Installation de la présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux    M. Salaheddine Mezouar s'entretient avec homologue saoudien    Tanger : Arrestation de 4 individus, membres d'un réseau criminel spécialisé dans le vol qualifié    Mbarka Bouaida à Washington : le plan d'autonomie au Sahara    Le hockey sur glace tient sa fédération nationale    Golf: Younes El Hassani termine second à l'Open Océan    Le contrôle interne verrouillé    Les syndicats appellent à une grève générale    Un nouveau coup de filet du BCIJ évite au Maroc le pire    Les Bourses mondiales dans la dépression    L'enseignement supérieur s'exporte au Congo-Brazzaville    Statut des journalistes : Le projet de loi adopté    La FRMF limoge Zaki    Cybercriminalité    Soins palliatifs: La prise en charge piétine    Echecs du PJD et cacophonie gouvernementale    La Turquie intercepte 34 individus et des explosifs à la frontière syrienne    Laurent Fabius quitte le gouvernement    Star Wars gonfle le bénéfice de Disney en 2016    Le pétrole toujours sur la pente descendante    Nezha Hayat au parcours professionnel récompensé    Des jeunes en mal d'emploi, d'éducation et de formation    La FRMF à l'heure du bilan    Pleine lucarne    Présidence Fifa: Les clubs européens souhaitent bonne chance à Infantino    Rencontre entre le Groupe socialiste et une délégation du Parlement européen    Participons en masse à la grève nationale : La FDT dit non à la remise en cause des acquis et des droits des classes laborieuses    News    L'enfer des prisons marocaines perdure    Renforcer la participation des femmes à la prise de décisions politiques    Ceci n'est pas un polar    Trois artistes marocains décorés par la France    Lancement officiel de la Fondation Laabi pour la culture à Casablanca    Israël-Palestine: La dernière tentation d'Obama et de Kerry    En perspective de la COP22 : La Coalition marocaine pour la justice climatique voit le jour    Le Souverain inaugure la barge de désalinisation d'eau de mer «Oued Massa»    Abdellatif Laâbi intègre la prestigieuse collection Poésie Gallimard    Lions de l'Atlas: Hervé Renard succédera à Badou Zaki Spécial    L'écriture ou la recherche d'une identité introuvable    Agadir : Création d'une école de formation du comédien    L'Espagne au SIEL un dialogue interculturel    Laurent Fabius quitte le gouvernement Valls    Pétrole : la Banque mondiale vise 37$    Un nouveau modèle de développement    Trois artistes marocains décorés par la France    Les femmes parlementaires arabes revendiquent la parité    Donnez la parole au Maître... d'école!    Les ambitions de la nouvelle Fédération royale marocaine de hockey sur glace    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conférence de presse conjointe de Nizar Baraka et Driss Azami Idrissi : Adaptation et actualisation du projet de Loi de finances 2012
Publié dans Albayane le 14 - 02 - 2012

Le gouvernement n'a pas l'intention de dévaluer le dirham, a assuré, lundi à Rabat, le ministre de l'Economie et des finances, Nizar Baraka. «Contrairement aux informations véhiculées par certains médias, le gouvernement n'a pas l'intention de dévaluer le dirham», a souligné M. Baraka lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre délégué chargé du Budget, Driss Azami Idrissi, sur l'exécution de la loi de finances 2011. Le taux de change de référence du dirham est lié à un panier de devises (80 % pour l'euro et 20 % pour le dollar), a-t-il rappelé, précisant que le taux de change effectif réel de la monnaie nationale est resté au même niveau.
En raison de la conjoncture internationale actuelle marquée par la crise dans l'Union européenne, principal partenaire économique du Maroc, une éventuelle dévaluation du dirham n'engendrera pas une hausse des exportations marocaines, a-t-il expliqué.
M. Baraka a également relevé que cette dévaluation n'aurait aucun impact sur la baisse des importations, composées essentiellement des produits pétroliers et du blé, qui sont constantes. Concernant le budget de 2012, le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al-Idrissi, a affirmé que le projet de Loi de Finances 2012 fait actuellement l'objet d'un travail d'adaptation et d'actualisation.
“Le projet de loi de finances 2012 fait l'objet d'un travail d'adaptation technique en relation avec la nouvelle structure gouvernementale et d'un travail d'actualisation par rapport aux derniers développements de la conjoncture nationale et internationale”, a souligné M. Azami Al-Idrissi.
Le FMI a révisé ses prévisions de croissance au niveau mondial et surtout de l'Union européenne, principal partenaire économique du Maroc et il fallait, de ce fait, prendre en considération cette donne, a expliqué le ministre.
Le gouvernement devait également tenir compte de l'impact d'un éventuel retard des pluies sur la campagne agricole et des résultats de l'exécution de la Loi de finances 2011 pour avoir une idée claire sur le niveau du déficit, a-t-il ajouté.
M. Azami a, en outre, rappelé que les grandes orientations du projet de la Loi de finances 2012 ont été entérinées la semaine dernière en conseils du gouvernement et des ministres.
Le projet de Loi des finances 2012 vise à raffermir l'Etat de droit, à consolider les principes et mécanismes de bonne gouvernance et à renforcer les bases d'une économie forte et compétitive, génératrice de richesses et d'emplois.
Concernant le taux de croissance de l'économie nationale, Baraka a estimé qu'il devrait se situer autour de 5 % en 2011, en dépit d'une conjoncture internationale défavorable.
Ce taux est attribué notamment à l'accélération de la croissance des activités non agricoles et de la distribution des crédits bancaires à l'économie, à la maîtrise du niveau d'inflation et à la poursuite du recul du taux de chômage, a expliqué M. Baraka.
Taux de croissance autour de 5%
Pour ce qui est du secteur agricole, le ministre a fait état de la hausse de 4,1 pc de la valeur ajoutée du secteur en moyenne durant les 3 premiers trimestres de l'année 2011 suite à la réalisation d'une récolte céréalière dépassant la moyenne, soit 84 M.Qx, et à la bonne performance des autres cultures.
La croissance non agricole a été autour de 4,7 % en moyenne sur les 3 premiers trimestres de 2011 contre 4,5 % un an auparavant sous l'effet de la reprise des secteurs du BTP et des services, a-t-il poursuivi.
Ce taux de croissance de 2011 s'explique aussi par l'amélioration des conditions de financement de l'économie, en particulier l'accélération du rythme de distribution des crédits à l'économie qui ont augmenté de 10,5 % pour atteindre 65,1 MMDH, a-t-il dit. Cette accélération a concerné notamment les crédits immobiliers (19 MMDH), d'équipement (6,9 MMDH) et de consommation (3,4 MMDH) de même que les taux d'intérêt débiteurs se sont quasiment stabilisés à 6,31 pc durant le troisième trimestre de 2011.
Le ministre a également fait état d'une maîtrise du taux d'inflation autour de 0,9 % à fin décembre 2011 (taux d'inflation de 0,6 pc des produits non alimentaires et de 1,4 % des produits alimentaires).
M. Baraka a, en outre, relevé une baisse du taux de chômage qui se situe à 8,9 % au niveau national, et ce en dépit du taux de chômage élevés des jeunes (19,1 %) et des diplômés (18,3 %). Le ministre a, par ailleurs, estimé que le taux de croissance de l'économie nationale ne dépasserait pas les 4,2 % en 2012 en raison notamment de la mauvaise conjoncture économique chez le principal partenaire du Royaume, l'Union européenne, et de l'impact probable du retard accusé au niveau des pluviométries et de la vague de froid sur l'actuelle campagne agricole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.