Donald Trump au Moyen-Orient: la redéfinition des alliances?    Nawal Soufi, la madone des réfugiés    Cannes 2017 : Sofia Coppola, la gothique poétique !    Label RSE de la CGEM : Atlanta Assurances et Wafa Assurance, pionnières    Marriott International s'installe au Zanzibar    Math Days : coup de projecteur sur les mathématiques    Ecarts d'années de scolarité entre régions : Le Conseil d'Azziman tire la sonnette d'alarme    Lutte contre la corruption : Les promesses du chef de gouvernement    Trois banques marocaines décrochent l'African Banker Awards 2017    La vente massive des armes américaines à l'Arabie Saoudite inquiète Israël    Transport: Casa Tram adapte ses horaires au mois de Ramadan    Législatives en France : M'jid EL GUERRAB officiellement candidat d' »En Marche »    Manchester United remporte la Ligue Europa malgré la tristesse    Un magistrat à la Cour d'appel de Rabat pris en flagrant délit de corruption    Tanger : Un incendie se déclare au souk populaire "Bir Chifa"    Prévaricateurs et réformateurs    Fraude fiscale: Peine de prison confirmée pour Lionel Messi    Décès de l'acteur britannique Roger Moore, "James Bond"    L'HONORABLE MONSIEUR QOTBI    Conseil européen des Ouléma Marocains    S.M le Roi félicite Driss Lachguar    Rabat: Appel à interdire les prescriptions médicales dans la radio et la télévision    Habib El Malki s'entretient avec les présidents des Assemblées nationales togolaise et malgache    Défaite du WAC sur la pelouse du FC Zanaco de Zambie (0-1)    Messi et son père condamnés à 21 mois de prison pour fraude fiscale    Médias marocains et migration en débat à Oujda    Scandale au PSG    Ultime manche du championnat à enjeu financier : Gagner des places et des sous    4ème étape du Srixon Junior Tour de golf    L'auteur de l'attentat de Manchester serait passé par la Syrie    Le président vénézuélien lance le processus controversé d'assemblée constituante    Mandats d'arrêt contre 139 employés d'Ankara et de ministères turcs    Divers    La CFCIM s'installe dans nos provinces sahariennes    Hausse des prix des actifs immobiliers au 1er trimestre    Donner la possibilité aux industries énergivores d'optimiser leur consommation    "SAP Skills for Africa" à l'honneur : Cérémonie de remise des prix à la première promotion de l'Université polytechnique Mohammed VI à Ben Guérir    Driss Chraïbi, terrible et éternel    Tom Cruise confirme que "Top Gun 2" est dans les tuyaux    Un mort et sept blessés dans un accident de la route entre Marrakech et Ouarzazate    Hommage: Oscar Fullone n'est plus : Adieu «El Profesor»    «Sa3a», une nouvelle série web signée Anouar Mouatassim    Mawazine 2017 : Un million de festivaliers    PLF 2017 : Driss Azami Al Idrissi défend l'article 8 bis    La chambre française crée une antenne à Laâyoune    El Hajeb: dix décès à cause de la consommation de l'alcool à brûler    La consommation des fruits à coque réduit le risque de récurrence du cancer colorectal    Insolite : Les corbeaux gardiens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conférence de presse conjointe de Nizar Baraka et Driss Azami Idrissi : Adaptation et actualisation du projet de Loi de finances 2012
Publié dans Albayane le 14 - 02 - 2012

Le gouvernement n'a pas l'intention de dévaluer le dirham, a assuré, lundi à Rabat, le ministre de l'Economie et des finances, Nizar Baraka. «Contrairement aux informations véhiculées par certains médias, le gouvernement n'a pas l'intention de dévaluer le dirham», a souligné M. Baraka lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre délégué chargé du Budget, Driss Azami Idrissi, sur l'exécution de la loi de finances 2011. Le taux de change de référence du dirham est lié à un panier de devises (80 % pour l'euro et 20 % pour le dollar), a-t-il rappelé, précisant que le taux de change effectif réel de la monnaie nationale est resté au même niveau.
