et d'actualisation.
“Le projet de loi de finances 2012 fait l'objet d'un travail d'adaptation technique en relation avec la nouvelle structure gouvernementale et d'un travail d'actualisation par rapport aux derniers développements de la conjoncture nationale et internationale”, a souligné M. Azami Al-Idrissi.
Le FMI a révisé ses prévisions de croissance au niveau mondial et surtout de l'Union européenne, principal partenaire économique du Maroc et il fallait, de ce fait, prendre en considération cette donne, a expliqué le ministre.
Le gouvernement devait également tenir compte de l'impact d'un éventuel retard des pluies sur la campagne agricole et des résultats de l'exécution de la Loi de finances 2011 pour avoir une idée claire sur le niveau du déficit, a-t-il ajouté.
M. Azami a, en outre, rappelé que les grandes orientations du projet de la Loi de finances 2012 ont été entérinées la semaine dernière en conseils du gouvernement et des ministres.
Le projet de Loi des finances 2012 vise à raffermir l'Etat de droit, à consolider les principes et mécanismes de bonne gouvernance et à renforcer les bases d'une économie forte et compétitive, génératrice de richesses et d'emplois.
Concernant le taux de croissance de l'économie nationale, Baraka a estimé qu'il devrait se situer autour de 5 % en 2011, en dépit d'une conjoncture internationale défavorable.
Ce taux est attribué notamment à l'accélération de la croissance des activités non agricoles et de la distribution des crédits bancaires à l'économie, à la maîtrise du niveau d'inflation et à la poursuite du recul du taux de chômage, a expliqué M. Baraka.
Taux de croissance autour de 5%
Pour ce qui est du secteur agricole, le ministre a fait état de la hausse de 4,1 pc de la valeur ajoutée du secteur en moyenne durant les 3 premiers trimestres de l'année 2011 suite à la réalisation d'une récolte céréalière dépassant la moyenne, soit 84 M.Qx, et à la bonne performance des autres cultures.
La croissance non agricole a été autour de 4,7 % en moyenne sur les 3 premiers trimestres de 2011 contre 4,5 % un an auparavant sous l'effet de la reprise des secteurs du BTP et des services, a-t-il poursuivi.
Ce taux de croissance de 2011 s'explique aussi par l'amélioration des conditions de financement de l'économie, en particulier l'accélération du rythme de distribution des crédits à l'économie qui ont augmenté de 10,5 % pour atteindre 65,1 MMDH, a-t-il dit. Cette accélération a concerné notamment les crédits immobiliers (19 MMDH), d'équipement (6,9 MMDH) et de consommation (3,4 MMDH) de même que les taux d'intérêt débiteurs se sont quasiment stabilisés à 6,31 pc durant le troisième trimestre de 2011.
Le ministre a également fait état d'une maîtrise du taux d'inflation autour de 0,9 % à fin décembre 2011 (taux d'inflation de 0,6 pc des produits non alimentaires et de 1,4 % des produits alimentaires).
M. Baraka a, en outre, relevé une baisse du taux de chômage qui se situe à 8,9 % au niveau national, et ce en dépit du taux de chômage élevés des jeunes (19,1 %) et des diplômés (18,3 %). Le ministre a, par ailleurs, estimé que le taux de croissance de l'économie nationale ne dépasserait pas les 4,2 % en 2012 en raison notamment de la mauvaise conjoncture économique chez le principal partenaire du Royaume, l'Union européenne, et de l'impact probable du retard accusé au niveau des pluviométries et de la vague de froid sur l'actuelle campagne agricole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.