En raison de la conjoncture internationale actuelle marquée par la crise dans l'Union européenne, principal partenaire économique du Maroc, une éventuelle dévaluation du dirham n'engendrera pas une hausse des exportations marocaines, a-t-il expliqué.
M. Baraka a également relevé que cette dévaluation n'aurait aucun impact sur la baisse des importations, composées essentiellement des produits pétroliers et du blé, qui sont constantes. Concernant le budget de 2012, le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al-Idrissi, a affirmé que le projet de Loi de Finances 2012 fait actuellement l'objet d'un travail d'adaptation et d'actualisation.
“Le projet de loi de finances 2012 fait l'objet d'un travail d'adaptation technique en relation avec la nouvelle structure gouvernementale et d'un travail d'actualisation par rapport aux derniers développements de la conjoncture nationale et internationale”, a souligné M. Azami Al-Idrissi.
Le FMI a révisé ses prévisions de croissance au niveau mondial et surtout de l'Union européenne, principal partenaire économique du Maroc et il fallait, de ce fait, prendre en considération cette donne, a expliqué le ministre.
Le gouvernement devait également tenir compte de l'impact d'un éventuel retard des pluies sur la campagne agricole et des résultats de l'exécution de la Loi de finances 2011 pour avoir une idée claire sur le niveau du déficit, a-t-il ajouté.
M. Azami a, en outre, rappelé que les grandes orientations du projet de la Loi de finances 2012 ont été entérinées la semaine dernière en conseils du gouvernement et des ministres.
Le projet de Loi des finances 2012 vise à raffermir l'Etat de droit, à consolider les principes et mécanismes de bonne gouvernance et à renforcer les bases d'une économie forte et compétitive, génératrice de richesses et d'emplois.
Concernant le taux de croissance de l'économie nationale, Baraka a estimé qu'il devrait se situer autour de 5 % en 2011, en dépit d'une conjoncture internationale défavorable.
Ce taux est attribué notamment à l'accélération de la croissance des activités non agricoles et de la distribution des crédits bancaires à l'économie, à la maîtrise du niveau d'inflation et à la poursuite du recul du taux de chômage, a expliqué M. Baraka.
Taux de croissance autour de 5%
Pour ce qui est du secteur agricole, le ministre a fait état de la hausse de 4,1 pc de la valeur ajoutée du secteur en moyenne durant les 3 premiers trimestres de l'année 2011 suite à la réalisation d'une récolte céréalière dépassant la moyenne, soit 84 M.Qx, et à la bonne performance des autres cultures.
La croissance non agricole a été autour de 4,7 % en moyenne sur les 3 premiers trimestres de 2011 contre 4,5 % un an auparavant sous l'effet de la reprise des secteurs du BTP et des services, a-t-il poursuivi.
Ce taux de croissance de 2011 s'explique aussi par l'amélioration des conditions de financement de l'économie, en particulier l'accélération du rythme de distribution des crédits à l'économie qui ont augmenté de 10,5 % pour atteindre 65,1 MMDH, a-t-il dit. Cette accélération a concerné notamment les crédits immobiliers (19 MMDH), d'équipement (6,9 MMDH) et de consommation (3,4 MMDH) de même que les taux d'intérêt débiteurs se sont quasiment stabilisés à 6,31 pc durant le troisième trimestre de 2011.
Le ministre a également fait état d'une maîtrise du taux d'inflation autour de 0,9 % à fin décembre 2011 (taux d'inflation de 0,6 pc des produits non alimentaires et de 1,4 % des produits alimentaires).
M. Baraka a, en outre, relevé une baisse du taux de chômage qui se situe à 8,9 % au niveau national, et ce en dépit du taux de chômage élevés des jeunes (19,1 %) et des diplômés (18,3 %). Le ministre a, par ailleurs, estimé que le taux de croissance de l'économie nationale ne dépasserait pas les 4,2 % en 2012 en raison notamment de la mauvaise conjoncture économique chez le principal partenaire du Royaume, l'Union européenne, et de l'impact probable du retard accusé au niveau des pluviométries et de la vague de froid sur l'actuelle campagne agricole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.